Voyages d'affaires 67

Alors que le contexte économique reste difficile et incertain, les entreprises continuent de rogner sur les réunions professionnelles pour réduire les frais. Si les dépenses moyennes par participant sont remontées en 2011, cela s’est néanmoins accompagné d’une meilleure structuration de l’organisation et des dépenses liées à ce poste.

Comme les entreprises restent soucieuses des coûts et ont également un besoin croissant de réunions, les professionnels du MICE (Meetings & Events) cherchent de nouvelles façons d’optimiser les dépenses tout en assurant l’efficacité de ces évènements. 


Alors que l’environnement économique restera cette année encore incertain, les travel managers doivent surveiller de près tous les changements opérés chez les prestataires du voyage d’affaires afin d’obtenir les meilleures offres et optimiser les performances des programmes voyages.

Le poste voyage d’affaires reste à ce jour l’un des principaux leviers d’optimisation des coûts pour les entreprises dont les colla­borateurs se déplacent. En 2012, les travel
managers vont d’ailleurs s’attacher à consolider leurs économies sur le transport aérien et terrestre, à améliorer le respect de la politique voyages et  à optimiser les dépenses hôtelières et l’augmentation du taux d’adoption aux outils en ligne (« Les priorités 2012 de la maîtrise des voyages d’affaires », CWT).


Tendances 2012 du voyage d'affaires

lundi, 09 janvier 2012 16:10 Écrit par

Malgré une croissance économique qui s’annonce peu réjouissante pour les mois à venir, le marché du voyage d’affaires montre, pour sa part, une véritable faculté de résistance avec une augmentation des budgets voyages de 2.9 % sur le marché européen. Retour sur les principales tendances qui ont marqué cette année 2011 et sur les perspectives d’avenir de ce secteur.

Depuis 2010, près des deux tiers des en­treprises interrogées par l’Association Française des Travel Managers (AFTM) , dans le cadre d’une étude menée en 2011, n’ont pas revu leur politique voyage en dépit des crises successives. La crise des dettes souveraines, qui s’est étendue cette année et dont chacun peine à pronostiquer une issue, plonge une majorité d’entreprises dans l’expectative et, par voie de conséquence, modère le frémissement de libéralisme observé en 2010 chez certaines d’entre elles en matière de politique voyage. Si la tendance majoritaire des politiques voyage est à la stabilité, les efforts demandés aux Travel Managers ont porté et porteront en 2012 sur la maîtrise des budgets. La phrase la plus entendue chez les Travel Managers est d’ailleurs désormais « d’accord pour voyager plus, mais à budget constant ». Ce qui laisse donc présager de belles négociations pour les contrats à venir.


La mobilité sous haute protection

jeudi, 09 février 2012 00:00 Écrit par

Les collaborateurs « mobiles » sont exposés à différents risques afférents à leur personne mais également à leurs biens personnels, aux données et/ou produits de leur entreprise qu’ils transportent dans le cadre de leurs déplacements. Pour protéger biens et personnes, recourir à des assurances ou des sociétés de services n’est pas un moindre mal.


> HCorpo
HCorpo accompagne les entreprises dans la maîtrise de leurs coûts hôtels

Pas simple de mener à la baguette un budget de voyages d'affaires en évitant les fausses notes et autres dissonances comptables qui nourrissent les dépassements. Seule solution, harmoniser les pratiques de ses collaborateurs et mettre à l'unisson les circuits de validation et de facturation. C'est aujourd'hui possible, pour les grands comptes, mais aussi pour les PME qui se voient proposer des services sur mesure par des spécialistes, via Internet.

Le fonctionnement des plates-formes de réservation est simple, du moins pour la partie hôtelière. Les opérateurs négocient avec les hôteliers afin de les intégrer dans leur catalogue, en obtenant au passage des remises pour les utilisateurs du système. Les particuliers connaissent bien ce système de plate-forme, à l'ergo­nomie étudiée. Il suffit simplement d'entrer une destination et une date pour se voir proposer une liste d'hôtels et de prix différents. Une présentation que les opérateurs présents sur les systèmes de réservation en ligne destinés aux entreprises (Hcorpo, HRS, Hotel.info, etc.) ont reprise, en l'adaptant.


Après plusieurs mois marqués par un contexte économique difficile, le marché du tourisme d'affaires commence à reprendre des couleurs. Néanmoins, les entreprises ont profité de la crise pour changer leurs habitudes de consommation en la matière se fixant pour objectif de réduire leur budget tout en restant innovantes.

En matière de tourisme, toutes les études sont unanimes : le segment affaires a beaucoup plus souffert que le segment loisirs de la conjoncture économique morose de ces derniers mois. Ce secteur hétéroclite, qui pèse environ 27 milliards d'euros en France rassemble différents types d'acteurs : organisateurs de congrès, foires et salons, agences de voyage, agences d'événementiel au service de l'incentive, prestataires de transport et d'hébergement… D'après l'édition 2010 de l'Observatoire du tourisme d'affaires (Coach Omnium et Bedouk MC & IT), les séminaires, conventions et autres évènements sont des postes sur lesquels les dépenses sont compressibles, tout en maintenant la tenue des réunions. «En 2010, le tourisme d'affaires reprend néanmoins des couleurs», souligne Christine Chan, Marketing Manager France d'Hotel.com. «Les entreprises restent cependant prudentes et privilégient les destinations offrant le meilleur ratio qualité/prix. Si les entreprises ne changent pas leurs destinations pour tous les déplacements réguliers concernant leurs rencontres avec leurs clients et fournisseurs, en revanche, concernant le tourisme d'affaires (conventions, séminaires, incentive…), elles favorisent les destinations les plus rassurantes et les valeurs sûres». Si le voyage récompense se fait toujours à l'étranger, le séminaire se recentre sur la France et les pays du Maghreb. Les destinations choisies ces derniers mois par les entreprises sont donc peu innovantes. Le critère de référence restant le prix, certaines destinations étrangères n'ont pas hésité à casser leurs prix, attirant ainsi davantage les entreprises.


L'offre hôtelière gagne en flexibilité

vendredi, 02 juillet 2010 00:00 Écrit par

> Sun International
Les réunions virtuelles décollent

Pour s'adapter aux baisses de réservations consécutives à la crise, les établissements hôteliers ont pour la plupart mis en place une politique d'adaptation et de grande flexibilité en matière d'offre tarifaire et de prestations associées.

Aujourd'hui, les tarifs sont établis sur mesure en fonction de nombreux paramètres tels que la saison, le remplissage de l'hôtel, les jours de semaines ou encore du budget du client», précise à ce sujet Patrick Génie, Directeur Commercial et Marketing France et Benelux Sun International. «Nous avons donc à ce titre largement développé le principe du Yield Management dans nos établissements». Si, au regard du contexte économique, un grand nombre d'hôtels quatre étoiles et de lieux de prestige ont été abandonnés en 2009, en revanche, les châteaux et demeures de caractères ont pour leur part le vent en poupe. Une tendance marquée par la volonté des entreprises de miser sur l'originalité du lieu et de marquer les esprits. D'autant que ces lieux disposent désormais de tous les équipements modernes nécessaires à l'organisation de manifestions professionnelles. Pour les entreprises qui entendent réellement baisser les coûts liés à l'hébergement, les résidences hôtelières restent une bonne alternative. D'ailleurs, selon les opérateurs, le recul du chiffre d'affaires de ces établissements reste limité par rapport à celui des hôtels traditionnels. Avec leurs kitchenettes et leurs services à la carte, ces résidences apparaissent en effet comme un produit de substitution idéal par temps de crise. Appréciée des résidents comme des entreprises, l'offre en la matière ne cesse de se développer. Le syndicat national des résidences de tourisme recensait ainsi en 2009, 336 établissements contre 250 l'année précédente.


Le nouveau visage des séminaires et réunions

vendredi, 02 juillet 2010 00:00 Écrit par

> Regus
Les réunions virtuelles décollent

Depuis un an et demi, la crise sévit sur le secteur des séminaires et réunions. Le volume des dépenses consacrées à ces manifestations a ainsi chuté de 7.8 % entre 2008 et 2009, entrainant dans leur sillon la baisse des prix sur ce secteur. Une tendance qui impacte fortement le secteur et fait la part belle aux réunions virtuelles.

