Gigaban Abode Creative Cloud

No-code : créer des applications plus rapidement et à moindre coût

No-code : créer des applications plus rapidement et à moindre coût

Évaluer cet élément
(3 Votes)

Pénurie de développeurs confirmée dans certains domaines, rapidité des évolutions, coût et délais des projets sont au cœur des problématiques aujourd’hui. En complément des projets de développement logiciel classique, les entreprises se tournent vers les solutions qui ne nécessitent pas des développements longs et coûteux.

Les entreprises peuvent désormais créer des applications métiers, robotique ou pour Smartphones avec très peu de codage ou sans codage. Ces logiciels sont appelés plus communément « no-code » ou « low-code », ce dernier terme signifiant que de 10 à 20 % du code est toujours écrit par des développeurs confirmés. Une tendance significative pour le développement logiciel que le cabinet ResearchAndMarkets évaluait à plus de 4 milliards de dollars en 2017 dans le monde, avec des prévisions à 27 milliards de dollars en 2022.

Un engouement pour le « low-code » ou le « no-code » se confirme

Florian Dordain dirigeant de Tesseract SolutionsfIl y a plusieurs raisons à cet engouement. D’abord, la nécessité pour les métiers à disposer d’un outil de création d’applications, de sites Web, voire de fonctions ERP ou CRM qui correspondent au plus près à leurs besoins.

« Nous avons réalisé KMeleon, un outil de programmation d’un bras robotique, sans une ligne de code. Nous avons fait appel à un laboratoire de psychologie cognitive pour qu'il nous aide à définir ce qu’est la simplicité. Si la charge mentale pour programmer notre outil est faible, alors son utilisation sera simple », détaille Florian Dordain, dirigeant de Tesseract Solutions.

Vincent TavonekhamVincent Thavonekham, dirigeant fondateur de FactoVia et client de la solution KMeleon confirme ce résultat : « Nous avons fabriqué une solution qui consiste à vulgariser l'industrie 4.0 pour montrer ce que cela signifie sur un bras robotique de démonstration. Rapidement, et en moins de deux minutes, nous arrivons à présenter un résultat qui n'est pas palpable habituellement ».

Nicolas Marzin de Tibco Software décrit, quant à lui, un cas concret d’application dans un hôpital : « En une heure, nous avons appris à des utilisateurs en interne, grâce aux applications « no-code », à réaliser une solution simple en SaaS de mise en relation entre médecins et patients ».

L’autre contrainte qui pousse les entreprises est la pénurie de développeurs seniors dans certains domaines, fonctions support, développements spécifiques, etc. Faute de temps et de moyens, la DSI n’est pas en mesure de prendre tous les projets en charge. Les outils « no-code » et « low-code » peuvent alors être une solution mais ils ne sont pas et ne seront pas les baguettes magiques qui remplaceront les développeurs au sein des entreprises. Il faut un niveau minimal de Nicolas Marzincompétences techniques en matière de codage, une bonne connaissance des bases de données, ainsi qu’une appréhension de l’expérience utilisateur pour réussir la plupart des projets.

Recourir aux compétences en interne ou faire appel à un prestataire

Il y a deux solutions pour mettre en place une solution sans codage ou avec peu de code. Soit l’entreprise dispose de personnes qui possèdent le bagage technique nécessaire et l’appétence pour ce type de projet, dans ce cas elle peut faire appel aux « citizen developpers ». Ces créateurs en interne d’applications « no-code » ou « low-code » sont encadrés par la DSI pour le cadrage et l’accès aux ressources de l’entreprise. Soit encore, l’entreprise peut faire appel à une ESN, à l’instar de Alegria, qui met à leur disposition une équipe de « makers » pour réaliser les projets tels que la création de sites Web, d’applications mobiles ou de logiciels métiers.

Christelle Curcio cofondatrice de AlegriaChristelle Curcio, cofondatrice de Alegria pointe la pléthore d’outils « no-code » ou « low-code » disponibles : « Il y a une jungle de centaines d'outils « no-code ». Notre cellule innovation étudie tous ces outils pour définir les critères en termes d'accessibilité et de sécurité des fonctions ».

Autre plateforme d’application « no-code » intéressante, la plateforme TimeTonic par l’ESN éponyme dirigée par Jean-Michel Durocher. Une sorte de couteau suisse pour créer des applications en « no-code ». Cet outil, à la fois tableur et base de données, permet d’avoir une vue collaborative globale et visuelle de toutes les activités d'une entreprise, comme la gestion des clients et des prospects, la gestion des interventions, la gestion de projets, etc.

Des solutions moins coûteuses mais des limites à anticiper

Martin RochonLes différences de coût entre un projet en « no-code » ou « low-code » et en développement classique peuvent être significatives comme l’explique Martin Rochon, dirigeant d’Okeenea qui construit des équipements pour faciliter l’accessibilité des personnes en situation de handicap. « Nous recherchions une application passerelle entre nos forces de vente et les personnes qui préparent les projets. Les propositions qui nous ont été faites chiffraient ce système d’information de 3 ans de développement à environ 300.000 euros. De quoi le rendre obsolète au terme du projet. Pour un coût 4 à 5 fois inférieur et en 6 mois, Alegria nous à conçu une application opérationnelle et sur-mesure ».

Les outils de développement avec pas ou peu de codes sont certes accessibles à un non-expert mais il faut prévoir une phase d’apprentissage de 5 à 6 mois avant de développer une application avec un outil de création « no-code » comme Bubble. Côté application pour Smartphones, il y a aujourd’hui un manque d’outils pour les développer en mode « no-code » ou « low-code » sous iOS. Concernant la dématérialisation de documents, d’autres contraintes sont à prendre en compte.

Vincent Tavonekham conseille : « Pour une solution de dématérialisation, il faut prévoir dès le départ la masse de documents à traiter. De plus, il faut organiser correctement le code généré et le documenter pour qu’il puisse être modifié ultérieurement par d’autres personnes. Cela reste malgré tout du développement ».

Bruno DoucendePour les très nombreuses applications destinées aux Smartphones et tablettes qui accompagnent les sites Web des institutions et entreprises de toutes tailles, il existe des solutions sans codage ou avec très peu de codes. Les outils sont très majoritairement destinés au système d’exploitation mobile Androïd. Parmi les solutions existantes, Synertic est une plateforme « no-code low-code » de création et de gestion d’applications pour les mobiles iOS et Androïd.

Bruno Doucende, PDG de Synertic, pointe les 4 points de vigilance de développement de ce type d’application : « La sécurité doit être prévue et implémentée dés le début du projet. Il faut aussi s’assurer de l’interopérabilité, par exemple, avec les annuaires d’entreprises. La mise à l’échelle doit également être anticipée lors de la montée en charge d’une application, avec les serveurs associés. Enfin, il faut prévoir la réversibilité des données, en cas d’arrêt ou de changement de Cloud ».

Le cabinet Gartner estime que, d’ici 2024, 65 % des applications seront développées en « low-code no-code ». Une prévision qu’il convient de nuancer et de confirmer, mais il est certain qu’il s’agit d’une tendance durable.

Qui utilise le « no-code » et « low-code » ?

On distingue aujourd’hui 3 types d’utilisateurs aux solutions « no-code » et « low-code » :

No code Low code- D’une part, les entreprises (souvent des Start-up), qui ont besoin de créer rapidement un site Web et des applications mobiles. Par contre, même si le « no-code » n’exige pas de connaissances en développement, il est impératif de bien rechercher les meilleurs outils, s’assurer de leur compatibilité, tester toutes les fonctions.

- D’autre part, les salariés qui peuvent concevoir des applications métiers sur-mesure et bien entendu, en accord avec la DSI. Microsoft avec PowerApps, Appian, OutSystems, Mendix ou Salesforce proposent des outils en mode Cloud PaaS1 pour les réaliser. Dans les faits aujourd’hui, peu de collaborateurs entrent encore dans cette catégorie.

- Enfin, elles s’adressent aux développeurs confirmés qui codent pour les besoins métiers de manière beaucoup plus rapide qu’en développement classique. Ils codent les fonctions spécifiques ou les améliorent et les intègrent au système d’information de l’entreprise.

1 PaaS : Une déclinaison du Cloud qui permet de développer des applications

Lu 5482 fois Dernière modification le mardi, 11 janvier 2022 08:55
Serge Escalé

Journaliste indépendant spécialisé IT depuis 1995
Le Monde informatique, Le Figaro, Les Echos, Itespresso, Le MagIT, Silicon.fr, GPO Magazine

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Vient de paraître GPO Magazine de Avril 2022
GPO MAGAZINE N°109
Recevoir la
 version PRINT en cliquant ici

EXTRAIT GPO 109.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vient de paraître GPO Magazine de Mars 2022
ÉDITION SPÉCIALE SÉCURITÉ NUMÉRIQUE
Recevoir la
 version numérique en cliquant ici

MAG DIGITAL Lire extrait HS 2022-03 Secu numerique.jpg

Livres Blanc et E-book

Toutes les solutions IT pour pouvoir moderniser ses infrastructures
Pour répondre aux défis de compétitivité, de cybersécurité, de performance opérationnelle et d’urgence climatique, les…
Les clés pour réussir l’intégration de la signature électronique au sein de son organisation !
Au travers de son livre blanc consacré à « La signature électronique et son intégration…
Comment passer à la facture électronique ?
En permettant un traitement automatisé et sécurisé, la facture électronique facilite la comptabilité des factures…
Cinq étapes pour améliorer l'expérience client grâce à l'Intelligence Artificielle
Les centres de contact sont une source importante d'informations sur les clients. Ils peuvent en…
Accélérer la transformation digitale de la comptabilité fournisseurs
Les équipes comptables se doivent d’engager leur transformation digitale pour éliminer les travaux de saisies…
Plus de livres blanc

Webinaires

Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Comment simplifier la réservation hôtelière ?
Et si le voyage d’affaires devenait aussi simple que le voyage loisir ? Pour permettre…
Comment offrir une expérience client digne de Netflix grâce à l’Intelligence artificielle ?
Plus que jamais les entreprises se doivent d’offrir à leurs clients un expérience fluide, remarquable…
Comment renforcer l’agilité de ses applications de gestion avec Oracle Cloud ?
Toute entreprise, quel que soient sa taille, son métier ou ses activités, fait aujourd’hui face…
Comment aborder le télétravail dans les meilleures conditions ?
Les nouveaux défis auxquels nous faisons face amènent les entreprises à recourir de plus en…
Plus de webinaires

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts