Recycler les déchets, un défi d’avenir

RSE Écrit par  mercredi, 05 septembre 2012 00:00 Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La préoccupation écologique fait désormais partie de notre quotidien. Cela fait maintenant plus de vingt ans que certaines branches industrielles cultivent le sens de leurs responsabilités environnementales, recyclage en tête. Mais une filière complète et efficace impose aussi que les consommateurs, comme les entreprises, participent dès le début de la chaîne à cet effort collectif. Est-ce rentable ? Toute la question est là.



Bien qu'ils soient tous émetteurs de déchets, tous les secteurs d’activités ne sont pas à placer sur un même pied d’égalité, tant en volumétrie qu’en nocivité des produits à traiter. Difficile de comparer la complexité du processus industriel du démantèlement des piles-batteries ou écrans de télévision et PC, à la relative simplicité technique du recyclage du papier.
Au-delà des aspects purement techniques, il apparaît clairement que le recyclage doit être considéré comme une source de valeurs ajoutées tant au plan économique que social.
« Le tri est un geste rentable qui crée de la valeur » déclare Géraldine Poivert, directrice générale d’EcoFolio (éco-organisme filière papiers). Le défi permanent est précisément d’en convaincre tous les dirigeants de PME et de TPE. Car en ce qui concerne les grandes entreprises, de gré ou de force, elles ont compris depuis longtemps qu’elles avaient tout intérêt à s’occuper de « leurs » déchets.

Quelques chiffres qui fixent les enjeux
770 millions de tonnes annuels de déchets en tout genre (ordures ménagères comprises), tel est le chiffre qui donne la dimension globale des processus industriels de collectes et de retrai­tements à mettre en œuvre. Regardons quelques grands secteurs du recyclage dont la haute volumétrie est directement issue de nos modes de vie.

Le papier : en France, chaque année, nous consom­mons plus de quatre millions de tonnes de papier, sous une forme ou sous une autre1. La REP (Responsabilité Élargie du Producteur) papiers a été crée très récemment en 2006 et reste encore à ce jour partielle (33 % des tonnages sont exclus de la REP : les livres et la presse notamment).
Aujourd’hui, 44 % sont recyclés (75 % en Allemagne). Éco-organisme en charge : EcoFolio

Les emballages ménagers : plus de 3 millions de tonnes annuels de déchets, dont 67 % sont recyclés. Une belle performance due à Eco-Emballages, l’un des tout premier éco-organismes créé en 1992. Grand partenaire des collectivités locales, des communes et des entreprises, cet organisme a investi 4 milliards d’euros en 18 ans, 4 autres le seront dans les six prochaines années. D’après Eco-Emballages, cette filière a créé quelques 108 000 emplois directs et indirects depuis 1992.

Les équipements électriques et électroniques (hors ampoules) : chaque année, 1,6 millions de tonnes2, répartis sur 600 millions d’appareils mis sur le marché, du plus petit au plus gros. Seuls 23 % sont aujourd’hui recyclés chaque année. L’organisation de la filière D3E3 est de création relativement récente (août 2005 pour les D3E professionnels ; novembre 2006 pour les D3E ménagers). Principaux éco-organismes : Ecologic, Eco-Systèmes et ERP.

Les ampoules électriques : appartenant à la grande famille des D3E, le recyclage des lampes est principalement animé par l’éco-organisme Récylum. Créé en mai 2005 à parts égales entre quatre grands fabricants (General Electric, Osram, Philips, Sylvania), Récylum a permis de traiter 35 % des lampes arrivées en fin de vie en 2011, soit quelques 30 millions d’unités pour plus de 4 000 tonnes. Plaçant la France dans le groupe de tête européen en matière de collecte des lampes, cette filière est un modèle du genre.

L’univers des recyclages est protéiforme
Si nous sommes tous consommateurs finaux des emballages de nos achats quotidiens (alimen­tation, électro-ménagers, informatique, ampoules, piles…), tous les produits à recycler ne nous concernent pas. Un particulier n’aura jamais à se soucier du retraitement d’huiles industrielles, ni même de ce qu’il advient des pneumatiques usagés laissés chez son garagiste. Ce dernier, en revanche, en est pleinement responsable et la loi le lui impose. C’est un des nombreux aspects de la variété de l’univers des recyclages. Ceci pour souligner que les missions des collectivités affichent de lourdes différences, ne serait-ce que dans le nombre et la répartition des points de collecte des déchets. « La multiplication des points de collecte est un point majeur de la facilité des bonnes pratiques » nous dit à ce sujet l’un des responsables d’un éco-organisme.
Autre exemple de la problématique, une entreprise industrielle dont la production impose une grande utilisation d’eau, ne peut rejeter ces eaux polluées avant de les avoir traitées et assainies ; une forme dérivée du recyclage qui suppose des investis­sements lourds. Mais c’est alors la loi et les dif­férentes réglementations qui l’imposent. Aucune loi véritablement contraignante n’impose aux entreprises de faire un simple et premier tri sélectif ; seule une profonde évolution culturelle installe progressivement les bonnes pratiques.
Mais est-il rentable pour une PME ou une TPE d’avoir cette préoccupation environnementale ? Nombre de dirigeants se posent encore cette question. Outre la dimension économique qui prime, la bonne réponse est toujours liée à la volonté du dirigeant. Admet-il que d’une politique environnementale volontariste dépende la qualité des relations sociales et la fierté d’appartenance au sein même de son entreprise ? Convenons que le calcul du retour sur investissement, bien que certain, devient sur ce point difficile à estimer. En période de crise, la décision n’est pas facile à prendre.

Le recyclage est facile et quasi gratuit
« Le premier des recyclages, c’est de tout faire pour moins consommer de papier dans nos imprimantes ou d’énergie dans nos bureaux » nous dit le patron d’une agence de communication. Une fois ce principe acté, l’entreprise rentre déjà dans le cercle vertueux de la protection environnementale. Plus concrètement, il existe deux façons de mettre en pratique le « souci déchets ».

1. Le tri sélectif avant la mise en benne. Le coût de l’organisation de ce tri dans une entreprise est négligeable. Demander à ses salariés de ne pas mettre dans le même panier, papiers et cartouches d’encre d’imprimantes n’est pas une tâche insurmontable. Il faudra ensuite veiller à ce que toute la chaîne suive (ménage), pour ne pas retrouver l’ensemble dans la même benne sur le trottoir.
2. Faire appel aux collectivités. Si l’entreprise génère en assez gros volume et de façon récurrente des déchets spécifiques, de nombreux services publics spécialisés existent. Leur demander de passer prendre les déchets selon un agenda prédéterminé fait partie de leurs missions. Cela ne coûte rien. 
La protection de l’environnement étant ancrée dans les esprits, quel salarié ne serait pas fier de voir son entreprise mettre en œuvre une politique en ce domaine ?

La Poste, un bel exemple
Consciente qu’elle est au centre de la manipulation d’un volume considérable de papiers en tout genre, La Poste vient de lancer une activité de collecte de papiers de bureau à recycler dédiée aux TPE-PME. Elle vient de racheter la société Nouvelle Attitude, désormais filiale du Courrier. Société spécialisée, elle est aussi une entreprise de réinsertion dans le monde du travail pour les personnes qui en sont exclues. La Poste démontre ainsi sa volonté écologique, sociale et économique. Un chiffre intéressant : 100 tonnes de papiers collectés et recyclés génèrent un emploi à temps plein. Le déploiement de cette activité est au cœur du projet stratégique de la Poste (« 2015 Réinventons le Courrier ») qui vise à faire du courrier un acteur de référence de la relation client, rentable et responsable.
C’est une autre forme de réponse à la question que nous posions : le recyclage est-il rentable ? Réponse de GPO Magazine : il l’est de plus en plus. Et nous avons vu que des mesures simples et économiques sont possibles, notamment pour une PME. Alors pourquoi attendre ?

Par Philippe Dermagne

 

(1) Source Ademe Et EcoFolio

(2) Source Ademe

(3) DEEE : Déchets Equipements Electriques et Electroniques

 

La consommation de papiers en France

> par type d’édition
26 % Publicités et brochures commerciales
21 % Presse
19 % Papiers à copier et enveloppes
14 % Courrier et publipostage
13 % Divers (catalogues, annuaires..)
7 % Livres
> par type de consommateur
68 % Ménages  
32 % Professionnels
> par secteurs
72 % Commerce-Grande Distribution
17 % Presse et annuaires
11 % Autres divers
(Source : EcoFolio 2009)



Le saviez-vous ?

• 1 tonne de papier usagé et collecté = 900 kg de nouveau papier recyclé
• 100 tonnes de papier collecté et recyclé = 1 emploi d’insertion créé
Source : La Poste 2011



À noter

Les ampoules classiques (à filament ou halogène) peuvent être jetées à la poubelle ménagère. Elles ne contiennent aucune quantité significative de substances classées comme dangereuses.
Lu 4760 fois Dernière modification le vendredi, 10 juillet 2015 09:30
Philippe Dermagne

En 1980, il crée sa propre société, une agence de publicité dédiée au BtoB, à la communication par l’écrit et à la motivation des forces de ventes. En 1995, il fonde l’une des toute premières agences multimédia française, en mettant en place un développement international en Suède, UK et Brésil. Depuis 2007, il est un journaliste qui présente la particularité d’avoir plus de 30 années d’expérience en tant qu’entrepreneur.
Ses terrains de prédilections : les RH, le développement durable, la gestion de flotte automobile. Son second métier : l’animation de colloques, tribunes et grands séminaires d’entreprise.

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

è Comment les données et l’IA peuvent révolutionner les prises de décision ?

L'impact que les données peuvent avoir sur l’entreprise et comment des outils technologiques permettent d’exploiter ces données de manière efficace et sécurisée.

Visualiser la vidéo sur notre chaîne en cliquant ici


è
 Découvrez le réel impact de Windows 11 Professionnel

Grâce à la sécurité activée par défaut, les entreprises du monde entier prennent des initiatives plus audacieuses et des décisions plus rapides.

 
è Facturation électronique 2026

Un guide détaillé sur les étapes clés pour réussir son passage à la facturation électronique 2026 et franchir le pas de la dmatérialisation, avec tous les bénéfices qui l'accompagnent.

LB Facturation electronique 2026 Docuware.png

 

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 
è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts