Olivier de Puymorin, Arkadin International - un « serial » créateur philanthrope

Olivier de Puymorin, Arkadin International - un « serial » créateur philanthrope

Évaluer cet élément
(4 Votes)

Lorsque l’on quitte l’école à 16 ans sans autre diplôme que sa passion et son enthousiasme, on n’a pas le choix. Il faut se battre envers et contre tout ! Et apprendre par soi-même, par les autres aussi… Un trésor inestimable pour Olivier de Puymorin qui aime et respecte tous ceux qui l’entourent. Ses proches bien sûr mais également ses collaborateurs quel que soit leur poste dans l’entreprise. Mais n’est pas entrepreneur qui veut et il en faut de l’audace, du courage et de la détermination pour créer et développer une entreprise. Surtout lorsque l’on passe une bonne partie de sa vie active à créer non pas une, mais des entreprises.

D’abord, dans les années 80, une première entreprise de coursiers puis il s’investit sur le marché des enveloppes et du fax, créant et cédant ses entreprises au fil des années. Enfin, en 2001, Olivier de Puymorin fonde l’entreprise Arkadin. En 2012, grâce à l’entrée d’AXA Private Equity, Arkadin connaît une croissance à deux chiffres de son chiffre d’affaires, ce qui lui permet de renforcer sa position dominante sur le marché grâce à un certain nombre d’acquisitions. En 2014, le groupe NTT Communications, premier opérateur mondial de télécommunications, rachète 91,2 % du capital d’Arkadin, ce qui accélère la croissance de l’entreprise. Une réussite sans précédent pour cet autodidacte qui a toujours su orienter sa vie professionnelle de façon positive. « L’enjoyment » dans la création et le développement d’entreprises avec la volonté de partage et de collaboration émanant des personnes. Une véritable culture d’entreprise !

GPO Magazine : Vous avez arrêté vos études très jeune, est-ce que cela a été une force ou un handicap ?
Oliver de Puymorin : Je suis né à Toulouse en 1952 et j’ai été élevé dans un milieu relativement bourgeois. Lorsque j’ai quitté l’école à 16 ans, j’étais en révolte contre les valeurs de notre société. De fait, mes parents ne m’ont pas laissé le choix. Il fallait que je quitte ce cocon familial. J’ai fait mon service militaire en Allemagne. Cela a été ma première immersion à l’étranger en dehors des séjours linguistiques que j’avais pu faire auparavant. J’ai découvert l’envers du décor : une vie rude à laquelle je n’étais pas habitué.

GPO Magazine : Comment avez-vous été amené à créer votre première société et les suivantes ?
Olivier de Puymorin : Mon parcours est celui d’un autodidacte même si j’ai pris des cours du soir, cela ne suffisait pas à faire décoller ma carrière. Ma première expérience professionnelle s’est déroulée dans une banque. Mais je n’étais pas fait pour ce métier. J’ai ensuite pris une année sabbatique, je me suis marié et j’ai eu des enfants.
Lorsque les banques ont été nationalisées, j’ai décidé de changer d’orientation. En 1981, je suis entré au capital à hauteur de 20 % d’une petite société de livraison par coursiers. Mais il s’est avéré que ladite société avait des dettes que nous avons dû rembourser. On peut donc dire que j’ai été amené à la création d’entreprise par accident.
Ma première entreprise, Eurofax a été créée en 1983. Il s’agissait d’offrir un service de messagerie électronique. À l’époque, le matériel devait être agréé par France Telecom. Puis, en 1992, j’ai lancé la réplique française d’Xpedite, un opérateur américain de messagerie par fax. L’objectif était d’envoyer des fax à plusieurs destinataires en même temps. Apax Partners USA était déjà actionnaire de la société américaine Xpedite, tandis que les autres bureaux d’Apax finançaient les franchises européennes. Paris a fait de même via une participation minoritaire. L’opération a été menée par Eddie Misrahi. J’ai rencontré Eddie au bon moment car il m’a forcé à me structurer, à m’organiser. C’est la première fois que j’ai fait des gains importants car six ans plus tard, le groupe américain, récemment coté, a racheté sa petite sœur française et a permis à Apax France de réaliser une jolie plus-value. Je me suis lancé alors dans une nouvelle aventure entrepreneuriale dans les télécoms en développant des services de collaboration à distance pour les entreprises (audio conférence, visio conférence, partage de documents…). Le financement était assuré par des Business Angels, permettant à Arkadin de voir le jour en 2001.

GPO Magazine : Vous avez créé beaucoup d’entreprises, certaines n’ont pas survécu : avez-vous appris autant de vos échecs que de vos succès ?
Olivier de Puymorin : Bien sûr, j’en ai même tiré trois règles assez simples à mettre en œuvre. La première : « n’est pas entrepreneur qui veut ». Il faut une capacité pour faire face aux évènements car un créateur d’entreprise est toujours seul et il va falloir qu’il continue à avancer malgré les échecs. Et tirer des leçons de ses échecs. La seconde : « il faut savoir bien s’entourer ». J’ai compris à travers Apax qu’une société ne peut se développer que s’il y a des collaborateurs avec une forte dimension. Enfin, la troisième : « il faut prendre les choses de façon positive ». C’est ce que les anglo-saxons appellent « l’enjoyment ». Travail et plaisir doivent aller de pair. C’est de cette façon que l’on peut faire face aux nombreux défis en l’interne et à l’international et progresser grâce à la coopération des équipes. En outre, une culture d’entreprise ouverte et joyeuse attire les clients qui vont partager notre enthousiasme.

GPO Magazine : Pourquoi avoir choisi d’appeler votre entreprise, Arkadin ? Est-ce pour faire écho au magnifique film d’Orson Welles : « Arkadin » ?
Olivier de Puymorin : Ce n’est pas moi qui ai choisi le nom d’Arkadin. Nous avons fait appel à une agence qui a trouvé le nom d’Arkadin en référence au film éponyme d’Orson Welles. Dans ce film Grégory Arkadin a le don d’ubiquité, ce qui semblait correspondre parfaitement à l’activité de notre entreprise. En effet, en matière de conférence téléphonique, vous êtes présent quel que soit le pays où vous vous situez.

GPO Magazine : Faut-il avoir, comme ce géant du cinéma, un grain de folie, un grain de génie et une éclatante santé pour créer et développer une entreprise ?
Olivier de Puymorin : Il faut un grain de folie pour créer son entreprise. Et surtout ne pas avoir peur. Il faut un certain courage aussi et croire à fond dans son projet. Suivre ses intuitions est important. D’ailleurs, les grands patrons autodidactes sont souvent plus intuitifs et imaginatifs que ceux qui sortent des grandes écoles. L’entrepreneur doit être un peu « dingue » et il faut savoir s’entourer de gens raisonnables afin de le freiner. Il faut également oser car comme dit le proverbe : « qui ne tente rien n’a rien ».
Pour ce qui est du grain de génie, il faut savoir rester humble. Laissons le génie aux grands inventeurs, chercheurs… Un dirigeant d’entreprise doit avant tout être visionnaire. Souvent les entreprises les plus performantes ont à leur tête un dirigeant charismatique, capable d’incarner leurs valeurs, leur stratégie et leur ambition. Mais le chef d’entreprise doit également avoir la capacité de transformer son organisation et d’anticiper les mutations majeures des marchés.
Enfin, il vaut mieux avoir une très bonne santé car il faut savoir aller de l’avant, ne pas craindre les déplacements pour aller voir nos clients qui sont nos meilleurs amis. Il faut passer du temps avec eux : c’est important. En revanche, il faudrait se fixer pour règle de ne pas avoir plus de deux réunions par semaine avec une durée d’une heure maximum. Cela ne sert à rien d’aller au-delà.

OlivierdePuymorinGPO Magazine : Quelles sont les clés de la réussite d’Arkadin ?
Olivier de Puymorin : Arkadin a été créé en 2001. C’est aujourd’hui l’un des fournisseurs de service de collaboration le plus important au monde et il compte parmi ceux enregistrant la plus forte croissance. En l’espace de 10 ans, Arkadin a planté son drapeau dans 35 pays, dont l’Inde en 2006, ce qui était loin d’être évident et compte environ 42 000 clients. Depuis, 2014, la société fait partie du groupe japonais NTT Communications, leader mondial des télécommunications. Il s’agit donc d’une réussite interne et internationale incontestable. Comment peut-on l’expliquer ? D’abord, le secteur de la télécommunication est un secteur porteur. Ensuite, afin de faire mieux que les concurrents, nous avons recruté les bonnes personnes. Enfin, sur le plan international, nous avons su trouver le bon partenariat car seuls, nous n’avions aucune chance de réussir. Mais pour travailler avec confiance et bienveillance ensemble il faut, même si l’on a une culture radicalement différente, partager les mêmes valeurs.
Par ailleurs, il faut que les salariés puissent participer au succès de l’entreprise et deviennent des actionnaires. C’est ce que l’on a fait chez Arkadin et un certain nombre de nos salariés, devenus de fait entrepreneurs, ont été millionnaires en euros.

GPO Magazine : Quel type de dirigeant êtes-vous ?
Olivier de Puymorin : Je n’ai jamais été attaché à ma fonction de dirigeant car le pouvoir ne m’intéresse pas, pas plus que les titres. Mais j’ai toujours apprécié de faire ce qu’il me plaît et j’apprécie cette liberté lorsque l’on est à la tête d’une entreprise. En outre, il faut savoir prendre des conseils lorsqu’une décision importante doit être prise. Et il faut admettre que l’on peut se tromper et changer de direction. Il faut être souple et ne pas se dire que l’on a toujours raison.

GPO Magazine : Quelles sont les valeurs auxquelles vous êtes attaché en tant qu’entrepreneur ?
Olivier de Puymorin : D’abord, il faut avoir le respect de soi-même et des autres. Je crois essentiel de dire « merci » sur le plan personnel à nos proches et sur le plan professionnel à nos collaborateurs. C’est une façon de leur dire qu’on les aime et de reconnaître leur valeur.
Ensuite, « l’entrepreneurial spirit » est de toujours se demander comment peut-on mieux faire son job.
Il faut également garder le cap et rester optimiste en toutes circonstances. Et il convient, pour ce faire, de s’entourer de collaborateurs capables de relever des défis.

GPO Magazine : Est-ce que l’épanouissement des salariés est essentiel ?
Olivier de Puymorin : Dès lors que les salariés d’une entreprise sont épanouis, ils travaillent mieux. Cela ne sert à rien de leur mettre la pression. Nous avons toujours eu à cœur chez Arkadin d’être humains par rapport à nos concurrents. Cela fait partie de l’ADN de cette entreprise et c’est ce qui fait d’ailleurs sa force.

GPO Magazine : Avez-vous un modèle de chef d’entreprise ?
Olivier de Puymorin : Non, je ne pense pas avoir un modèle particulier de dirigeant. J’ai beaucoup d’admiration pour l’ancien PDG d’Essilor Xavier Fontanet, qui depuis janvier 2018, transmet toutes les « recettes » de la stratégie d’entreprise dans une émission pédagogique passionnante sur BFM Business. En effet, il a pris sa retraite mais il a la volonté de transmettre son expérience. Il a également écrit un livre « Les 12 clés de la stratégie » afin de donner des clés pour comprendre ce qu’est la stratégie, de savoir pourquoi elle est indispensable au sein d’une entreprise.
Sur un autre plan, je me sens en phase avec Alexandre Marx, jeune entrepreneur, philanthrope et fondateur d’Epic, le mouvement mondial pour lutter contre les injustices sociales en révolutionnant le don. Dans son livre, « La révolution du partage », il explique qu’un milliard d’humains vivent avec moins d’un dollar par jour et qu’il faut s’engager au service du partage. Avec un mot d’ordre : que le don devienne la norme.

GPO Magazine : Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait créer son entreprise aujourd’hui ?
Olivier de Puymorin : Je lui dirais qu’il ne faut pas avoir peur d’oser se lancer. Mais il ne doit pas avoir pour seul objectif de gagner de l’argent. Il doit plutôt avoir en tête de participer à la création de valeurs avec des personnes de talent qu’il apprécie. Car souvent, les idées sont bonnes mais l’exécution est mauvaise. Il convient donc de savoir s’entourer et d’être transparent avec ses collaborateurs. Par la suite, lors du développement de l’entreprise, il faut avoir du courage lorsque l’on prend des décisions importantes. Et ne pas avoir peur de dire que l’on s’est trompé. Enfin, il faut avoir une ambition internationale car la concurrence est mondiale et pas seulement franco-française.

GPO Magazine : En dehors de votre entreprise, comment vous ressourcez-vous ?
Olivier de Puymorin : Mon entourage familial est extrêmement important pour moi. C’est une force de pouvoir compter sur les gens que l’on aime tels que son épouse, ses enfants et ses amis. J’aime aussi rencontrer des gens de tous les milieux culturels et sociaux et de pays différents : ils nous enrichissent tellement. Enfin, récemment, je me suis investi en soutenant de jeunes entrepreneurs auxquels je crois. J’essaye de les aider du mieux que je peux. C’est un échange fructueux intellectuellement. Et en plus, je me sens utile.




Lu 5947 fois Dernière modification le mardi, 18 juin 2019 08:42
Linda Ducret

En 1987, elle devient avocate et crée son cabinet en exercice individuel en 1990. Depuis 2005,  elle est journaliste avec comme terrains de prédilections : les dossiers stratégie du dirigeant, propriété intellectuelle, nouvelles technologies, Incentive.....En 2009, elle publie un roman policier Taxi sous influence, finaliste du Prix du Premier roman en ligne.

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour pouvoir feuilleter gratuitement et intégralement le prochain numéro

   je m inscris test

 

 

Vient de paraître notre édition de juin 2019 de GPO Magazine. Découvrez un extrait et demandez votre version numérique intégrale pour 10 euros TTC 

MAG DIGITAL lire EXTRAIT GPO103-300-250pix.jpg

Extrait du dernier numéro

Découvrez notre édition spéciale Gestion de la Mobilité en entreprises et commandez la version numérique pour 10 euros TTC

Capture d’écran 2019-03-14 à 16.25.08.png

Extrait de l'édition spéciale Gestion de la mobilité 

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.