Déplacements  professionnels  : le coût reste au cœur des  préoccupations

Déplacements professionnels  : le coût reste au cœur des préoccupations

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Malgré l’évolution des comportements d’achat voyages dans les entreprises, les politiques de maîtrise des coûts liés à ce poste de dépense restent la priorité des travel managers. Associées à un contexte d’évolution tarifaire qui leur est favorable, ces politiques portent actuellement leurs fruits, au regard de la baisse constatée des coûts du voyage en 2015. Une tendance qui devrait se confirmer en 2016.

En 2016, aucune véritable rupture n’est attendue sur le marché du voyage d’affaires. Les stratégies d’achat des entreprises demeurent inchangées, focalisées sur la maîtrise des coûts mais aussi, et de plus en plus, sur la sécurité des voyageurs. « Les enjeux financiers continuent de prédominer dans ces stratégies, souligne à ce sujet Bertrand Mabille, executive vice-president France and Mediterranean countries chez CWT. Le voyage est toujours perçu comme un centre de coûts à maîtriser même si, aujourd’hui, les entreprises ont dépassé la notion de rationalisation des coûts post-crise. Désormais, les politiques voyages tendent davantage à être plus pointues et à tenir compte du retour sur investissement des dépla­cements. À ce titre, les responsables voyage dans l’entreprise sont prêts à baisser leur niveau de contraintes pour un déplacement vers un client mais seront plus exigeants sur les déplacements liés, par exemple, à des séminaires internes ». Pour continuer de les accompagner dans cette démarche, les prestataires du voyage, et en particulier les agences et les éditeurs de solutions de réservations et de gestion de notes de frais, s’attachent actuellement à mettre davantage d’intelligence dans leurs outils. « À cet effet, nous capitalisons sur l’ensemble des données voyage afin de proposer des solutions de déplacements adaptées au profil des voyageurs, à la destination ou encore au budget voyage des entreprises », ajoute Bertrand Mabille.
Parallèlement, la sécurité des voyageurs d’affaires est de mieux en mieux prise en compte dans les politiques voyage des entreprises. Ces dernières ont désormais intégré leurs obligations légales en la matière. Mais pour renforcer cette sécurité, les prestataires du voyage doivent poursuivre leurs efforts notamment autour de la gestion des réservations hôtelières. En effet, actuellement seules 30 à 50 % des réservations hôtelières passent par les agences de voyages. « Dès lors que les réservations hôtelières sont réalisées hors du circuit de réservation de l’entreprise, cela représente un risque de ne pas connaître le lieu d’hébergement de son collaborateur et de ne pas savoir où il se trouve en cas de problème, constate Bertrand Mabille. Leur sécurité n’est donc pas optimale ».

Voyageurs d’affaires : les comportements évoluent
Si les priorités des entreprises restent inchangées, en revanche, du côté des voyageurs, les lignes bougent. En effet, le développement exponentiel des outils de mobilité, et en particulier des smartphones, rend la frontière entre les usages professionnels et les usages personnels de plus en plus poreuse. « Les voyageurs d’affaires sont en demande d’applications mobiles propres à faci­liter leurs déplacements professionnels, précise Bertrand Mabille. Il est important que les agences de voyages soient en mesure de proposer de tels outils pour éviter leur évasion vers des appli­cations mobiles qui n’entreraient pas dans le cadre du circuit de réservation de leur entreprise ».
Parallèlement, avec l’arrivée des nouvelles générations sur le marché du travail, force est de constater que le voyage d’affaires tend à perdre sa dimension statutaire. Les jeunes générations sont aujourd’hui davantage sensibles à préserver leur équilibre entre vie privée et vie professionnelle. « Elles n’hésitent plus à privilégier les solutions alternatives aux déplacements professionnels telles que la visio-conférence, constate Bertrand Mabille. Il s’agit donc d’une tendance que les travel managers doivent désormais intégrer dans la politique voyage de leur entreprise ».

Coût global du voyage : des prix à la baisse
Face à ces tendances, aussi bien du côté entreprises que voyageurs, le coût global du voyage continue, en France, de diminuer. Ainsi, Selon CWT, le coût global du voyage baissait encore de 2,2 % au deuxième trimestre 2015 par rapport à la même période de l’année dernière, confirmant la tendance des trimestres précédents. Une baisse notamment portée par celle du prix moyen du billet d’avion, à -1,9 %. « Pour l’année prochaine, bien que nous nous attendions à ce que le prix du pétrole augmente peu, les entreprises devront néanmoins tenir compte des variations de prix régionales car la concurrence diffère plus que jamais selon les trajets », explique Olivier Benoit, responsable Practise lane aérienne chez Advito.
Ainsi, en 2016, les prix des vols intercontinentaux en « Classe Affaires » devraient rester stables en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, avec respectivement 1 % de croissance pour la première destination, et une stagnation pour les autres. Les prix en « Classe Économique » devraient pour leur part diminuer partout. Les chutes les plus fortes sont notamment attendues en Afrique et au Moyen-Orient (- 5 %).
Les prix des billets régionaux pourraient, pour leur part, augmenter en Amérique du Nord (+ 2 %) et en Amérique Latine (+ 1 %) malgré la forte demande sur ces marchés et en dépit de la puissance des compagnies low cost. À l’inverse, les tarifs en Europe devraient être en recul sur la « Classe Eco » (- 2 % pour le régional). En France, les évolutions tarifaires s’inscrivent dans la même mouvance qu’en Europe : une baisse des prix aériens déjà constatée en Europe en 2015, notamment accélérée par la suppression de la cabine Premium Economy par Air France sur les vols Europe, mais aussi par le développement des compagnies low cost et les offensives des compagnies du Golfe.
Contrairement à la baisse des prix du transport aérien, les entreprises françaises ont subi l’an passé une forte inflation des prix hôteliers, notamment vers les États-Unis, le Moyen-Orient et Singapour. « Alors que la demande des entreprises reprend en Amérique du Nord et en Europe, les tarifs hôteliers augmentent en raison d’un déficit de nouvelles offres », précise Olivier Benoit. Ainsi, selon Advito, la hausse devrait globalement être comprise entre 1 et 3 % en Europe en 2016, avec des augmentations jusqu’à 5 % en Irlande et 4 % en Angleterre. En revanche, l’offre pléthorique en Chine et en Inde tire vers le bas le prix moyen des nuitées en Asie.

Vers un nouveau visage du business travel ?

Au-delà de ces observations du marché, certains éléments contextuels pourraient, dans les mois à venir, impacter le secteur du voyage d’affaires. Dans l’aérien, suite à la mise en place du supplément de 16 € pour les réservations sur les lignes Lufthansa effectuées auprès des GDS1, les responsables voyage d’affaires pourraient ainsi revoir leurs processus de réservations. « Pour éviter de payer ce supplément, il leur suffirait en effet de réserver directement auprès de la compagnie aérienne, précise Olivier Benoit. En conséquence, les réservations hors politique voyages risquent de se multiplier, ce qui met à mal le devoir de diligence et la gestion des risques liés aux voyages. D’autre part, la nouvelle stratégie commerciale de Lufthansa pourrait créer un précédent sur le marché du transport aérien d’affaires. Si son nouveau modèle de distribution s‘avère économiquement viable, les autres compagnies aériennes seraient alors tentées de lui emboîter le pas. Cela signifierait la fin du « full content » via les GDS, qui représentent pourtant le seul moyen aujourd’hui de comparer globalement les tarifs aériens ». Dans l’hôtellerie, c’est l’immixtion d’Airbnb sur le marché voyage d’affaires qui pourrait changer la donne et contribuer à la baisse des nuitées. Cependant, à ce jour, Airbnb reste encore confronté à des défis en matière de sécurité, de réglementations et d’impôts. « Certes, Airbnb travaille à relever ces défis, conclut Olivier Benoit. Mais les chaînes hôtelières s’attachent, pour contrer cette nouvelle concurrence, à développer leur propre offre, notamment en proposant des produits comparables ».


Vers une valorisation du Mice*

Très longtemps, le Miceest resté en périphérie des stratégies de communi­cation des entreprises. Mais le développement actuel de la culture des réseaux sociaux place désormais le Mice au cœur des stratégies de communication des entreprises. « Le Mice est en passe de devenir un poste de dépense central et stratégique dans les entreprises et qui, de plus en plus, sera gérer par les directions achats », explique Bertrand Mabille, executive vice-president France and Mediterranean countries chez CWT. Concernant les coûts des réunions et évènements, quelle que soit la région du monde étudiée, CWT et GBTA estiment que l’année prochaine, les augmentations de prix par participant, par jour et par taille seront modérées. Un constat global qui exclut la région Asie- Pacifique, avec une augmentation de 5 % des coûts et de 11 % de la taille des groupes. En cause, la forte demande émanant de la Chine et de l’Inde.
L’Amérique du nord connaîtra pour sa part une augmen­tation de 4,5 % par participant et par jour.

*Meetings, incentives, conferences and events


 

Lu 8351 fois Dernière modification le lundi, 21 décembre 2015 09:08
Anne Del Pozo

Elle collabore depuis près de 20 ans à différents magazines en qualité de journaliste.

Elle y traite de sujets articulés essentiellement autour de la finance, des flottes automobiles, du voyage et du tourisme d'affaires ou encore des ressources humaines. Anne del Pozo participe également à la rédaction de nombreux témoignages clients et de newsletters d'entreprise.

Annonce

CAP IT 300x250

Annonce

Adobe Express 300x250

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Paru le 4 mars 2024
GPO Magazine N°113
Demandez votre exemplaire au service Vente au numéro

Lire l'extrait GPO 113.png

Paru le 27 novembre 2023
Édition Spéciale Transformation digitale
Recevez-le dès aujourd'hui !
Abonnez-vous à l'année en cliquant ici

Vignette Lire un extrait HS Transfo Digitale.png

Livres Blanc et E-book

Le Système d'Exploitation Hybride Windows 11 de Microsoft Booste la Productivité et la Sécurité en Entreprise
Microsoft a récemment dévoilé Windows 11, son dernier système d'exploitation, qui s'adapte parfaitement au mode…
Quelle stratégie pour établir une relation commerciale durable en Allemagne : un guide pour les dirigeants d’entreprises françaises
L'Allemagne, premier partenaire commercial de la France, demeure un marché d'exportation incontournable pour les entreprises…
Comment favoriser sa transition vers une économie mondiale durable ?
La CSRD contribue à l’objectif de l’Union européenne de promouvoir une économie durable et responsable,…
Plus de livres blanc

Webinaires

Facturation Électronique 2024 : une opportunité de performer pour les entreprises !
Une enquête de Wax Digital a révélé que 70 % des professionnels de la comptabilité…
Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Plus de webinaires

Services aux entreprises

 

è  DÉMATÉRIALISATION DES FACTURES : Une opportunité de performer pour les entreprises

visuel dématérialisation des factures.jpg

è  BUSINESS FRANCE : Établir des relations commerciales en l'Allemagne

L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la France et représente le plus fort potentiel à l'export de la France à horizon 2025. Ce marché à la fois passionnant et exigeant mérite d'adopter une stratégie durable pour établir une relation commerciale sur le long terme. Tel est l'objectif de ce livre blanc de 64 pages intitulé "Quelle stratégie pour établir une relation commerciale avec l'Allemagne", proposé par Business France et ses partenaires de la Team France, et téléchargeable gracieusement.

 Couverture Livre Blanc Business France Allemagne.png

 

è  SYLOB : ERP pour l'industrie

Anticiper les évolutions industrielles et se projeter dans l'usine intelligente du futur, tels sont les objectifs visés par ce guide pratique de 20 pages à destination des PME intitulé "Industrie 4.0 & ERP", proposé par Sylob et téléchargeable gracieusement.

Couv Sylob CTA.png

 

è  ACROBAT : L'application PDF

Acrobat, l'application PDF n°1 adoptée par + de 5 millions de professionnels dans le monde. Rencontre avec Lofti Elbouhali, spécialiste Adobe chez inmac wstore

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts