Intégrer un consultant indépendant en entreprise : les indispensables juridiques

Évaluer cet élément
(4 Votes)

D’années en années, le dynamisme du marché du conseil ne se dément pas. D’après une étude Source Global Research, il enregistrait encore une croissance de 6,9% en 2019 pour un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros. En parallèle, le freelancing poursuit sa lancée fructueuse. 14% des salariés envisageraient de devenir travailleurs indépendants, selon un sondage Ifop. Mais alors que le consulting indépendant a le vent en poupe, le législateur, multiplie les contrôles de conformité et durcit les règles du jeu pour les entreprises les plus négligentes.

Timothee ImbertonLe risque ? Des sanctions pour travail dissimulé. Dans ce cadre, comment bien intégrer un consultant indépendant dans son entreprise sans courir un risque juridique ? Check-list !

Pour un contrat annuel d’un montant égal ou supérieur à 5 000 € HT (montant global de la prestation même si celle-ci fait l'objet de plusieurs paiements ou facturations), la société qui intègre un consultant indépendant doit vérifier à la signature du contrat :

L’immatriculation

Le prérequis numéro un pour qu’un consultant indépendant puisse exercer son activité est de créer sa structure juridique et l’immatriculer. En conséquence, le code du travail impose à l’entreprise qui souhaite intégrer un consultant indépendant de vérifier qu’il soit correctement immatriculé. Un extrait K-Bis, ou équivalent devra être délivré au donneur d’ordre par le consultant.

L’attestation de vigilance

La société qui intègre un consultant indépendant doit vérifier qu’il s’acquitte de ses obligations de déclaration et de paiement des cotisations sociales auprès des organismes de collecte (URSSAF ou SSI). Cette attestation qui peut être obtenue en ligne, atteste que le consultant indépendant est bien à jour de déclaration et de paiement de ses cotisations sociales.

La liste nominative des salariés étrangers soumis à autorisation de travail

Le code du travail contraint le donneur d’ordre qui intègre un consultant indépendant à s’assurer qu’il n’emploie pas dans sa structure des salariés étrangers démunis de titre de travail. Le donneur d’ordre devra demander au consultant, s’il emploie des salariés étrangers, et si c’est le cas, qu’il fournisse une liste spécifique les mentionnant. Les salariés étrangers doivent avoir fait l’objet d’une autorisation de travail préalable le cas échéant.

L’obligation de vigilance

À elle seule, la collecte de ces trois documents à la signature du contrat n’est pas suffisante. Elle doit être renouvelée tous les 6 mois jusqu’à la fin du contrat. Cela va plus loin, car le donneur d’ordre est tenu de vérifier la validité et l’authenticité de l’attestation de vigilance, sans quoi en cas de contrôle, elle n’est réputée n’avoir jamais été obtenue !

En cas de non-respect et si le donneur d’ordre s’est rendu coupable de travail dissimulé, les sanctions sont très lourdes. Il s’expose à des sanctions de nature financière et peut être tenu de régler de manière solidaire, les impôts, taxes et cotisations sociales du consultant.

L’assurance en responsabilité civile professionnelle et d’exploitation

Il est également primordial de vérifier que le consultant indépendant possède bien une assurance en responsabilité civile professionnelle et d’exploitation lors de ses missions de conseil. Elle lui permet de couvrir l’ensemble des dommages corporels, matériels et immatériels qui pourraient survenir au cours d’une mission. Attention un accident est vite arrivé !

Les obligations et les conséquences liées à la contractualisation avec des consultants indépendants sont encore largement sous-estimées. Dans un contexte de renforcement des contrôles URSSAF, il est indispensable de systématiser cette procédure. La conformité de ses consultants indépendants ne s’improvise pas, elle doit être pilotée avec précision.

Par Timothée Imberton, Responsable Financier et Juridique chez Colibee

 

 

Lu 3484 fois Dernière modification le vendredi, 12 juillet 2019 07:51

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour pouvoir feuilleter gratuitement et intégralement le prochain numéro

   je m inscris test

Vient de paraître notre édition spéciale Transformation Digitale en entreprises et commandez la version numérique pour 10 euros TTC

MAG DIGITAL Lire-extrait HS 2019-09 Transfo digitale-300-250 pix.jpg

Extrait de l'édition Transformation digitale 

 

Découvrez notre édition de juin 2019 de GPO Magazine. Découvrez un extrait et demandez votre version numérique intégrale pour 10 euros TTC 

MAG DIGITAL lire EXTRAIT GPO103-300-250pix.jpg

Extrait du dernier numéro

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.