La lutte contre la corruption s’intensifie dans le monde des affaires

Etudes Écrit par  mardi, 20 novembre 2018 14:45 Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(0 Votes)

EcoVadis, la plateforme d’évaluation et d’amélioration de la performance RSE des entreprises, dévoile les résultats de sa dernière étude consacrée aux enjeux de corruption dans les entreprises. Forte de son expertise, la plateforme a ainsi étudié pendant deux ans les pratiques anti-corruption de près de 20 000 entreprises, à travers 138 pays (répartis sur 5 régions), avec pour objectif la mesure de la façon dont les entreprises luttent contre ce fléau.

En termes de méthodologie, EcoVadis a étudié 3 domaines au sein des entreprises monitorées : les politiques anti-corruption ; les actions concrètes ; le reporting mis en place mais aussi les sanctions délivrées par les autorités.

Un engagement contre la corruption encore « limité »
Le score mondial moyen recensé par EcoVadis pour le thème « Éthique » s’élève à 42,2/100. Cela démontre une gestion encore trop partielle des risques de corruption par les entreprises et une approche peu structurée de ces enjeux.
- Les sociétés nord-américaines remportent le meilleur score (45,7/100). Cela s’explique par l’existence de réglementations existantes depuis 1977 et donc un système anti-corruption déjà mature. Revers de la médaille, elles sont aussi deux fois plus sanctionnées par les autorités que le reste des entreprises dans le monde.
- La Chine, elle, remporte la palme du mauvais élève (32,6/100) dans ce bilan.
- Quant à l’Europe, avec un score de 45,3, elle se montre légèrement au-dessus de la moyenne mondiale, notamment grâce à la mise en place de nouvelles régulations depuis quelques années.

Sans surprise, les entreprises les plus performantes se situent dans les secteurs les plus exposés aux sanctions et aux amendes, tels que ceux de l’Énergie (avec une note de 50,2/100), de la Finance & Assurance (49,9/100). Le secteur de l’Immobilier performe également bien (47,7/100).

Au contraire, les secteurs les moins performants, c’est-à-dire le Commerce de gros & de détail (39/100), le Transport (40,5/100) et l’Industrie légère (41,2/100) manquent de transparence et de réglementation.

Bonnes pratiques : des efforts restent à faire
- L'étude EcoVadis montre que 48% des entreprises ont pris des engagements contre la corruption (77% des grandes entreprises vs 40% des PME & ETI).
- Seules 37% des politiques sont suivies de mesures (70% des grandes entreprises ; 29% des PME & ETI) : procédure d’alerte, formation, audits, cartographie des risques, évaluation des tier
- Quant au suivi, les entreprises sont seulement 9% à mettre un système de reporting en place (29% des grandes entreprises ; 4% des PME & ETI). Enfin, 3% des entreprises interrogées ont déjà été sanctionnées.

Concernant la nature des pratiques mises en place, la « bonne pratique » la plus commune reste la procédure d’alerte (plus particulièrement en Amérique du Nord qui recense 41% des alertes), tandis que les pratiques les moins développées concernent l’évaluations des tiers et la cartographie des risques.

L’éthique dans les entreprises françaises
Outre les performances observées dans les grandes régions du monde, les pratiques éthiques des entreprises françaises (à 80% PME et ETI) sont comparées par EcoVadis, et ce dans le contexte de la loi Sapin II relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique.

Depuis l’adoption de la loi, le nombre d’entreprises française ayant mis en place des politiques anti-corruption a plus que doublé (21% en 2015 vs 49% en 2018). Les chiffres concernant les mesures mises en place sont encore plus parlants : 6% des entreprises en 2015 … contre 36% en 2018 !

Lu 487 fois

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour pouvoir feuilleter gratuitement et intégralement le prochain numéro

   je m inscris test

Vient de paraître notre édition spéciale Transformation Digitale en entreprises et commandez la version numérique pour 10 euros TTC

MAG DIGITAL Lire-extrait HS 2019-09 Transfo digitale-300-250 pix.jpg

Extrait de l'édition Transformation digitale 

 

Découvrez notre édition de juin 2019 de GPO Magazine. Découvrez un extrait et demandez votre version numérique intégrale pour 10 euros TTC 

MAG DIGITAL lire EXTRAIT GPO103-300-250pix.jpg

Extrait du dernier numéro

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.