Windows Onward

36 % des logiciels installés sur les ordinateurs en France en 2013 ne disposent pas d’une licence conforme

Etudes Écrit par  mardi, 01 juillet 2014 15:32 Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les utilisateurs d’ordinateurs citent le risque d’être victimes de programmes malveillants (malware) comme la raison N°1 qui les freine à utiliser des logiciels sans licence. Ils craignent plus particulièrement les intrusions de leur système par des hackers et la perte de données. C’est l’un des principaux enseignements que l’on peut retirer de l’édition 2014 de l’étude de BSA | The Software Alliance menée avec IDC.

 

36% des logiciels installés sur les ordinateurs en France en 2013 ne disposent pas d’une licence conforme ; un chiffre en baisse de 1 point par rapport à la précédente étude portant sur l’année 2011 (37%) et en décroissance constante depuis 2005 (47%), mais qui demeure supérieur à la moyenne de l’Union Européenne (31%, contre 43% à l’échelle mondiale).

 

Au-delà de la tendance baissière de l’utilisation de logiciels non conformes en France, les conclusions de l'étude mondiale de la BSA sur les logiciels soulignent avant tout la nécessité d’adopter des pratiques adaptées de gestion des actifs logiciels, surtout en entreprise. Car cette baisse s’avère encore insuffisante et pas seulement au regard des résultats constatés au sein de l’UE, comme le souligne François Rey, Président du Comité France de la BSA :

 

« Ce que l’on constate, c’est que sous l’effet de l’action continue de la BSA et des différents acteurs publics et privés qui défendent le respect de la propriété intellectuelle, le taux de logiciels non conformes continue de baisser depuis près de 10 ans. C’est encourageant, même s’il reste supérieur à celui de l’UE et de nos voisins ; mais c’est encore insuffisant pour soutenir notre économie, accroître notre compétitivité, soutenir les sociétes qui en vivent et les emplois associés et enfin réduire les risques juridiques, financiers et sécuritaires liés à la non-conformité. La BSA s’emploie d’ailleurs de façon soutenue en ce sens : cela passe par des actions de sensibilisation, bien sûr, au travers de diverses prises de parole et la publication de nombreuses études mais aussi différents partenariats avec les acteurs économiques concernés, les pouvoirs publics, les instances d’audit, de contrôle de gestion ou comptables ou encore de normalisation comme l’AFNOR ».

 

« La plupart des gens ignorent ce qui est installé sur leurs systèmes. Il faut que cela change », affirme pour sa part Victoria Espinel, PDG de la BSA. « Il existe des pratiques de bon sens que les dirigeants et les administrateurs devraient suivre et faire appliquer pour s’assurer que les logiciels utilisés dans leur entreprise ne sont pas piratés ou sans licence conforme. »

 

L’étude mondiale de la BSA sur le piratage des logiciels est menée tous les 2 ans en collaboration avec IDC. Pour cette édition, les utilisateurs d’ordinateurs de 34 pays ont été interrogés, dont près de 22 000 utilisateurs de PC professionnels et grand public et plus de 2 000 responsables IT. Voici quelques-unes des conclusions notables de l’étude :

·         36 % de logiciels installés sur des PC en France en 2013 étaient donc des programmes sans licence conforme, une variation de 1 point par rapport à 2011 (37%). La valeur commerciale de ces logiciels piratés totalise 2,7 milliards de dollars (à comparer aux 13,5 milliards de dollars pour l’ensemble de l’UE), soit un peu moins de 2 milliards d’Euros.

·         Pour tous les utilisateurs à l’échelle mondiale, le motif numéro 1 de ne pas utiliser de logiciels piratés est d’éviter de s’exposer à des risques de sécurité liés aux programmes malveillants. Parmi les risques associés aux logiciels piratés, 64% des utilisateurs citent en premier l’accès non autorisé de hackers, suivi à 59% par la perte de données.

·         Les responsables IT du monde entier confient leurs craintes légitimes des conséquences de l’utilisation de logiciels piratés, pourtant moins de la moitié sont certains que les logiciels utilisés dans leur entreprise sont bien sous licence conforme.

·         Seules 28% des entreprises en France ont mis en place des règles écrites imposant d’utiliser des logiciels sous licence conforme. Précisons qu’à l’échelle mondiale, ce sont 35% des entreprises qui ont procédé à l’instauration d’une telle règlementation.

 
En France, la BSA s’active sur tous les fronts : celui de la sensibilisation aux risques liés à la non-conformité de l’ensemble des acteurs de l’écosystème du logiciel (comme le 25 mars dernier à l’occasion d’une table ronde organisée avec le concours de la CCI de région Alsace-Strasbourg, ou encore le 15 mai, lors d’une conférence de la Société Française des Analystes Financiers pour insister sur la nécessité d’inscrire les logiciels comme actifs immatériels de l’entreprise) ; mais aussi celui de l’action concrète, afin d’inciter les entreprises à adopter des bonnes pratiques de Gestion des Actifs Logiciels (Software Asset Management, SAM), leur permettant d’optimiser leur parc logiciel, d’être en conformité et ainsi de limiter les risques.

 

On peut à cet égard citer l’énorme travail accompli conjointement avec l’AFNOR depuis près de 2 ans pour la mise en place d’une norme SAM au sein des entreprises, afin de leur permettre de rationaliser la gestion de leur portefeuille de logiciels selon les besoins et les ressources.

 

« L’utilisation de logiciels sans licence en entreprise résulte d’un problème de gouvernance. Des changements s’imposent, comme le démontre cette étude », explique Victoria Espinel, PDG de la BSA. « Il existe des mesures basiques, à la portée de toutes les entreprises, pour renforcer leur conformité, comme celles visant à établir une politique formelle sur l’utilisation des logiciels sous licence et à tenir des registres à jour. Les entreprises auraient aussi intérêt à mettre en place des programmes de gestion des actifs logiciels (SAM) plus stricts, selon les bonnes pratiques internationales. Ainsi, elles pourraient procéder aux contrôles nécessaires pour connaître exactement quels sont les logiciels installés sur le réseau. Ces bonnes pratiques aident à limiter les risques sécuritaires et opérationnels et les entreprises sauraient systématiquement si elles disposent d’un nombre de licences suffisant. »

 

D’autres conclusions de l’étude mondiale de la BSA s’avèrent également dignes d’intérêt :

·         A l’échelle mondiale, 43% des logiciels installés sur PC en 2013 étaient des programmes sans licence conforme ; une hausse de 1% par rapport à 2011 qui s’explique notamment par l’augmentation continue de l’utilisation de logiciels piratés dans les pays émergents, où ils sont déjà majoritaires sur les PC.

·         La valeur commerciale de ces logiciels piratés totalise la somme de 62,7 milliards de dollars pour 2013.

·         La région affichant le taux le plus haut d’utilisation de logiciels sans licence sur PC en 2013 est l’Asie-Pacifique, avec 62% ; un score 2% plus élevé qu’en 2011, qui porte la valeur commerciale des logiciels piratés à 21 milliards de dollars.

·         L’Europe centrale et de l’Est arrive en seconde position avec 61% de logiciels sans licence, suivie de l’Amérique latine, à égalité avec le Moyen-Orient et l’Afrique avec 59%.

·         L’Amérique du Nord conserve pour sa part le taux le plus bas d’installation de logiciels sans licence avec 19%, ce qui représente néanmoins une valeur commerciale non négligeable, de près de 10,9 milliards de dollars.

·         Cette proportion de logiciels illicites chute de 2 points par rapport à 2011 pour ce qui concerne l’Union européenne, cette dernière passant ainsi en 2013 à 31%, pour une valeur commerciale de 13,5 milliards de dollars.

 

Pour consulter le rapport complet de l’étude mondiale de BSA sur les logiciels et connaître les résultats par pays, rendez-vous sur la page : www.bsa.org/globalstudy.

 

Lu 2113 fois Dernière modification le mardi, 09 juin 2015 15:05
La rédaction

Le service Rédaction a pour mission de sélectionner et de publier chaque jour des contenus pertinents pour nos lecteurs internautes à partir d’une veille approfondie des communiqués de presse pour alimenter les rubriques actualité économiques, actualités d’entreprises, études ou encore actualités sectorielles. Pour échanger avec notre service Rédaction web et nous faire part de vos actualités, contactez-nous sur redaction@gpomag.fr

Annonces

Windows Onward

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

è Découvrez le réel impact de Windows 11 Professionnel

Grâce à la sécurité activée par défaut, les entreprises du monde entier prennent des initiatives plus audacieuses et des décisions plus rapides.

 
è Facturation électronique 2026

Un guide détaillé sur les étapes clés pour réussir son passage à la facturation électronique 2026 et franchir le pas de la dmatérialisation, avec tous les bénéfices qui l'accompagnent.

LB Facturation electronique 2026 Docuware.png

 

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 
è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts