Windows Onward

Contrôle URSSAF : Actualités

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Dans un arrêt du 28 septembre 2023 (n°21-21.633), la Cour de cassation confirme son appréciation stricte des textes encadrant les opérations de contrôle, en distinguant droit d’audition des salariés de l’entreprise contrôlée et droit de communication de documents par ces mêmes salariés.

En cas de contrôle URSSAF, l’entreprise cotisante est tenue, conformément aux dispositions de l’article R.243-59 du Code de la sécurité sociale, de mettre à disposition des agents chargés du contrôle tout document et de permettre l'accès à tout support d'information qui lui sont demandés.
Anne Gaelle Berthome

Quels documents les agents de contrôle peuvent-ils solliciter ?

Hormis les bulletins de salaire, le Code de la sécurité sociale ne donne pas de précision sur la liste des « documents nécessaires à l’exercice du contrôle » dont la communication peut être sollicitée par les agents de contrôle.

La Charte du cotisant contrôlé fournit une liste indicative des documents susceptibles d’être demandés :

→ documents sociaux : déclaration sociale nominative, bordereaux de cotisations, déclarations de régularisation annuelle, bulletins de salaires, dossiers du personnel, contrats de travail…
→ documents comptables : bilans, grands livres comptables, balances comptables, fichier des écritures comptables…
→ documents fiscaux : liasses fiscales, avis d’imposition…
→ documents juridiques : statuts des sociétés, transactions, jugements de conseils de prud’hommes…
→ factures des sous-traitants et honoraires, ou factures émises par un travailleur indépendant justifiant de son chiffre d’affaires ou de ses recettes, justificatifs de frais (notes de restaurant, certificat d’immatriculation des véhicules…).

En tout état de cause, la lettre d’observations émise à l’issue du contrôle doit lister les documents consultés lors dudit contrôle.

À qui les agents de contrôle peuvent-ils s’adresser ?

→ S’agissant du droit à audition, l’article R.243-59 du Code de la sécurité sociale autorise les agents de contrôle à interroger les personnes rémunérées par l’employeur, quelle que soit la qualification des rémunérations qu'elles perçoivent.

La Cour de cassation veille à une application stricte de ce texte : le droit d’audition est limité aux personnes rémunérées directement par l’employeur, ce qui n’est pas le cas du responsable du service comptable d'une autre société du groupe, ou des personnes rémunérées par un prestataire de services de la personne contrôlée.

→ S’agissant du droit de communication, c’est exclusivement à l’employeur ou à son représentant légal que les agents de contrôle doivent s’adresser pour solliciter les documents nécessaires au contrôle.

Le contrôle et le redressement afférent doivent être annulés si les agents de contrôle s’adressent directement à l’expert-comptable de la société contrôlée pour obtenir des documents, à l'autorité organisatrice des transports (pour le contrôle de l’exonération du versement mobilité), ou encore à une société qui, bien qu'appartenant au même groupe que l'entreprise contrôlée, reste tiers au contrôle.

Les agents ne sont pas non plus autorisés à rechercher eux-mêmes les documents dont ils ont besoin et à procéder à leur saisie.

Dans l’arrêt du 28 septembre 2023, la Cour de cassation confirme l’attention qu’elle porte à la stricte application des règles encadrant le contrôle URSSAF.

La position de l’URSSAF invalidée par la Cour de cassation

En l’espèce, l’URSSAF affirmait que ses agents pouvaient demander au salarié de l’entreprise contrôlée les documents nécessaires au bon déroulement du contrôle, sans avoir à s’assurer de l’existence en ce sens d’un mandat du chef d’entreprise. L’URSSAF arguait que le salarié n’est pas un tiers par rapport à l’employeur. Elle considérait également que l’autorisation donnée, par l’employeur, à son salarié, de communiquer les documents sollicités par ses agents pouvait résulter de l’absence d’opposition par l’employeur à ladite communication.

A tort.

La réponse de la Cour de cassation est sans ambiguïté : les opérations de contrôle sont irrégulières si l’inspecteur chargé du recouvrement demande à une salariée du service comptabilité de la société contrôlée de lui fournir un tableau portant sur la réduction générale de cotisations, données au vu desquelles le redressement est opéré, sans qu’il soit établi par l’URSSAF que cette salariée avait reçu autorisation de l’employeur de répondre à cette demande.

En outre, la Cour sanctionne le fait que ce tableau ne figurait pas dans la liste des documents consultés par l’inspecteur du recouvrement mentionnés dans la lettre d’observations.

L’irrégularité des opérations de contrôle en cas de demande de document auprès d’un salarié, sans accord de l’employeur

Déjà, la Cour de cassation avait considéré irrégulière une procédure de contrôle au cours de laquelle les agents de l’URSSAF avaient, en l'absence du gérant et sans son accord, contraint l'un des préposés de la société à ouvrir une armoire ainsi que les tiroirs d'un bureau, et à leur remettre, sur leur demande pressante, des plannings s'y trouvant qu'ils avaient emportés pour examen.

La solution qui vient d’être dégagée par la Cour de cassation apparaît plus générale : dès lors que des documents ayant servi à établir le redressement ont été obtenus, sur demande des agents de l’URSSAF, auprès d’un salarié de l’entreprise contrôlée et sans accord de l’employeur, les opérations de contrôle sont irrégulières. Nul besoin de rapporter la preuve de pressions subies par le salarié.

Par Anne-Gaëlle Berthomé, Avocate Directeur au sein de Cornet Vincent Ségurel

Lu 744 fois Dernière modification le lundi, 15 janvier 2024 10:46
Nos contributeurs

Nos contributeurs vous proposent des tribunes ou des dossiers rédigées en exclusivité pour notre média. Toutes les thématiques ont été au préalable validées par le service Rédaction qui évalue la pertinence du sujet, l’adéquation avec les attentes de nos lecteurs et la qualité du contenu. Pour toute suggestion de tribune, n’hésitez pas à envoyer vos thématiques pour validation à veronique.benard@gpomag.fr

Annonces

Windows Onward

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

è Découvrez le réel impact de Windows 11 Professionnel

Grâce à la sécurité activée par défaut, les entreprises du monde entier prennent des initiatives plus audacieuses et des décisions plus rapides.

 
è Facturation électronique 2026

Un guide détaillé sur les étapes clés pour réussir son passage à la facturation électronique 2026 et franchir le pas de la dmatérialisation, avec tous les bénéfices qui l'accompagnent.

LB Facturation electronique 2026 Docuware.png

 

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 
è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts