FinOps, pour comprendre enfin ce que signifie « pay as you use »

Évaluer cet élément
(1 Vote)

FinOps ? Le terme apparaît maintenant que la maturité des infrastructures d’entreprises vers le cloud public est atteinte. Pour certains, FinOps n’est qu’un simple procédé de suivi comptable. C’est bien plus que ça. C’est un levier qui permet de maîtriser, voire d’alléger sa facture, variable par nature, de son infrastructure cloud public.

La facture cloud public, variable par nature

Avec le cloud, beaucoup d’entreprises découvrent des évolutions et des fluctuations surprenantes de leurs factures. Pour une société habituée aux lignes budgétaires fixes et aux amortissements liés aux investissements programmés, la comptabilité du cloud public est déstabilisante, au point d’oublier les raisons de ce choix technologique, comme l’exploitation de tout le potentiel de l‘infrastructure, avec plus de granularité et l’amélioration de la rentabilité. Avec le cloud et, contrairement aux hébergements dit « traditionnels », l’entreprise dispose de services en haute disponibilité, de mécanismes de remédiation automatique, de l’autoscaling1, et des bases de données managées. Et, à n’en pas douter, bien peu de développeurs ayant migré vers le cloud souhaiteraient revenir aux modèles traditionnels.

Parce qu’elle s’adapte aux fluctuations, la facturation du cloud provider est fortement corrélée à l’activité sur la plateforme. En toute logique, la facture d’un cloud provider doit augmenter si la croissance est au rendez-vous. Ainsi et par exemple, plus le e-commerçant vend, plus sa consommation cloud s’accroît. C’est un indicateur pertinent de l’état de santé d’une société. Une note relativement stable, au contraire, laisserait entendre une stagnation du chiffre d’affaires.

S’il est donc bien un aspect sur lequel les entreprises sont alertées quand elles décident d’opter pour le cloud public, c’est la spécificité de sa facturation. Elle sera variable, c’est l’essence du cloud public. Pay as you use, la maxime du cloud gravée au fronton de son temple, n’est cependant pas toujours bien assimilée. Pour nombre d’entreprises encore aujourd’hui, d’anciennes habitudes ont la vie dure. Il n’est pas rare d’oublier le décommissionnement d’instances non-utilisées qui alourdissent inutilement le prix à payer.

Quelques notions derrière le facturable

La flexibilité du cloud public a l’avantage d’avoir un socle très fin et modulaire. Ainsi, il est possible d’agir sur de nombreux leviers techniques. Reste que tout est facturable. C’est une particularité qui peut surprendre et fausser l’analyse.

En voici deux exemples caractéristiques : les infrastructures sont réparties sur plusieurs sites du cloud afin d’assurer leur résilience. C’est à ce titre que les flux internes au réseau du cloud provider sont facturés. C’est aussi la relative méconnaissance de l’existant qui empêche, au moins en partie, de connaître le prix exact du ticket d’entrée dans le cloud. Basé au départ sur une estimation, le montant n’est confirmé qu’au moment de la facturation. Voilà pourquoi il est indispensable de tenir à jour son inventaire, de dépiler, de révéler chaque couche d’infrastructure de façon à faire apparaître les redondances et les instances éphémères et permanentes.

Outre l’architecture et les usages, des éléments externes peuvent également impacter la facturation. Le trafic généré par les bots en est un. Quelques fois illégitimes, les bots peuvent représenter jusqu’à 40% du trafic.

Le processus FinOps, continu, itératif et complexe

L’objectif FinOps, bien au-delà d’établir une ventilation des coûts par « business ou operation unit » et par environnement (ce qu’il fait également), est de déterminer les moyens disponibles pour contrôler ou réduire les coûts induits par la consommation du cloud. Il s’agit d’une démarche d’ingénierie. Elle vise à explorer l’ensemble de l’architecture existante et est capable, d'établir le degré de verbosité des technologies exploitées, de mettre en exergue les dérives de consommation, d’en expliquer les raisons et de préconiser de nouvelles solutions techniques répondant aux exigences fonctionnelles et surtout business.

On comprendra aisément que FinOps est un processus. Il est continu, itératif et peut devenir complexe avec le temps. Son caractère continu tient à la nature du cloud et à sa consommation, qui sont évolutives par nature. Seuls les résultats de l’évaluation des effets d’un changement conditionnent les étapes suivantes.

C’est aussi pourquoi le processus est itératif. Il permet d'isoler avec précision les services les plus impactants.

Complexe, le processus FinOps est appelé à le devenir s’il n’y a pas un juste équilibre entre les bénéfices financiers et la prise de risque technique et/ou de temps hommes. Quelques exemples devraient éclairer ce concept.

Les mesures, entre économies et risques

L’absence d’une gouvernance spécifique au cloud est certainement un des premiers écueils à corriger. Son impact sur la consommation est décisif, sans entraîner de prise de risque particulière.

C’est en somme un panel de bonnes pratiques dont l’entreprise doit disposer. Parmi elles, se trouvent les décisions à prendre comme les délais de conservation et de récupération des backups, ou encore la granularité idéale déterminée en fonction des environnements.

Pour aller encore plus loin, il faut savoir tirer profit de la guerre des prix entre cloud providers et rendre une partie de son architecture déplaçable d’un cloud à l’autre. Mais attention, l’interruption de connexion impacte la production, la source de revenus en d’autres termes. Le degré de complexité de chaque action à mettre en œuvre doit être regardé en fonction de son coût et des économies engendrées.

Ainsi, le « refactoring »2 de code, aussi efficace qu’il puisse être, n’est pas toujours une bonne opération. A l’inverse, sachons nous méfier d’une technologie au faible coût d’entrée si son impact majeur sur le trafic en annule les avantages obtenus à l’achat. Les préconisations FinOps ont justement pour but d’éclairer la DSI sur les arbitrages à opérer. Le cloud public offre de nombreux leviers et sa versatilité permet de déplacer le curseur, entre performance, haute disponibilité et économies aussi souvent que de besoin, au rythme voulu. Aborder le cloud sous l’angle FinOps revient à exploiter pleinement cette technologie en la comprenant jusque dans ses moindres détails.

Par Thomas Labarussias, ingénieur FinOps chez Claranet

1 Autoscaling : service de dimensionnement automatique permettant d’identifier les ressources sous-utilisées et de réduire les coûts du cloud public.
2 Refactoring : Modifier un code source de façon à en améliorer la structure, sans que cela modifie son comportement fonctionnel.

Lu 3327 fois Dernière modification le lundi, 15 janvier 2024 13:56
La rédaction

Le service Rédaction a pour mission de sélectionner et de publier chaque jour des contenus pertinents pour nos lecteurs internautes à partir d’une veille approfondie des communiqués de presse pour alimenter les rubriques actualité économiques, actualités d’entreprises, études ou encore actualités sectorielles. Pour échanger avec notre service Rédaction web et nous faire part de vos actualités, contactez-nous sur redaction@gpomag.fr

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

è Comment les données et l’IA peuvent révolutionner les prises de décision ?

L'impact que les données peuvent avoir sur l’entreprise et comment des outils technologiques permettent d’exploiter ces données de manière efficace et sécurisée.

Visualiser la vidéo sur notre chaîne en cliquant ici


è
 Découvrez le réel impact de Windows 11 Professionnel

Grâce à la sécurité activée par défaut, les entreprises du monde entier prennent des initiatives plus audacieuses et des décisions plus rapides.

 
è Facturation électronique 2026

Un guide détaillé sur les étapes clés pour réussir son passage à la facturation électronique 2026 et franchir le pas de la dmatérialisation, avec tous les bénéfices qui l'accompagnent.

LB Facturation electronique 2026 Docuware.png

 

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 
è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts