Le Boom Marketing de la carte

Évaluer cet élément
(0 Votes)

> Ameriacn Express
Cartes Corporate American Express
Les incontournables du voyage et de sa gestion

Au-delà de ses multiples usages traditionnels, la carte séduit également de plus en plus les spécialistes du marketing. Ses usages et applications en la matière tendent néanmoins à évoluer, pour servir au mieux leurs porteurs mais également les entreprises qui les proposent. Une évolution qui s’inscrit également dans la logique des nouvelles tendances technologiques liées à la carte.

Plus de 4.75 milliards de cartes auront été mises en circulation en 2008. «Toujours largement porté par le secteur des télécoms et, dans une moindre mesure, par celui des cartes de paiements, le marché profite également de plus en plus de l’essor de la technologie sans contact», explique Hélène Tsoungui, Directrice de la Communication du Salon Cartes. «En 2007, ce sont ainsi, d’après Eurosmart, 630 millions d’applications sans contact qui ont été mises sur le marché. Ces supports sans contact intègrent aussi bien les cartes mémoires avec une sécurité basique que les cartes sans con-tact fortement sé-curisées, comme les passeports électroniques, les cartes d’identités électroniques ou encore les cartes sans con-tact EMV». Parmi les différents usages de la carte, le marketing commence à se prendre au jeu. Et pour cause…

Les applications marketing de la carte
«Avec Décathlon, faites plaisir à la carte», «Illicado, mes envies à la carte», «Les Cartes Cadeaux Carrefour, la réponse à toutes les envies», «La carte cadeau DARTY : offrez tout le choix et le service DARTY», peut-on lire ici et là sur Internet… «Cartes cadeaux dans les entreprises, cartes de fidélité client, cartes de stimulation ou autres cartes de promotions, quelle qu’en soit la finalité, la carte peut contribuer à fidéliser un client, à vendre un produit ou une prestation ou à booster une marque», explique Jérôme Lemouchoux, Directeur Marketing et Développement de Tir Groupé.

Autant d’atouts qui expliquent d’ailleurs que le recours à la carte comme support de ces campagnes soit de plus en plus plébiscité par les entreprises. Les cartes présentent également l’avantage d’être sécables et rechargeables et de proposer ou non une valeur faciale. La carte reste néanmoins la partie visible des opérations de marketing montées par les entreprises. En effet, la plupart de ces programmes nécessite par ailleurs la mise en place d’une structure technologique, généralement un portail Internet, intervenant alors comme support back office des opérations mises en œuvre. «L’automatisation et l’informatisation des procédures comme la commande et le traitement du cadeau permettent aux entreprises de s’affranchir des traditionnelles démarches en la matière tout en garantissant la sécurité des transactions», ajoute Jérôme Lemouchoux. «Elles suppriment ainsi toutes les contraintes logistiques qui étaient traditionnellement liées, notamment, aux catalogue de cadeaux papier».

 

 
Parallèlement, l’association d’une carte à une plate-forme de gestion Internet est aussi, pour l’entreprise, un moyen efficace de se constituer une base de données client qualifiée, directement renseignée par les futurs porteurs de la carte. Les entreprises disposent alors de toutes les données nécessaires pour communiquer ensuite à leurs clients des informations personnalisées.

 

La carte de fidélité, véritable outil de promotion des ventes
Ce sont également les nouvelles technologies qui seront utilisées par les entreprises pour relancer un détenteur de cartes ou l’inciter à se rendre sur le site portail Internet de l’entreprise. «Pour réactiver l’intérêt d’une carte de fidélité et relancer une opération de marketing, les entreprises utilisent les nouvelles technologies», explique Anne-Sophie Monant, Directrice Gé-nérale de la division Coffrets, Cartes et Chèques Cadeaux du Groupe I&D. Les SMS, MMS ou autres e-mails servent alors à transmettre des informations sur des offres promotionnelles, des opérations spéciales et pourquoi pas, pour envoyer des newsletters en push». Parallèle-ment, l’usage des nouvelles technologies permet aux entreprises de réaliser des reporting et des statistiques sur les habitudes de consommation des porteurs de cartes. Les entreprises qui lancent simultanément plusieurs programmes marketing peuvent ainsi, via l’intégration des programmes sur un portail unique, consolider leurs données clients et rendre leurs opérations beaucoup plus efficientes. «La carte permet en effet d’avoir un suivi particulièrement précis sur les habitudes de consommation des porteurs», ajoute Anne Sophie Monant. «Ce suivi est notamment important pour s’assurer de l’intérêt et de la pertinence d’un programme de fidélité, renforcer sa fidélité client mais également adapter les opérations promotionnelles en fonction du profil du porteur». «La carte contribue alors à affiner les stratégies commerciales des entreprises et à créer de nouvelles opportunités de ventes, gé-nérant par là même des sources de re-venus additionnelles», poursuit de son côté Jérôme Lemouchoux.
La clé de réussite d’une telle démarche nécessite néanmoins de prendre quelques précautions en amont et de maîtriser complètement les usages de la carte. «Pour que le programme marketing associé à la carte soit efficace, il est impératif que les différentes offres et services qui y sont associés soient à la hauteur des attentes du détenteur de la carte», insiste de son côté Nicolas Caron, Président Halifax. «De même, l’optimisation de ces opérations passe nécessairement par une communication régulière sur ses différents avantages et en particulier sur les offres proposées à ses porteurs».

Les cartes pour le marketing, sous toutes ses coutures
Cartes affinitaires, cartes de fidélité, cartes multi-enseignes, cartes co-brandées, difficile aujourd’hui de s’y retrouver devant ces multiples terminologies qui cachent des usages différents. D’une manière générale le principe de ces cartes est simple : plus le client achète, plus il cumule de points ou d’euros lui donnant accès à des droits et avantages divers. Néanmoins, face à la multiplication de ces cartes dans nos portefeuilles, leur efficacité commence à diminuer. «Il faut aujourd’hui leur attribuer des prestations à forte valeur ajoutée», souligne ainsi Nicolas Caron. Une démarche dans laquelle s’inscrivent d’ailleurs les cartes co-brandées, autorisées en France depuis maintenant un an. Depuis, les cartes de paiements Visa ou Mastercard peuvent abriter simultanément les logos d’une marque ou d’une enseigne avec celui d’un établissement bancaire ou de crédit. Avec le co-branding, la carte de paiement n’est plus uniquement de la monétique mais devient un outil de marketing avec un programme de fidélité associé. Après LaSer et Galeries Lafayette puis Fiat et Sofinco qui, en la matière ont ouvert le bal, Renault avec RCI Banques et Nouvelles Frontières avec Franfinance (groupe Société Générale) ont ensuite lancé leurs pro-pres offres. Depuis, le marché de ces cartes co-brandées a le vent en poupe, avec, parmi les derniers exemples en date, Total et Visa ou encore InterMarché et Mastercard. Au travers de ces programmes, les enseignes voient leur chiffre d’affaires se développer via une hausse de la fréquentation et des achats dans leur réseau, les établissements financiers augmentent le nombre de transactions et enfin, les consommateurs profitent des avantages et services associés à la carte. Mais le paiement ne fait pas tout. Si l’habit ne fait pas le moine, il n’en demeure pas moins que le look des cartes reste un moyen efficace de séduire son utilisateur. En la matière, la carte a beaucoup évolué. Après avoir séduit par ses textures, ses odeurs et ses formes, la carte portée par la technologie du sans contact trouve aujourd’hui de nouveaux supports. L’heure est désormais aux «Smart Object».

Les cartes nouvelles générations, place à l’innovation
«Montre, bracelet, porte clés, strap pour mobiles, la technologie du sans contact s’immisce partout», souligne Jérémie Leroyer, Président d’Airtag. «La carte bénéficie aujourd’hui de technologies innovantes et modernes, adaptées aux attentes des consommateurs actuels». Les participants à la convention démocrate américaine de Denver qui s'est tenue fin août se sont ainsi vus remettre un «sticker» à coller sur leur téléphone mobile ou sur leur badge. Ce «Go-Tag» embarquant une puce sans contact leur a permis de payer leurs boissons, repas et autres services, d'un simple geste. Swatch et Mastercard proposent également une montre intégrant le service Pay Pass de MasterCard… «Quelques exemples qui démontrent à quel point les technologies sans contact, développées par l'industrie de la carte à puce, ont libérées les applications traditionnelles que sont le paiement, le ticketing ou encore le contrôle d'accès», souligne à ce sujet Hélène Tsoungui. Si la fonction de la carte demeure, sa forme tend donc peu à peu à évoluer… «Avec le sans contact apparaît une famille d'objets communicants et sécurisés dont la filiation avec la carte à puce traditionnelle demeure», ajoute Hélène Tsoun-gui. «C'est vrai du paiement avec l'apparition des mini-cartes, porte-clés, bracelets et montres. Mais ça l'est également avec le développement des passeports biométriques qui embarquent une puce dans leur couverture ou sur une page spéciale». Cepen-dant point de «smart object» sans technologie associée….

Le sans contact promis à un bel avenir
Ainsi, la technologie NFC (Nier Field Commu-nication), développée pour être compatible avec les radiofréquences utilisées par la RFID a désormais le vent en poupe. Conscient des opportunités offertes par le sans contact, le marché est actuellement très convoité par les opérateurs de téléphonie mobile qui devraient, en France, proposer de nouveaux services innovants en la matière à leurs abonnés dès 2009. Différents acteurs seront partie prenante dans la mise en place de ces services : banques, sociétés de service, opérateurs télécoms…. Ainsi, les mondes du e-banking, des transports et du mobile vont, dans les années à venir, être amenés à travailler ensemble afin d’offrir aux consommateurs de nouvelles prestations innovantes. La technologie du sans contact intéresse également les grands marchés réglementaires de l’identité mais aussi les marchés plus traditionnels du contrôle d’accès. Sa simplicité d’utilisation, sa faible consommation ainsi que sa dimension «sécurisante» la destine en effet à devenir une sorte de routeur intelligent et sécurisé pour initier et autoriser des connexions Wi-Fi ou bluetooth. Certaines administrations mais aussi des hôtels et des entreprises privées commencent, notamment aux Etats-Unis, à équiper leurs collaborateurs en la matière à l’instar de grandes entreprises telles que Microsoft, Audi AG, Schlumberger ou encore Boeing. Les groupes spécialisés dans le contrôle d’accès physique comme Assa Abloy ou Kaba Group accélèrent également leur migration vers la carte sans contact. L’avenir de la carte est donc sans conteste dans le sans contact…


Par Anne Del Pozo

Evolution des différents marchés de la carte microprocesseurs (en millions d’unités)
Secteur 2007 2008
Télécoms 2650 3000
Banque/finance 510 580
Gouvernement/Santé 105 150
Transport 30 30
TV 85 80
Sécurité 0 20
Autres (sécurité intégrée) 65 15
Total 3445 3875


Imprimez vos cartes en toute simplicité !
Badges pour salons et événements,
cartes de visite, de fidélité, badges employés... Le marché de l’impression offre aujourd’hui des solutions «tout en un» pour réaliser en toute autonomie et sans aucune formation, des badges personnalisés de qualité, en couleurs et en haute définition. Ces imprimantes, généralement associées à un logiciel, permettent de personnaliser les cartes et de véhiculer ainsi l’image de l’entreprise qui l’émet. Souvent simples à utiliser, les réalisations sont instantanées, assurant ainsi une certaine autonomie à son utilisateur.
En offrant des possibilités d’impression en série ou à l’unité, elles peuvent par ailleurs s’avérer économiques.
Un marché sur lequel évoluent des acteurs tels que Datacard ou Evolis ou encore Zebra…


Evolution du marché du sans contact
Secteurs mémoire Microprocesseur
sans contact sans contact
Services financiers 60
Gouvernement/santé 250 50
Transport 160 30
Autres 50 30
Sous total 460 170
Total 630

Source : Eurosmart, 2008
Lu 4846 fois Dernière modification le lundi, 10 octobre 2016 13:59

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Vient de paraître GPO Magazine de Juin 2022
EDITION SPÉCIALE FINANCE
Recevoir la
 version PRINT en cliquant ici
Recevoir la version NUMÉRIQUE en cliquant ici

 Capture d’écran 2022-07-01 à 12.43.09.png 

Paru en Avril 2022
GPO MAGAZINE N°109
Recevoir la version PRINT en cliquant ici

EXTRAIT GPO 109.png

Livres Blanc et E-book

Toutes les solutions IT pour pouvoir moderniser ses infrastructures
Pour répondre aux défis de compétitivité, de cybersécurité, de performance opérationnelle et d’urgence climatique, les…
Les clés pour réussir l’intégration de la signature électronique au sein de son organisation !
Au travers de son livre blanc consacré à « La signature électronique et son intégration…
Comment passer à la facture électronique ?
En permettant un traitement automatisé et sécurisé, la facture électronique facilite la comptabilité des factures…
Cinq étapes pour améliorer l'expérience client grâce à l'Intelligence Artificielle
Les centres de contact sont une source importante d'informations sur les clients. Ils peuvent en…
Accélérer la transformation digitale de la comptabilité fournisseurs
Les équipes comptables se doivent d’engager leur transformation digitale pour éliminer les travaux de saisies…
Plus de livres blanc

Webinaires

Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Comment simplifier la réservation hôtelière ?
Et si le voyage d’affaires devenait aussi simple que le voyage loisir ? Pour permettre…
Comment offrir une expérience client digne de Netflix grâce à l’Intelligence artificielle ?
Plus que jamais les entreprises se doivent d’offrir à leurs clients un expérience fluide, remarquable…
Comment renforcer l’agilité de ses applications de gestion avec Oracle Cloud ?
Toute entreprise, quel que soient sa taille, son métier ou ses activités, fait aujourd’hui face…
Comment aborder le télétravail dans les meilleures conditions ?
Les nouveaux défis auxquels nous faisons face amènent les entreprises à recourir de plus en…
Plus de webinaires

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts