L’économie de la création va-t-elle faire « pshit » ?

Évaluer cet élément
(1 Vote)

C’était il y a trois mois. Ben Smith, journaliste media du New-York Times consacrait le dernier article en date du quotidien au phénomène Substack et plus largement à l’économie de la création. C’est-à-dire la monétisation récurrente des contenus par les créateurs (écrivains, artistes…) eux-mêmes.

Modèle dont Substack, justement, une plateforme qui permet aux auteurs de publier et de monnayer leur texte, est un des principaux fleurons aux côtés de Patreon. Une startup qui propose un circuit court entre un influenceur et sa communauté : celle-ci s’abonne sans engagement pour soutenir son artiste favori.

Patreon se rémunère avec une commission de 5 à 12 % et le reste de la somme est versé aux artistes. Si l’économie de la création doit son essor au premier confinement, il serait réducteur d’en faire une simple conséquence de la « stay at home » économie tant ses atouts sont nombreux.

Un socle vieux de plus de deux siècles

L’économie de la création est donc un agrégat qui a pour socle l’économie de l’abonnement. Ce contrat entre un fournisseur et son client pour la mise à disposition régulière d’un produit ou d’un service en échange d’un paiement régulier plonge ses racines au 18ème Siècle. Époque à laquelle Mozart vendait un abonnement à ses concerts dans des magasins de musique locaux ! Depuis, cette économie n’a cessé d’évoluer.

Michael MansardÀ tel point qu’elle est devenue aujourd’hui, le moteur des entreprises les plus dynamiques de l’économie mondiale. Depuis les poids lourds de la SVOD (Netflix) jusqu’aux mastodontes du Cloud Computing (AWS, Microsoft Azure). Mieux, d’autres acteurs ont associé l’abonnement à leur modèle économique historique pour se doter de nouveaux relais de croissance.

C’est notamment le cas de Twitter qui a lancé, en juin dernier, son service Twitter Blue. Un abonnement d’environ 2,50 euros donnant accès à des fonctionnalités enrichissant l’expérience de ses utilisateurs, comme la possibilité d’annuler l’envoi d’un tweet.

L’économie de la création repose donc sur un modèle qui réussit l’exploit d’être à la fois historique et dans l’air du temps.

Suivre l’argent

Bien qu’ils ne soient pas infaillibles - le cimetière de l’économie est effectivement plein de bulles spéculatives - les investissements sont certainement les indicateurs les plus éloquents du potentiel d’un marché. Selon le site The Information, véritable référence de l’actualité de la Silicon Valley, les Venture Capitalists américains ont investi 2 milliards de dollars depuis le début de l’année dans 50 jeunes entreprises spécialisées dans le développement de solutions et de plateformes permettant aux influenceurs de monétiser leur audience.

En effet, ces investissements sont fléchés vers des startups proposant les briques nécessaires à la valorisation monétaire des créateurs : solutions facilitant le lancement de lignes de produits, plateformes qui aident les créateurs à monétiser leurs collaborations et leurs interactions sur les réseaux sociaux, applications qui transforment les amis d’un utilisateur en paparazzi…

Autre signe de la confiance des grands argentiers de la Tech, les investissements ne portent pas sur les créateurs mais sur les plateformes qui les supportent. Les premiers étant perçus comme fugaces et interchangeables tandis que les seconds incarnent et œuvrent à la pérennité du nouveau marché.

Célébrer l’action plutôt que l’individu

Depuis leur explosion, l’usage des réseaux sociaux a souvent été décrit sous l’angle psychanalytique. Tantôt comme une exacerbation du narcissisme de ses utilisateurs, tantôt comme une soumission aigue au regard de l’autre.

L’interminable crise que nous traversons depuis plus d’un an a remis au goût du jour des valeurs aux antipodes de la critique (parfois injustifiée) dont font l’objet les réseaux sociaux : quête de sens, collectif… Par essence, l’économie de la créativité semble plus proche du monde d’après (si tant est qu’il advienne) que de celui d’avant.

En liant des communautés à des créateurs, elle permet, pour reprendre la formule de Christopher Lasch, de passer d’un modèle où « l’individu est principalement célébré pour ce qu’il est » à un modèle où « il est célébré pour ce qu’il fait ». Bref, de fonder la relation sur une transaction saine.

Ce changement de référentiel est entériné dans des termes différents par un des cofondateurs de Substack lui-même. Dans l’article du journaliste Ben Smith cité plus haut, Hamish McKenzie déclarait : « nous sortons de l’époque où les plateformes ont le contrôle sur les gens pour aller vers une ère où les gens ont le contrôle sur les plateformes ».

D’ailleurs ce modèle tend à être copié par certains médias établis, comme le Guardian qui a lancé « Patron », un programme de mécénat, permettant aux lecteurs de soutenir financièrement le média et de réduire sa dépendance à la publicité.

Est-ce que l’économie de la créativité va faire long feu ? Difficile d’être catégorique mais les auspices semblent bons. Tellement bon d’ailleurs que l’article de Ben Smith était intitulé « Pourquoi flippons-nous de Substack ? ». En effet, on ne compte plus les grandes signatures de la presse américaine nationale qui quittent leur rédaction pour tenter l’aventure de l’économie de la créativité…

Par Michael Mansard, Responsable des Business Models chez Zuora

Lu 489 fois Dernière modification le vendredi, 30 juillet 2021 10:39

Annonces

300x250 ebook ai fr

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Vient de paraître l'édition de Juillet 2021
Hors-série Digitalisation de la Fontion Finance
Recevoir la
 version numérique en cliquant ici

Capture d’écran 2021-07-05 à 10.54.50.png

Paru en Mai 2021
Hors-série Entreprise Agile et Mobilité

 

Capture d’écran 2021-07-05 à 11.37.14.png 

Livres Blanc et E-book

Cinq étapes pour améliorer l'expérience client grâce à l'Intelligence Artificielle
Les centres de contact sont une source importante d'informations sur les clients. Ils peuvent en…
Accélérer la transformation digitale de la comptabilité fournisseurs
Les équipes comptables se doivent d’engager leur transformation digitale pour éliminer les travaux de saisies…
Plus de livres blanc

Webinaires

Comment offrir une expérience client digne de Netflix grâce à l’Intelligence artificielle ?
Plus que jamais les entreprises se doivent d’offrir à leurs clients un expérience fluide, remarquable…
Comment renforcer l’agilité de ses applications de gestion avec Oracle Cloud ?
Toute entreprise, quel que soient sa taille, son métier ou ses activités, fait aujourd’hui face…
Comment aborder le télétravail dans les meilleures conditions ?
Les nouveaux défis auxquels nous faisons face amènent les entreprises à recourir de plus en…
Les différentes étapes pour anticiper la sortie de crise
L'équipe Décidem, Cabinet de conseil spécialisé dans les défis humains, propose gratuitement son prochain webinar…
Plus de webinaires

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.