Le risque de réputation est considéré comme primordial pour 87 % des dirigeants

Etudes Écrit par  mercredi, 24 décembre 2014 11:59 Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans un monde ultra connecté où les consommateurs, les sites de production, les salariés et autres parties prenantes de l’entreprise sont disséminés aux quatre coins du globe, le risque de réputation est considéré comme primordial pour 87 % des dirigeants selon l’étude Reputation at Risk, de Deloitte.

 

- 87 % des dirigeants considèrent le risque de réputation comme le risque stratégique le plus important pour leur entreprise
- 41 % des chefs d’entreprises sondés reconnaissent qu’un évènement nuisant à leur réputation peut avoir des conséquences sur le chiffre d’affaires de l’entreprise

- Seuls 19 % des entreprises sont confiantes dans leurs compétences en matière de gestion de ces risques aujourd’hui
- 57 % des chefs d’entreprises sondés souhaitent mettre en place des cellules de crises disposant d’outils d’analyse et de suivi de la marque pour anticiper et gérer les crises de réputation

 

 

Menée auprès de plus de 300 dirigeants à travers le monde, l’étude Deloitte Reputation at Risk confirme l’importance de la réputation et son impact sur la confiance des clients, la valeur de la marque et les résultats de l’entreprise. La plupart des entreprises mondiales (76 %) ne doutent pas de la force de leur réputation. Toutefois, cette confiance s’effrite lorsqu’il est question des dispositifs mis en place pour se protéger des risques de réputation et y faire face le cas échéant. Seules 19 % des entreprises sont pleinement confiantes dans leurs dispositifs en matière de gestion de ces risques.  Les entreprises ayant connu par le passé un événement nuisible à la réputation estiment que les atteintes les plus importantes concernaient le chiffre d’affaires (41 %) et la valeur de la marque (41 %).

 

Selon Marc Duvechet, Associé responsable Risk Advisory chez Deloitte, « On a assisté peu à peu à une prise de conscience de l’impact du risque de réputation sur la capitalisation et la valeur même de l’entreprise. Le risque de réputation devient ainsi une préoccupation grandissante du top management alors même qu’une minorité des sondés (19%) s’estime totalement armée en matière de gestion des risques. A cet égard, les technologies disponibles pour identifier et suivre dans les masses de données, issues des réseaux sociaux notamment, peuvent permettre de mieux gérer pro activement les risques de réputation…mais ceci doit s’inscrire dans une démarche plus globale d’analyse et de traitement des risques. Cette démarche peut aussi conduire à repenser les dispositifs de gestion de crise en place ».

 

 

Les principaux facteurs de risques de réputation selon les entreprises sondées sont :


                 - l’éthique et l’intégrité (55 %), et notamment la fraude et la corruption
                 - les risques sanitaires et liés à la sécurité (45 %), tant physiques qu’électroniques
                 - les risques liés aux produits et aux services (43 %)


Les cadres dirigeants sont directement concernés par les risques de réputation : la responsabilité première incombe au Directeur Général (36 %), au Risk Manager (21 %), ou au Conseil d’Administration (14 %).


Les clients sont considérés comme les parties prenantes les plus importantes en termes de risque de réputation (81 %) : parmi les autres parties prenantes figurent les instances de réglementations (73 %), les employés (68 %), les dirigeants (68 %) et les investisseurs (65 %).


Les entreprises sont moins confiantes lorsqu’il s’agit de risques qui échappent à leur contrôle direct : parmi ces risques figurent les problématiques relatives aux entreprises en amont et en aval de la chaine de production (47 %), aux attaques de la concurrence (44 %), ainsi qu’aux autres facteurs exogènes comme les catastrophes naturelles (44 %). Les relations avec les tiers constituent un domaine de risque en rapide expansion, les entreprises étant de plus en plus tenues pour responsables des actions de leurs fournisseurs et vendeurs.


A l’inverse, elles sont plus confiantes lorsqu’il s’agit de risques sous leur contrôle direct : réglementation (69%), faute grave d’un salarié (68%), faute grave d’un dirigeant (67%)
57% des entreprises sondées déclarent envisager répondre aux risques de réputation en investissant dans des outils d’analyse et de suivi de marque, et par la mise en place de cellule de crise

Lu 3682 fois Dernière modification le mardi, 09 juin 2015 15:05
La rédaction

Le service Rédaction a pour mission de sélectionner et de publier chaque jour des contenus pertinents pour nos lecteurs internautes à partir d’une veille approfondie des communiqués de presse pour alimenter les rubriques actualité économiques, actualités d’entreprises, études ou encore actualités sectorielles. Pour échanger avec notre service Rédaction web et nous faire part de vos actualités, contactez-nous sur redaction@gpomag.fr

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

è Comment les données et l’IA peuvent révolutionner les prises de décision ?

L'impact que les données peuvent avoir sur l’entreprise et comment des outils technologiques permettent d’exploiter ces données de manière efficace et sécurisée.

Visualiser la vidéo sur notre chaîne en cliquant ici


è
 Découvrez le réel impact de Windows 11 Professionnel

Grâce à la sécurité activée par défaut, les entreprises du monde entier prennent des initiatives plus audacieuses et des décisions plus rapides.

 
è Facturation électronique 2026

Un guide détaillé sur les étapes clés pour réussir son passage à la facturation électronique 2026 et franchir le pas de la dmatérialisation, avec tous les bénéfices qui l'accompagnent.

LB Facturation electronique 2026 Docuware.png

 

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 
è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts