L’erreur est (humaine) innovante

Évaluer cet élément
(0 Votes)

“ Pourquoi tombons-nous Bruce ? Pour mieux apprendre à nous relever ". En prononçant ces mots, le très british Alfred Pennyworth crée, sans le vouloir, le mantra de Batman. C’est du moins la légende que raconte Christopher Nolan, dans son film Batman Begins. L’erreur, la chute, n’est pas une fin en soi. Avec le bon état d’esprit, c’est même l’opportunité de se relever plus fort.

“ Au prochain rond-point, prenez la deuxième sortie à gauche ”, vous indique votre GPS quand, perdu dans le dédale de la Défense, vous risquez de finir à Marseille. La machine, comme le GPS, calcule pour nous le meilleur trajet, mais elle ne conduit pas la voiture. Elle nous aide, mais la prise de décision finale, le choix de la route, appartient à l’humain… En tous cas, pour le moment.

Il se peut aussi que le GPS nous empêche de chercher le chemin par nous-mêmes en nous offrant une solution toute faite. À quoi bon faire l’effort de chercher ce qu’une machine peut immédiatement trouver pour nous ? Après tout, les machines ont bien été inventées pour soulager les humains d’efforts inutiles. Et elles savent très bien le faire.

Seulement voilà, la plus sophistiquée des machines actuelles, autrement dit l’Intelligence Artificielle (IA), n’est qu’un guide, elle ne doit pas s’imposer. Pourtant, certaines entreprises data-driven, entièrement tournées vers l’analyse de données, s’en remettent parfois exclusivement à l’IA pour mener leur stratégie, comme si celle-ci était infaillible, et ses choix forcément pertinents. Mais il vaut sans doute mieux une erreur humaine qu’une IA omnisciente – sauf si l’erreur humaine est d’avoir créé une IA omnisciente !

Humain, trop humain

L’utilisation de l’IA dans la prise de décision, et le constat de ses capacités toujours plus grandes, forcent à l’humilité. Car si elle ne remplace pas l’humain, l’IA offre en réalité de nouvelles perspectives intéressantes car elle teste toutes les possibilités, dans différentes situations. Elle modélise, simule, affine, prédit le meilleur chemin et ses alternatives. Sa proposition est froide, dénuée de cette émotion humaine trop humaine qui peut parfois obscurcir la vision et rendre tout plus confus.

Mais au bout du compte, ce qui manque à la machine, c’est précisément des qualités humaines. Trois en particulier : le sens commun, sans lequel la machine peut s’égarer dans des élucubrations inutiles qui lui font perdre du temps ; l’imagination, sans laquelle la machine ne peut jamais sortir du cadre restreint de son programme ; et enfin, la détermination, c’est-à-dire la faculté à persévérer et à se transcender en le faisant.

S’il désire augmenter ses performances, plutôt que de prendre exemple sur la machine et sa logique binaire, l’humain peut aussi se tourner vers la Nature et son écosystème. Quand un programme bugue, on dit qu’il est “cassé”. Si on ne le répare pas, on ne peut rien en tirer. Mais la nature ne connaît pas cette logique : elle entreprend sans cesse, elle est foisonnante, elle teste constamment de nouvelles possibilités, de nouvelles combinaisons.

Parfois, elle échoue, et c’est précisément le cycle de la vie : des espèces meurent et disparaissent (plantes, animaux ou insectes) tous les jours. La sélection et l’adaptation au milieu testent sans relâche la viabilité de mutations, parfois infimes. L’erreur est naturelle, au sens le plus fort du terme. Elle est inévitable. C’est ce qui la rend d’autant plus acceptable.

Cette capacité de la Nature à imaginer sans cesse de nouvelles frontières, notamment par une utilisation créative de l’erreur peut être vue comme un motif perpétuel d’inspiration.

L’erreur, ce trampoline pour la réussite

Pourquoi donc ne pas suivre cet exemple et cette source quand on est chef d’entreprise, DRH, manager ? C’est d’ailleurs ce que font les grands entrepreneurs, qui ne parlent jamais d’échecs, mais d’apprentissage ou d’opportunités de croissance. Ce qui suppose d’analyser l’erreur, de s’en servir de tremplin pour repartir plus loin. Au fond, si on pense trop étroit, trop petit, trop bas, on renonce trop vite, on ne s’ouvre pas à la possibilité de commettre des erreurs.

Il faut faire preuve de détermination pour échouer. Il faut faire preuve de volonté pour que cela devienne une qualité. Pour maîtriser le vélo, ne faut-il pas tomber 10 fois, 100 fois ? C’est d’ailleurs ce que répètent tous les parents du monde entier, pour rassurer leurs bambins : que dit-on à nos enfants qui apprennent à faire du vélo ? “si on ne tombe pas, on n’apprend pas !”

Le dicton de Robert Kiyosaki, entrepreneur américain spécialisé dans le développement personnel, est bien connu : “Sometimes you win, sometimes you learn”1. Ne pas échouer, mais apprendre, c’est une question d’attitude et d’état d’esprit. Et ce qu’on appelle ainsi le “growth mindset”, c’est-à-dire la faculté à rebondir après l’échec, à ne pas le voir comme une fatalité mais comme une chance à savoir saisir, se cultive en entreprise. Pour cela, il faut accepter l’idée qu’une erreur (ou même une victoire) ne définit pas une personne. Il faut aussi distinguer l’erreur de l’échec : là où le second évoque généralement un trajet dont il constitue l’étape finale, la première signe éventuellement le début d’une autre trajectoire dans une bifurcation qu’elle aura rendue possible.

Ce changement de vision suppose de mettre en place deux nouveaux piliers dans les relations de travail : l’écoute active et l’empathie. Autrement dit, quand quelqu’un échoue, inutile de le blâmer : le plus intéressant est de lui demander ce qu’il a appris. Il faut développer une ouverture d’esprit, pour voir si la personne essaye de justifier son erreur ou si elle essaye, au contraire, de la reconnaître et d’apprendre.

Cela rejoint un autre point important : oui, certaines personnes dévient des trajectoires toutes faites dans une organisation, et c’est tout sauf pénalisant pour l’entreprise. Car de l’uniformité ou de l’homogénéité ne naîtra jamais rien d’innovant. Il faut accepter de travailler avec des collaborateurs qui ont d’autres idées, des cultures différentes. Si on emprisonne les individus dans un modèle et qu’ils n’en sortent pas, ils reproduiront en permanence les mêmes mouvements. L’entreprise n’innovera pas.

Échouer, mais en beauté

Rester en mouvement est d’autant plus important qu’avec l’accélération croissante des évolutions technologiques, de nouveaux métiers naissent alors que d’autres disparaissent presque tous les ans. Il faut donc s’adapter au nouveau monde du travail, établir des ponts intergénérationnels pour que, dans une inversion caractéristique de notre époque, les seniors puissent apprendre des plus jeunes. L’apprentissage, l’expertise technique aussi bien que les expériences personnelles doivent être partagés entre les générations. À tout âge, le travailleur de demain, plus que jamais, devra tester de nouvelles choses, échouer et se relever.

Quitte, parfois, à échouer en beauté, comme Roger Federer lors du dernier match de sa carrière à la Laver Cup. Mais qu’importe l’erreur, pourvu qu’on ait la victoire, la seule qui compte : celle de savoir que notre parcours nous a fait grandir, nous et tous ceux qui nous ont vu échouer. S'ils ne baissent pas les bras, ils se relèveront peut-être plus forts.

Par Bertrand Launay, Corporate Vice President et Group Revenue Partner de Prodware

1 Robert T. Kiyosaki Rich Dad Poor Dad: What the Rich Teach Their Kids About...

 

 

Lu 630 fois Dernière modification le mardi, 06 décembre 2022 14:05

Annonces

Air France Banniere Bluebiz 300 250

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Vient de paraitre en Novembre 2022
GPO MAGAZINE N°110
Recevoir la version PRINT en cliquant ici
Recevoir la version NUMÉRIQUE en cliquant ici

Extrait GPO 110.png

Paru en octobre 2022
SPÉCIAL TRANSFORMATION DIGITALE

Capture d’écran 2022-10-04 à 12.03.52.png

Paru en Juin 2022
SPÉCIAL FINANCE

 Capture d’écran 2022-07-01 à 12.43.09.png 

 

Livres Blanc et E-book

Toutes les solutions IT pour pouvoir moderniser ses infrastructures
Pour répondre aux défis de compétitivité, de cybersécurité, de performance opérationnelle et d’urgence climatique, les…
Les clés pour réussir l’intégration de la signature électronique au sein de son organisation !
Au travers de son livre blanc consacré à « La signature électronique et son intégration…
Comment passer à la facture électronique ?
En permettant un traitement automatisé et sécurisé, la facture électronique facilite la comptabilité des factures…
Cinq étapes pour améliorer l'expérience client grâce à l'Intelligence Artificielle
Les centres de contact sont une source importante d'informations sur les clients. Ils peuvent en…
Accélérer la transformation digitale de la comptabilité fournisseurs
Les équipes comptables se doivent d’engager leur transformation digitale pour éliminer les travaux de saisies…
Plus de livres blanc

Webinaires

Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Comment simplifier la réservation hôtelière ?
Et si le voyage d’affaires devenait aussi simple que le voyage loisir ? Pour permettre…
Comment offrir une expérience client digne de Netflix grâce à l’Intelligence artificielle ?
Plus que jamais les entreprises se doivent d’offrir à leurs clients un expérience fluide, remarquable…
Comment renforcer l’agilité de ses applications de gestion avec Oracle Cloud ?
Toute entreprise, quel que soient sa taille, son métier ou ses activités, fait aujourd’hui face…
Plus de webinaires

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts