Face au risque climatique, les entreprises à l’heure du choix

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Malgré l’évidence du changement climatique, de nombreuses entreprises hésitent encore à engager leur transition vers une économie bas carbone. Elles savent que ce retard peut nuire à leur image, mais c’est souvent le seul risque qu’elles perçoivent. Pourtant, ces entreprises courent un risque sans doute plus grave : le risque de voir leurs financements bancaires coûter de plus en plus cher — voire de ne plus obtenir de financement bancaire du tout.

Pourquoi donc les entreprises peu engagées en matière environnementale paieraient-elles plus cher leur crédit bancaire ? Parce que le changement climatique fait peser un risque financier sur les entreprises, et qu’un nombre croissant d’institutions financières mesurent ce risque et le répercutent naturellement sur les taux proposés.

Plus qu’une affaire d’image, une question de solvabilité pour les entreprises

La littérature bancaire distingue trois types de risques financiers liés au changement climatique : le risque physique, le risque de transition, et le risque de responsabilité.

Le risque physique englobe toutes les éventuelles conséquences des aléas climatiques, qui deviennent plus aigus et plus fréquents — canicules, sécheresses, incendies de forêts, inondations, etc. Les conséquences financières de ces événements peuvent être directes (coût de réparation d’un entrepôt ou d’une usine, par exemple) ou indirectes (perturbation d’une chaîne d’approvisionnement).

Le risque de transition désigne les coûts que pourraient représenter le passage à un modèle économique bas carbone — que ce passage soit désiré (investissement proactif dans de nouvelles technologies « vertes »), ou subi (évolutions de normes environnementales, augmentation du coût de la tonne de carbone…).

Le risque de responsabilité, enfin, s’intéresse aux poursuites judiciaires qui seraient intentées contre les entreprises qui dégradent l’environnement, ou ne se conforment pas à des règles environnementales. Les récentes assignations en justice au titre de la loi sur le devoir de vigilance en sont le parfait exemple.

Ces risques climatiques, lorsqu’ils se concrétisent, peuvent coûter des sommes significatives aux entreprises, jusqu’à menacer leur solvabilité.

Les analyses crédit intègrent progressivement le risque climatique

Comme le dérèglement climatique menace de façon croissante la santé financière de l’ensemble du tissu économique, les banques intègrent logiquement le risque climatique à leur analyse crédit. Cette intégration, encore balbutiante, deviendra de plus en plus prégnante à mesure que le nombre d’entreprises fragilisées à cause du changement climatique s’accroîtra.

L’éveil des banques au risque climatique n’a pas été spontané. Il est en partie le résultat de la pression de deux acteurs : les organisations gouvernementales (ONG), et les banques centrales.

S’il ne surprendra personne que les ONG s’intéressent au sujet, l’engagement des banques centrales peut paraître plus étonnant au premier abord. La Banque centrale européenne (BCE) a publié en novembre 2020 un guide à destination des banques, dans lequel elle explique comment elle souhaiterait que les banques gèrent le risque climatique, par exemple dans leur processus d’octroi de crédit. En novembre 2022, constatant que les banques sous-estimaient encore le risque climatique, la BCE leur a donné un ultimatum, pour qu’elles intègrent pleinement ces risques fin 2024. Une étude de juillet 2022 révélait que seules 20 % des banques de la zone euro intégraient le risque climatique comme une variable lors de l’octroi de crédit.

La Banque de France est aussi à la pointe de ce travail. Son gouverneur a annoncé qu’à partir de 2024, la cotation qu’elle fournit afin d’évaluer la santé financière des entreprises françaises, prendra en compte des critères environnementaux. L’évolution de cette cotation, très utilisée par les banques de la place, influencera nécessairement leurs critères en matière d’octroi de crédit.

Trop peu d’entreprises comprennent l’évolution des banques

Ce changement d’analyse est encore mal compris par les entreprises. L’Association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise (AMRAE) interroge depuis deux ans des gestionnaires de risque sur leur perception du risque climatique. Certains risques sont bien identifiés : par exemple, près de 100 % des gestionnaires de risque comprennent que le dérèglement climatique crée un risque d’augmentation du coût des matières premières et de l’énergie. Mais la difficulté à obtenir des financements figure à la dernière place des risques identifiés par les répondants : 45 % des gestionnaires interrogés disent que ce risque est « non identifié » dans leur entreprise. Pourtant, les banques ont déjà commencé à se transformer.

La transition écologique a un coût : elle demande des investissements et des changements organisationnels sans doute bien plus conséquents que ceux de la transition numérique. Toutes les entreprises ont donc intérêt à initier ce chantier le plus tôt possible pour l’amortir dans la durée. La mesure du risque étant leur cœur de métier, nul doute que les banques feront payer de plus en plus cher l’immobilité face au changement climatique.

Par Michel Galibert, COO et cofondateur de Memo Bank

Lu 479 fois Dernière modification le mardi, 12 septembre 2023 10:38
La rédaction

Le service Rédaction a pour mission de sélectionner et de publier chaque jour des contenus pertinents pour nos lecteurs internautes à partir d’une veille approfondie des communiqués de presse pour alimenter les rubriques actualité économiques, actualités d’entreprises, études ou encore actualités sectorielles. Pour échanger avec notre service Rédaction web et nous faire part de vos actualités, contactez-nous sur redaction@gpomag.fr

Annonce

Adobe Express 300x250

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

 

è  DÉMATÉRIALISATION DES FACTURES : Une opportunité de performer pour les entreprises

visuel dématérialisation des factures.jpg

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 

è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

è  ACROBAT : L'application PDF

Acrobat, l'application PDF n°1 adoptée par + de 5 millions de professionnels dans le monde. Rencontre avec Lofti Elbouhali, spécialiste Adobe chez inmac wstore

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts