La traque aux coûts cachés se renforce

Évaluer cet élément
(0 Votes)

En matière de coûts cachés ou non identifiés, les postes voyage d’affaires et Mice ne font pas figure d’exception. Bien qu’ils soient particulièrement surveillés et fassent l’objet d'une stratégie de maîtrise des coûts, ces postes offrent néanmoins encore plusieurs leviers d’optimisation. Les activer suppose donc que les gestionnaires, qui en ont la charge, les identifient.

Que ce soit sur le voyage d’affaires comme sur les Mice, de nombreux coûts directs ou indirects ne sont pas toujours identifiés par les entreprises. « Par exemple, sur des centres de coûts classiques tels que l’aérien ou l’hôtellerie, certains sont peu connus et suivis, tels que ceux liés aux frais annexes. Or, ces coûts ne sont pas anodins ! », souligne à ce sujet Sébastien Marchon, directeur business consulting d’American Express GBT.

 


Optimiser le temps de réservation
En matière de coûts indirects, les entreprises prennent encore trop peu en considération ceux liés au temps passé par un collaborateur pour réaliser une réservation ou gérer ses notes de frais. « Un constat que nous faisons notamment dans les PME qui ont encore trop souvent une vision partielle de la dépense voyage, souligne Emmanuelle Bach-Donnard, directrice marketing et communication chez Havas Voyages. Dans ces entreprises, ce sont la plupart du temps les collaborateurs qui effectuent eux-mêmes leurs réservations et ils ont tendance à passer du temps pour trouver les prix les moins chers ». Un temps qu’ils ne consacrent pas à leur cœur de métier, par exemple, à chercher de nouveaux clients pour leur entreprise. De même, lorsqu’une PME fait le choix de dédier entièrement ou partiellement une personne à cette tâche, celle-ci passe encore trop de temps à chercher les meilleurs prix de billets sur des sites de B to C. Or, les billets les moins chers ne sont pas toujours les plus avantageux. « Le collaborateur qui pratique l’open booking peut avoir l’impression de gagner sur le prix, souligne Julien Chambert, directeur général d’Avexia Voyages. Pourtant ce n’est pas toujours le cas. Les stocks des compagnies aériennes ne sont pas toujours les mêmes sur les vols aller et sur les vols retour, ce qui peut, in fine, coûter plus cher à l’entreprise. D’autant que la pratique de l’open booking peut faire perdre à l’entreprise ses remises de fin d’année négociées avec la compagnie aérienne ». Par ailleurs, la plupart du temps, les vols les moins chers ne sont pas remboursables en cas d’annulation ou de report du déplacement, ce qui se traduit, pour l’entreprise, par une perte sèche. « Une perte qui peut néanmoins être en partie compensée par le remboursement de certaines taxes, telles que celle sur le carburant, auquel chacun peut prétendre même si le billet n’était pas remboursable », explique Julien Chambert. Des subtilités encore trop peu connues des entreprises…

Les agences de voyages, une aide précieuse
Pourtant, en s’appuyant sur une agence de voyages, toute entreprise a la possibilité de mieux iden­tifier et maîtriser ces coûts. « Le recours à une agence de voyages l’aide à limiter ces coûts, précise Emmanuelle Bach-Donnard. L’agence tient compte, dans ses recherches de billets ou d’hôtels, de la politique voyage de l’entreprise mais aussi des habitudes de travail de ses collaborateurs et des risques d’annulation du billet, liés notamment à son activité ». Par ailleurs, les agences de voyages centralisent l’ensemble des dépenses de billetterie et d’hôtellerie et envoient ensuite chaque mois à l’entreprise un relevé unique qui génère un règlement unique (ou fonctionne via une carte logée). L’entreprise optimise ainsi ses processus de facturation… Enfin, avec les outils tels que les SBT (self  booking tool) proposés par les agences de voyages, les entreprises gagnent un temps précieux dans la gestion de leurs réservations, d’autant que ces dispositifs peuvent intégrer les politiques voyages des entreprises. « Si la société dispose d’outils intégrés en la matière, tels qu’un SBT pour la réservation de son voyage ou d’un logiciel de gestion de notes de frais, ces démarches peuvent être très rapides », ajoute Sébastien Marchon. Certes, le recours à une agence de voyages a un coût. Néanmoins, mieux vaut parfois payer un peu plus cher une agence qu’avoir le sentiment d’avoir fait une bonne affaire en allant vers le vol ou l’hôtel le moins cher. « Ce ne sont pas toujours les prestataires les moins chers au début qui s’avèrent proposer les prestations correspondant le mieux aux besoins de l’entreprise », souligne Julien Chambert.

Optimiser le temps du voyage
Le temps passé à voyager peut également représenter un coût indirect non négligeable pour l’entreprise, notamment s’il n’est pas optimisé. Pour les collaborateurs qui ont de longues escales entre deux correspondances, l’attente dans un lounge lui permettra, par exemple, de travailler ou de se reposer en vue d’une réunion importante pour l’entreprise. « De même, la méconnaissance des collaborateurs sur les distances lors du déplacement qu’il réserve seul peut générer des coûts additionnels liés notamment à son transfert, ajoute Emmanuelle Bach-Donnard. Elle peut par ailleurs entraîner des retards à des rendez-vous, avec toutes les conséquences que cela représente en termes de retour sur investissement du déplacement ». L’expertise d’un travel planner dans une agence de voyages est, à ce sujet, indispensable à l’optimisation du déroulement du déplacement. Sa connaissance de la destination, des distances et des prestataires locaux permet en effet d’optimiser le temps passé entre différents lieux.

Les manques à gagner
Au-delà de ces différents coûts qu’elles n’identifient pas, les entreprises ont également trop peu de visibilité sur certains manques à gagner générés notamment par une mauvaise application de leur politique voyage.
De nombreuses grandes sociétés ont ainsi négocié des accords avec des prestataires du voyage et notamment des hôteliers. « Or, un programme hôtelier couvre rarement tous les besoins de l’entreprise en termes de nuitées, rappelle Sébastien Marchon. Leur taux d’utilisation n’est ainsi souvent que de 30 à 40 %. Certes, la négociation avec les hôteliers est importante, mais l’utilisation à bon escient de ce programme l’est tout autant. De même, ces accords sont parfois insuffisamment relayés localement par les filiales ». Il est à ce sujet important que l’entreprise utilise les bons canaux de distribution et mette en place les bons outils technologiques, pour que les politiques voyages soient mieux appliquées. « La démarche est d’autant plus importante dans les PME où les accords négociés par l’entreprise demeurent souvent méconnus des voyageurs, précise à ce sujet Emmanuelle Bach-Donnard. Les agences ont notamment pour vocation de relayer ces informations, voire de les mettre en œuvre en les intégrant dans leur propres outils de réservation online, les SBT, et même d’accompagner l’entreprise dans sa négociation avec les compagnies aériennes par exemple ». Certains SBT contrôlent ainsi que chaque réservation respecte bien les règles de la politique voyage de l’entreprise. « Ils permettent, par ailleurs, de vérifier si le prestataire aérien ou hôtelier est bien référencé dans la politique voyage ou propose des circuits de validation avant toute réservation », ajoute Sébastien Marchon.

Les catégories de dépenses insuffisamment contrôlées
En matière de voyages d’affaires, certaines caté­gories de dépenses ne font, par ailleurs, pas encore assez l’objet de contrôles assidus ou ne sont pas intégrées dans les politiques voyages des entreprises. C’est notamment le cas de celles liées à la location de voiture, aux taxis, aux transports urbains ou encore à la restauration. « Pourtant, des acteurs existent aujourd’hui en la matière et mettent à la disposition des entreprises des solutions leur permettant de renforcer leur visibilité sur les dépenses des collaborateurs, ajoute Julien Chambert. Par exemple, en matière de réservation, Business Table, un spécialiste de la gestion des repas d’affaires en entreprise, propose un portail en ligne dédié à la réservation des repas d’affaires (plateaux-repas, repas d’affaires, repas groupes, traiteurs) qui en facilite le suivi et le contrôle par l’entreprise ». Le paiement de ces services peut se faire via une carte logée. Grâce à ce système de règlement, couplé à la mise en place de vouchers prépayés, les collaborateurs n’ont plus d’avances de frais à faire. Le service comptable de l’entreprise gagne, de son côté, un temps précieux dans la gestion de ses notes de frais et de la saisie de ses factures, optimisant ainsi le suivi des dépenses en la matière.

La donnée, nerf de la guerre
L’optimisation des postes voyage et Mice passe enfin par la visibilité sur leurs coûts. « Les données proviennent de différentes sources telles que les agences de voyages, les opérateurs de cartes de paiement, les outils de gestion de notes de frais ou encore les prestataires, comme les compagnies aériennes ou encore les hôteliers, précise Sébastien Marchon. Autant de données diverses qu’il convient de consolider et de nettoyer pour ensuite pouvoir travailler sur l’optimisation des coûts ». L’entreprise peut alors réaménager sa politique voyage et Mice de manière à ce qu’elle soit exhaustive et adresse l’ensemble des coûts. Ces données sont également des éléments sur la base desquelles les entreprises peuvent s’appuyer pour négocier avec les fournisseurs….
Ainsi, les pistes d’optimisation des coûts liés aux déplacements professionnels sont encore nombreuses. Les activer suppose néanmoins que les entreprises identifient mieux leurs centres de coûts et n’hésitent pas à s’appuyer sur les prestataires et les outils les mieux adaptés pour les aider dans cette démarche.

Anne DEL POZO


- Optimiser ses Mice -


Deux questions à
Agnès Benveniste, directrice générale Meeting&Event chez CWT


Quels sont les enjeux de coûts liés aux Mice ?
> Si les entreprises identifient bien leurs coûts liés aux manifestations les plus importantes, telles que les conventions, ce n’est pas toujours le cas des plus petits évènements, comme les séminaires ou les réunions. Les coûts liés à ces derniers sont plus difficiles à évaluer car ils relèvent rarement d’une organisation centralisée dans l’entreprise. Par ailleurs, les entreprises sous-estiment souvent le temps passé par leurs équipes pour organiser ces évènements, d’autant que la plupart d’entre elles ne disposent pas des outils propres à les accompagner dans ces démarches. Enfin, les entreprises n’ont pas toujours les bons réflexes en matière de gestion de ces évènements, en particulier en ce qui concerne leur anticipation ou les problématiques d’annulation.

Comment mieux maîtriser ces coûts ?
> Trop souvent, les entreprises ne souhaitent pas s’appuyer sur une agence spécialisée pour l’organisation de leurs évènements en raison de leur coût. Or, la rémunération de l’agence ne représente souvent qu’une petite partie du budget de l’évènement. Un pourcentage souvent très vite absorbé par les négociations, la bonne gestion des conditions, l’optimisation auprès des prestataires, mais également par le temps qu’elle fait gagner aux collaborateurs de l’entreprise en les déchargeant de la gestion de l’évènement. L’utilisation d’outils spécifiques comme ceux de gestion de participants, de cartes logées, peuvent également, dans certains cas, fluidifier et permettre d’analyser l’événement au travers de reportings précis.

Lu 7186 fois Dernière modification le vendredi, 10 juillet 2015 08:30
Anne Del Pozo

Elle collabore depuis près de 20 ans à différents magazines en qualité de journaliste.

Elle y traite de sujets articulés essentiellement autour de la finance, des flottes automobiles, du voyage et du tourisme d'affaires ou encore des ressources humaines. Anne del Pozo participe également à la rédaction de nombreux témoignages clients et de newsletters d'entreprise.

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

è Comment les données et l’IA peuvent révolutionner les prises de décision ?

L'impact que les données peuvent avoir sur l’entreprise et comment des outils technologiques permettent d’exploiter ces données de manière efficace et sécurisée.

Visualiser la vidéo sur notre chaîne en cliquant ici


è
 Découvrez le réel impact de Windows 11 Professionnel

Grâce à la sécurité activée par défaut, les entreprises du monde entier prennent des initiatives plus audacieuses et des décisions plus rapides.

 
è Facturation électronique 2026

Un guide détaillé sur les étapes clés pour réussir son passage à la facturation électronique 2026 et franchir le pas de la dmatérialisation, avec tous les bénéfices qui l'accompagnent.

LB Facturation electronique 2026 Docuware.png

 

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 
è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts