Épargne salariale : un must have pour les TPE /PME ?

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Le 1er janvier 2019, sont entrées en vigueur de nouvelles mesures visant à favoriser l’Epargne salariale dans les TPE/PME avec notamment la suppression du forfait social sur l’intéressement, la participation et l’abondement de l’employeur sur les plans d’épargne salariale dans les entreprises de moins de 50 salariés. Alors, ces mesures vont-elles suffire à inverser la tendance ?


Un dispositif encore peu utilisé
L’épargne salariale consiste à redistribuer collectivement aux salariés une fraction des résultats réalisés par l’entreprise. Véritables outils d’implication et de motivation des salariés au sein de l’entreprise, les mécanismes d’épargne salariale sont encore peu utilisés au sein des TPE/PME.

L’épargne salariale regroupe plusieurs dispositifs tels que l’intéressement et la participation mais aussi le PEE (plan d’épargne Entreprise), le PERCO (Plan d’Epargne pour la Retraite Collectif) ou le CET (Compte Epargne Temps). L’intéressement et la participation semblent être des dispositifs relativement proches mais ils divergent à plusieurs égards en répondant à des règles distinctes et autonomes. En effet, la participation est un dispositif obligatoire dans les structures d’au moins 50 salariés qui consiste à redistribuer aux salariés une partie du bénéfice de l’entreprise. L’intéressement vise quant à lui à associer les salariés aux résultats ou à la performance de l’entreprise. Il s’agit d’un dispositif facultatif qui résulte d’une formule de calcul garantissant un caractère aléatoire de l’intéressement.

L’intéressement et la participation doivent bénéficier à tous les salariés de l’entreprise (caractère collectif). Il est toutefois possible d’introduire une condition d’ancienneté minimale (maximum 3 mois).

Chacun de ces dispositifs nécessite de conclure un accord d’entreprise. Depuis les ordonnances dites Macron, cette négociation est largement facilitée dans les entreprises de moins de 50 salariés dépourvues de représentants du personnel puisqu’il est possible de conclure un accord soumis à la ratification des 2/3 du personnel. Dans les entreprises de plus de 50 salariés, la négociation peut être réalisée avec les membres du Comité Social et Economique, les délégués syndicaux s’ils existent ou encore avec un salarié mandaté par une organisation syndicale.

L’application d’exonérations sociales et fiscales a fortement évoluée ces dernières années mais il restait à la charge des entreprises le forfait social au taux de 20% (8% selon certaines conditions) ce qui constituait un frein au développement de l’épargne salariale.

Des mesures incitatives intéressantes
La loi PACTE a permis la suppression du forfait social sur l’ensemble des sommes versées au titre de l’intéressement, de la participation et de l’abondement de l’employeur sur un plan d’épargne salariale pour toutes les entreprises de moins de 50 salariés. Pour les entreprises de moins de 250 salariés, le forfait social est supprimé sur les sommes versées au titre de l’intéressement mais reste appliqué aux sommes versées au titre de la participation et de l’abondement volontaire des plans d’épargne.

Afin de garantir l’effectivité de ces mesures dès le 1er janvier 2019, les dispositions issues de la loi PACTE ont été intégrées dans le PLFSS 2019. De quoi développer une certaine attractivité de l’épargne salariale pour les TPE/PME quand seulement 15% des salariés en bénéficient aujourd’hui. Jugés trop compliqués à mettre en place et représentant encore une charge trop lourde pour la trésorerie de l’entreprise, les dirigeants de TPE/PME ne privilégiaient jusqu’alors pas les dispositifs d’épargne salariale. Ceux-ci préféraient majoritairement mettre en place des systèmes de primes ou de rémunérations variables individualisées, adaptés à leur activité, sur lesquels ils estimaient conserver une gestion directe plutôt que de développer un dispositif collectif jugé trop contraignant. Le manque de visibilité à plus ou moins court terme des entreprises de moins de 250 salariés sur leur activité contribuait également à une certaine frilosité à développer de l’épargne salariale.

Dès lors, les nouvelles mesures applicables au 1er janvier 2019 pourraient relancer la réflexion des employeurs vis-à-vis de leurs salariés afin de répondre au souci majeur de fidélisation dans l’objectif de développement et de croissance de leur entreprise. D’autant plus qu’il est désormais mis à leur disposition l’ensemble des outils pour la mise en place des accords d’intéressement ou de participation afin de faciliter leur effectivité.

L’objectif ambitieux fixé par le gouvernement est d’atteindre au moins 30% de PME se dotant d’un accord sur l’épargne salariale d’ici 2020. Gageons que les efforts de communication et de sensibilisation mis en œuvre permettront de faire de l’épargne salariale l’un des sujets majeurs à l’ordre du jour des réunions du personnel au sein des entreprises pour cette nouvelle année 2019.

Par Laurence Dujardin, juriste en droit social & Eloïse Spilmont, juriste en droit des affaires - Fideliance, cabinet de conseil et expertise-comptable



Lu 573 fois

Annonces

bannière DIMO NOTILUS

Annonces

Le magazine digital

Vient de paraître notre édition spéciale Gestion de la Mobilité en entreprises. Découvrez un extrait pour commander la version numérique pour 10 euros TTC

Capture d’écran 2019-03-14 à 16.25.08.png

Extrait de l'édition spéciale Gestion de la mobilité

Découvrez un extrait du dernier numéro et demandez votre version numérique intégrale pour 10 euros TTC

Capture d’écran 2018-11-13 à 12.56.55.png

Extrait du dernier numéro

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour pouvoir feuilleter gratuitement et intégralement le prochain numéro

   je m inscris test

 

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.