La plupart des entreprises indiquent qu'elles maintiendront en 2010 leurs flux d'activité en termes de réunions d'entreprise et de séminaires, à un niveau constant par rapport à 2009 (Observatoire du tourisme d'affaires, 2010). Elles estiment en effet avoir déjà fourni suffisamment d'efforts sur le sujet depuis un an et demi et qu'il leur est désormais difficile de descendre en deçà du seuil déjà atteint. D'autant que le besoin de se réunir demeure, quelle que soit la conjoncture : séminaires, formations ou autres conventions d'entreprise représentent en effet des outils de management et de communication stratégiques pour l'entreprise.  Si les entreprises ont toujours besoin d'organiser ce type de manifestations, elles se focalisent néanmoins davantage sur des séminaires orientés vers le développement de leur activité, la vente et l'augmentation des parts de marché. Pour 2010, l'heure est donc plutôt à l'optimisme avec toutefois des prévisions budgétaires toujours assez maigres. D'ailleurs, l'Anaé (Association des agences de communication événementielle) note que les demandes ont repris depuis fin 2009, même s'il s'agit souvent d'opérations décidées à la dernière minute. Et les grands événements nationaux (comme le Mondial de l'automobile en octobre prochain) ou internationaux (comme la Coupe du monde de football en Afrique du Sud qui s'est achevée en juillet) pourraient redonner l'envie aux entreprises d'investir dans la communication événementielle. 


Les besoins des entreprises évoluent

dimanche, 02 mai 2010 00:00 Écrit par

> HRS
HRS.com L'outil de réservation hôtelière choisi par Saur
VOTRE PARTENAIRE
Leader sur le marché
des solutions de paiement et de gestion des déplacements professionnels
Découvrez la solution American Express Corporate adaptée à vos besoins

Le poste voyage d'affaires a souffert des restrictions budgétaires consécutives à la crise économique et financière. Pour autant, les déplacements professionnels, portés par des stratégies commerciales offensives, restent de rigueur dans de nombreuses entreprises. Pour concilier rationalisation des coûts avec stratégie de développement, les entreprises redéfinissent néanmoins leur politique voyage. Le mot d'ordre désormais consiste à voyager à moindre coût tout en utilisant des prestations offrant une certaine qualité de services. Une évolution des comportements de voyage face à laquelle les acteurs de la place ont su s'adapter.

Les études sont unanimes, le voyage d'affaires a clairement subi la crise de plein fouet, parfois de façon plus importante que bien d'autres postes financiers dans l'entreprise. En 2009, 46 % des entreprises suivent plus attentivement les demandes de déplacements avant de les engager (Mondial Assistance/ DéplacementsPros.com, 2009). Une baisse des déplacements de 28.4 % en moyenne et en volume a ainsi été constatée l'année dernière en France. Par ailleurs, les calendriers de déplacements ont été repensés, l'accès aux salons internationaux limités et le reformatage des politiques «voyages» a conduit à des choix qualitatifs souvent éloignés de ce qui se faisait avant. «La crise a fortement modifié les comportements des entreprises face aux déplacements professionnels», explique ainsi Jean-Marc Dandurand, Directeur Conseil d'American Express Voyages d'Affaires. «Le voyage d'affaire est ainsi, au fil du temps devenu pour les entreprises un investissement d'intérêt économique, nécessaire à leur développement». Les budgets sont majoritairement affectés au maintien et au développement de parts de marché dans un environnement économique de plus en plus concurrentiel. La conservation des clients ou l'ouverture à de nouveaux marchés sont ainsi les principales raisons qui incitent des entreprises à investir dans les déplacements professionnels. «Pour de nombreuses entreprises, il est impossible de conduire des affaires sans se déplacer», souligne pour sa part Yves Weisselberger, PDG de KDS. «D'ailleurs, les entreprises l'ont bien compris. Si en 2009, nous avons constaté des coupes franches dans les budgets voyages, la reprise est certes timide mais avérée depuis le début de l'année».


> Air France
Air France investit pour les voyageurs d'affaires
> Appart’City®
Les résidences hôtelières cœur de villes qui s'affirment comme la référence du marché
VOTRE PARTENAIRE
 

Attentifs aux nouvelles attentes des entreprises et de leurs collaborateurs en matière de voyages d’affaires, les acteurs de la place revisitent leurs prestations. Une adaptation qui touche aussi bien le contenu de leurs produits et services que leurs grilles tarifaires.


Page 4 sur 5

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

è Comment les données et l’IA peuvent révolutionner les prises de décision ?

L'impact que les données peuvent avoir sur l’entreprise et comment des outils technologiques permettent d’exploiter ces données de manière efficace et sécurisée.

Visualiser la vidéo sur notre chaîne en cliquant ici


è
 Découvrez le réel impact de Windows 11 Professionnel

Grâce à la sécurité activée par défaut, les entreprises du monde entier prennent des initiatives plus audacieuses et des décisions plus rapides.

 
è Facturation électronique 2026

Un guide détaillé sur les étapes clés pour réussir son passage à la facturation électronique 2026 et franchir le pas de la dmatérialisation, avec tous les bénéfices qui l'accompagnent.

LB Facturation electronique 2026 Docuware.png

 

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 
è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts