Windows Onward

L'innovation comme facteur de succès, mode d’emploi

L'innovation comme facteur de succès, mode d’emploi

Évaluer cet élément
(2 Votes)

C'est facile, c'est pas cher, et ça peut rapporter gros : plus besoin d'avoir gagné au Loto pour financer l'innovation aujourd'hui. Grâce à l'informatique, la modélisation numérique et l'impression 3D, innover est désormais à la portée de toutes les entreprises. À condition d'avoir une approche de l'innovation portée sur la valeur d'usage et pas uniquement sur la technologie, et de s'inspirer des exemples des start-up dont la capacité à innover est la clé de leur succès.

Savoir rester à l'écoute du marché

L'innovation est-elle un facteur de succès ? La réponse est oui, sans hésitation. Encore faut-il savoir innover à bon escient. À trop vouloir miser sur la technologie uniquement pour innover dans les entreprises, et vouloir imposer un produit, le risque d'échec est grand. En revanche, ceux qui savent déceler les besoins du marché avant d'innover réussissent mieux.

D'ailleurs les statistiques le confirment clairement. Selon les données Eurostat de janvier 2015, c'est en Allemagne que l’on innove le plus : près de 67 % des entreprises allemandes ont déclaré une activité d'innovation au cours de l'année. Voilà ce qui peut expliquer le succès des entreprises d'outre-Rhin sur tous les marchés du monde. La France n'arrive qu'au 9e rang européen, avec un peu plus de 50 % des entreprises portées sur l'innovation. L'Italie, la Suède, la Belgique ou encore le Portugal font mieux. Il est intéressant de noter que les entreprises françaises innovent davantage en termes de procédé et d'organisation que les entreprises allemandes. En revanche, l'Allemagne fait la différence en innovant net­tement plus en termes de produit et de marketing. Voilà qui confirme que l'approche très technologique de l'innovation est une spécificité bien française. D'une manière générale, les ingénieurs ont la main sur l'innovation en cherchant à imposer leur vision de ce qui doit être bon pour le marché sans se soucier de l'avis des futurs clients.

Déceler les besoins d'innovation
Un écueil que les start-up qui réussissent ont évité, et c'est l'une des raisons de leur succès. C'est le cas par exemple de Redbird. « Nous avons commencé par faire parler nos clients et écouter leur besoin d'innovations avant de leur proposer une solution, et de faire la preuve du concept avec eux : nous avons fait du market pull plutôt que du techno push », explique Benjamin Hugonet, associé-fondateur et directeur commercial de Redbird. Cette start-up, lancée en 2013, est déjà devenue une référence parmi les gestionnaires de carrières et de chantiers en développant des solutions de traitement de données recueillies par drone. « Mesurer l'évolution des productions et des stocks dans de grandes carrières nécessitait l'intervention de géomètres au sol, c'est compliqué et ça coûte cher, alors que le drone survole les carrières en recueillant des données analysées par des algorithmes : le gestionnaire peut visualiser sur une plate-forme informatique l'état de ses productions et de ses stocks de manière bien  plus régulière », poursuit-il. Une innovation qui a convaincu les grands noms de la filière, à commencer par le géant américain Caterpillar qui a conclu un partenariat mondial avec la start-up française.

Travailler avec les PME
Redbird vient d'ailleurs de rejoindre une société californienne spécialisée dans le développement de solutions drones pour les grandes entreprises, Airware, et en devient son siège européen. Un rapprochement qui va permettre à la jeune entreprise de poursuivre l'expansion inter­nationale et de se renforcer sur les marchés de la construction et du transport d'énergie. « Il faut innover en allant chercher la technologie disponible pour l'adapter au besoin de ses clients, et cette étape se réalise en travaillant avec des grands groupes pour le long terme, mais aussi avec des PME, plus réactives, afin de recueillir le feed back et améliorer le produit », conclut Benjamin Hugonet.

Saisir les opportunités d'innover

Toutes les occasions sont bonnes pour innover et il faut savoir saisir les bonnes idées lorsqu'elles se présentent. L'entreprise doit ensuite savoir faire preuve d'imagination pour s'adapter à la façon la plus pertinente pour transformer l'idée en innovation gagnante.

Autre start-up française, Ineat Conseil s'est organisée pour faire de l'innovation le moteur de son développement. « Nous avons mis en place en interne de l'entreprise une cellule qui, chaque fois qu'un collaborateur émet une idée d'inno­vation, se charge de l'évaluer et de quantifier le temps nécessaire à allouer afin d'aller plus loin, l'objectif étant de passer de l'idée au projet et de le transformer en business model pour que l'idée devienne réalisable et utilisable », précise Yves Delnatte, co-fondateur d'Ineat Conseil. Implantée à Euratechnologies à Lille, cette start-up qui accompagne les entreprises dans leur transformation digitale a déjà bien grandi puisqu'elle compte désormais 200 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros. Depuis une formation Innovation & Entrepreneurship Program à Stanford, en 2013, Yves Delnatte et son associé Cyril Delbecq ont encore accentué leur volonté d'innover.

Aller du service au produit
« Nous nous sommes lancés en tant qu'entreprise de services et aujourd'hui nous évoluons pour être capables d'innover sur nos propres produits et concepts », poursuit-il. Pour y parvenir, tous les cas de figure sont pos­sibles. « Il faut être à l'écoute de façon per­manente dans l'entreprise : si quelqu'un a une idée, nous pouvons la développer en interne ou nous associer avec lui s'il veut créer sa propre start-up ; il nous arrive aussi d'innover avec nos clients ou encore d'accompagner des jeunes qui lancent leur start-up », détaille Yves Delnatte. Ineat vient par exemple de travailler avec Stella, une entreprise de Tourcoing, pour lancer le premier baby-foot connecté au monde qui sera peut-être présent au prochain CES de Las Vegas. Pour poursuivre sa stratégie d'innovation, Ineat Conseil compte bien doubler la part de R&D, qui est de 4 % actuellement, et mettre sur le marché des produits innovants sous la marque Ineat.

Quelles méthodes pour innover ?

Les ressources et les idées sont souvent déjà présentes dans l'entreprise, mais il reste à les faire émerger. Des méthodes permettent de parvenir à ce résultat de manière concrète.

« La vraie innovation est celle qui apporte à ma cible une valeur d'usage qu'elle n'avait pas auparavant », fait remarquer Christophe Chaptal de Chanteloup, fondateur du cabinet en stratégie et organisation CC&A et directeur de publication de Design Fax. « Pour lier l'innovation à la valeur d'usage, il faut répondre à cette problématique : est-ce que j'ai bien compris le besoin de mon marché, est-ce que je peux le comprendre mieux que les autres, est-ce que je peux y répondre mieux que les autres ? », poursuit-il. La capacité d'innover va de pair avec celle de s'organiser, d'adapter le mode de fonctionnement de l'entreprise. Christophe Chaptal de Chanteloup a mis en évidence les cinq leviers pour optimiser un écosystème innovant : l'émotion, la valeur d'usage, le positionnement prix, le triptyque coût-qualité-délai et enfin, l'éthique. Un parfait exemple en est donné par la voiture électrique Tesla, une innovation qui s'est imposée très rapidement. Auteur du livre « Le manifeste du faire – Design making : un nouveau modèle économique pour passer « de l’idée au marché » (Editions FYP), Christophe Chaptal de Chanteloup encourage les entreprises à innover, quelle que soit leur taille et le secteur d'activité. « Aujourd'hui, avec la modélisation numérique et les imprimantes 3D pour faire des prototypes, innover ne coûte pas cher et le droit à l'erreur est permis sans conséquences financières », observe-t-il.

Innover par le design
Les capacités d'innovation, et les idées, sont bien souvent déjà présentes dans l'entreprise mais elles ne s'expriment pas. Plusieurs facteurs tels que la pression du quotidien, le poids hiérarchique, l'organisation interne ou encore le mode de fonctionnement limitent les capacités créatives. « J'utilise le design management comme méthodologie d'accompagnement de l'innovation dans les entreprises », explique Emmanuel Thouan, président de Dici Conseil&Design. Une méthodologie qui présente l'avantage d'être assez concrète, et de favoriser l'émergence d'idées innovantes dans un objectif de différenciation ou de diversification des activités. « Le design est alors un outil qui va permettre au projet innovant de se concrétiser et de se développer, et si l'entre­prise innovante n'a pas de projet d'innovation, le design thinking favorise l'émergence des idées », poursuit-il.

Rester dans le concret
Dans cette optique, des ateliers design sont organisés afin d'aider les collaborateurs de l'entreprise à « produire un maximum d'idées » grâce à l'aide notamment de serious games. Ainsi, en une demi-journée, 60 à 80 idées peuvent surgir avant aller plus loin. Pour ne pas partir dans tous les sens, un audit au préalable permet de définir les territoires d'innovation mais aussi de passer en revue les ressources de l'entreprise, par exemple son parc machine, les études marketing réalisées, etc. « L'objectif est de rester toujours dans le concret et l'opérationnel, en tenant compte des possibilités de l'entreprise afin que les innovations retenues puissent être rapidement réalisées », poursuit Emmanuel Thouan. Après avoir trié toutes les idées recueillies, celles qui paraissent les plus pertinentes vont êtres poussées pour aller jusqu'au prototypage et au test client. En fin de compte, c'est bien ce dernier qui décide si l'innovation en est véritablement une à ses yeux. « L'innovation qui est amenée par du design n'est pas une réponse technologique, c'est une réponse par rapport à des usages et des besoins »,  conclut-il.

Adopter un mode de fonctionnement favorisant l'innovation

Cela dit, si les start-up innovent davantage que les entreprises classiques, c'est aussi parce qu'elles savent adopter une organisation et un mode de fonctionnement qui favorisent l'émergence d'idées.

« Les développeurs ont cultivé une forme d’organisation hyper normée pour adresser et gérer le flux continu de demandes. Scrum, méthode agile, sprint, itérations sont devenus les mots symboliques de cette organisation très productive. Avec succès. Alors pourquoi ne pas appliquer ce qui réussit aux développeurs aux autres métiers d’une entreprise ? Chez Toucan Toco nous avons franchi le pas en appliquant ces méthodes à nos équipes design, marketing et sales », indique Kilian Bazin, co-fondateur de Toucan Toco. Cette start-up, spécialiste de la datavisualisation, travaille en BtoB pour des clients grands comptes, et emploie déjà plus de 30 personnes après seulement deux années d'existence. Par exemple, chaque équipe compte un « garde-fou » chargé de gérer toutes les urgences et d’éviter ainsi d'interrompre ceux qui ont besoin de concentration. Une pratique répandue dans les équipes de développeurs informatiques et qui a été étendue à tous les services.

L’entreprise agile
Autre exemple, les équipes se rencontrent chaque matin pour un stand-up meeting où toutes les informations sont partagées. Toucan Toco est aussi une start-up où les connaissances sont partagées selon le concept « each one teach one ». Chacun a à apprendre de l'autre, et la jeune entreprise a pris soin justement de recruter des profils qui font preuve de curiosité et de créativité. Dans le même esprit, il n'existe pas véritablement de hiérarchie ni d'horaires fixes, et chacun s'organise comme il l'entend. Un écosystème favorable à l'innovation. « Au départ, Toucan Toco était une société de services et développait un produit spécifiquement  pour chaque client. Nous avons finalement regroupé toutes les demandes des clients pour créer un logiciel qui est unique, et qui est notre produit : c'est la demande qui a créé notre produit », rappelle Kevin Duchier, responsable marketing de Toucan Toco. Innover par le besoin est donc une des clés des start-up qui innovent. Un succès qui, dans le cas de la jeune start-up, finit même par lui poser des problèmes de recrutement : pour faire face au développement de ses activités Toucan Toco cherche à recruter une vingtaine de développeurs. Une denrée rare en France où une étude récente révélait qu'il y avait actuellement cinq offres d'emploi pour un développeur !

Lu 7356 fois Dernière modification le lundi, 08 mars 2021 16:24
Laurent Locurcio

Journaliste économique, il a notamment collaboré avec la presse spécialisée dont La Tribune, Le Point, Le Monde, LSA, Sport Eco, et bien entendu GPO Magazine. Il a également participé au lancement de titres de presse et a été rédacteur en chef  d’un important magazine d’entreprise. Auteur également de livres d’entreprises, il intervient aussi auprès d’étudiants en formation multi-médias.

Annonces

Windows Onward

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

è Découvrez le réel impact de Windows 11 Professionnel

Grâce à la sécurité activée par défaut, les entreprises du monde entier prennent des initiatives plus audacieuses et des décisions plus rapides.

 
è Facturation électronique 2026

Un guide détaillé sur les étapes clés pour réussir son passage à la facturation électronique 2026 et franchir le pas de la dmatérialisation, avec tous les bénéfices qui l'accompagnent.

LB Facturation electronique 2026 Docuware.png

 

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 
è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts