Baromètre Numérique Responsable 2024

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Eco CO2, société de conseil et de formation en transition écologique, dévoile les résultats de sa première édition du Baromètre Numérique Responsable réalisée par l’IFOP en janvier 2024, auprès de 1003 salariés du secteur tertiaire.

Alors que le numérique fait désormais partie intégrante des entreprises, bouleversant les usages des salariés, son impact sur l'environnement est de plus en plus observé face aux enjeux de la transition écologique. II représente aujourd'hui 3 à 4 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde et 2,5 % de l'empreinte carbone nationale1.

Depuis un peu plus de 10 ans, la notion de numérique responsable et un cadre réglementaire en sa faveur - tel que la loi visant à réduire l'empreinte environnementale du numérique (REEN) adoptée en 2021 - émergent pour inciter les entreprises, comme les particuliers, à agir sur le poids de leur empreinte numérique.

Comment cette notion est-elle appréhendée par les salariés ? Quels sont les facteurs qui favorisent ou freinent le développement des pratiques numériques responsables au sein des organisations ? Quels sont les gestes d’ores et déjà adoptés par les salariés pour réduire leur empreinte numérique au travail ?

C’est ce que ce Baromètre Numérique Responsable 2024 vise à comprendre.

Une approche paradoxale du numérique

Le numérique a un impact positif sur leur travail, c’est ce qui est constaté par 61 % des salariés. Cependant, la majorité (63 %) jugent l'impact du numérique sur l'environnement comme "assez négatif".

Pour Yeşim Bostancı, Doctorante en psychologie sociale chez Eco CO22, “Le numérique a facilité beaucoup de pratiques dans le cadre du travail. Les collaborateurs peuvent limiter leurs déplacements grâce au télétravail, éviter des réunions grâce à la communication par mail, etc. Mais ils commencent à deviner intuitivement les impacts négatifs que le numérique peut avoir sur l’environnement, et c’est un premier pas vers le changement de comportement. Tout l’enjeu réside maintenant dans la communication qui sera faite autour de la sobriété numérique pour réussir à les accompagner positivement et efficacement dans le changement de leurs habitudes”.

La notion de numérique responsable trop peu ancrée dans l’environnement professionnel…

Le baromètre révèle que la moitié des salariés (49 %) déclarent n’avoir jamais entendu parler du numérique responsable auparavant et seulement une minorité (17 %) indique en connaître précisément la signification.

Par ailleurs, la majorité des salariés (61 %) signalent que l’impact environnemental du numérique ne fait que très rarement ou jamais l’objet de discussions au travail. Seul un quart des collaborateurs indiquent qu’une démarche de réduction de l’impact environnemental du numérique a été mise en place au sein de leur entreprise.

Le terme “numérique responsable” étant apparu il y a seulement une quinzaine d’années, il est normal que peu de salariés le connaissent. Mais face à un cadre législatif qui se renforce, les entreprises vont être de plus en plus amenées à changer leurs pratiques numériques. Pour ce faire, elles devront notamment faire l’effort de sensibiliser leurs équipes. Elles réaliseront d’ailleurs que les enjeux de la transition écologique peuvent servir leurs intérêts opérationnels. Par exemple, si le tri des données permet de limiter les émissions de gaz à effet de serre, il sert aussi la simplification de leur traitement en interne et permet aux entreprises de limiter les frais liés à leur stockage”, explique Yeşim Bostancı.

… mais des gestes intuitifs vertueux

Cependant, il semble que les salariés sont capables de choisir intuitivement, les pratiques numériques responsables : 81 % suppriment souvent leurs mails, 76 % utilisent le WIFI plutôt que 4G/5G sur les téléphones portables, ou encore 75 % éteignent ou débranchent leurs appareils électroniques quand ils ne les utilisent pas.

Selon Yeşim Bostancı, “Il est aujourd'hui délicat de faire un lien direct entre les pratiques responsables adoptées intuitivement par les salariés (à l'instar du tri des mails) et leur conscience de l'impact du numérique sur la planète. On peut supposer que, mises en oeuvre de manière non systématique, ces pratiques pourraient avoir plutôt pour objectif des enjeux de performance ou de bien-être au travail”.

Les connaissances : principaux freins à l’adoption du numérique responsable

C’est en premier lieu à cause de la non-connaissance des pratiques vertueuses (un quart des salariés) que ces dernières ne sont pas intégrées dans le cadre de la sobriété numérique au travail. Une non-connaissance qui semble biaiser le jugement des collaborateurs sur l'efficacité des pratiques numériques responsables : ils sont 63% à surestimer l'impact environnemental du numérique, notamment ceux qui savent définir le numérique responsable (41 %).

De plus, ils sont nombreux à estimer que les pratiques les plus simples (comme, par exemple, supprimer régulièrement ses e-mails (79 %)) sont les plus efficaces pour réduire les émissions de gaz à effet de serre liées au numérique alors qu’en réalité, elles ont un impact moindre sur l'environnement3.

L’attribution de la responsabilité aux décisionnaires et aux grandes entreprises, puis les habitudes liées aux pratiques numériques (tels que partager tous les fichiers avec ses collègues, envoyer les mails à plusieurs destinataires qui ne sont pas impliqués directement sur le sujet, etc.) sont les autres freins à l’adoption de pratiques vertueuses.

Simplicité et mesurabilité : clés de l’accompagnement au changement ?

Néanmoins, le principal moteur de l’adoption est la facilité de mise en oeuvre de la pratique (50 %), suivie par la connaissance de son impact positif et significatif sur l’environnement (36 %), ainsi que par la possibilité d’observer cet impact en temps réel (30 %).

Il est normal de vouloir mesurer l’impact d’une pratique. En effet, l’adopter est plus difficile si l’on ne comprend pas quel est son intérêt”, conclut Yeşim Bostancı.

Depuis la création d’Eco CO2 en 2009, l’accompagnement au changement de comportement est au coeur de ses propositions. Grâce à ses équipes en sciences humaines et sociales, l’entreprise s’appuie sur des théories et paradigmes de changement de comportement reconnus pour développer ses solutions aux entreprises.


Sources

1 Arcep
2 Yeşim Bostancı mène une thèse sur les facteurs liés à l’adoption des pratiques numériques responsables : “Soutenir la sobriété numérique dans les organisations”
3 www.ecoresponsable.numerique.gouv.fr/docs/2021/impact-bonnes-pratiques-numeriques-ecoresponsables.pdf

Lu 2526 fois Dernière modification le jeudi, 07 mars 2024 09:44
La rédaction

Le service Rédaction a pour mission de sélectionner et de publier chaque jour des contenus pertinents pour nos lecteurs internautes à partir d’une veille approfondie des communiqués de presse pour alimenter les rubriques actualité économiques, actualités d’entreprises, études ou encore actualités sectorielles. Pour échanger avec notre service Rédaction web et nous faire part de vos actualités, contactez-nous sur redaction@gpomag.fr

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

è Comment les données et l’IA peuvent révolutionner les prises de décision ?

L'impact que les données peuvent avoir sur l’entreprise et comment des outils technologiques permettent d’exploiter ces données de manière efficace et sécurisée.

Visualiser la vidéo sur notre chaîne en cliquant ici


è
 Découvrez le réel impact de Windows 11 Professionnel

Grâce à la sécurité activée par défaut, les entreprises du monde entier prennent des initiatives plus audacieuses et des décisions plus rapides.

 
è Facturation électronique 2026

Un guide détaillé sur les étapes clés pour réussir son passage à la facturation électronique 2026 et franchir le pas de la dmatérialisation, avec tous les bénéfices qui l'accompagnent.

LB Facturation electronique 2026 Docuware.png

 

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 
è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts