L’industrie 4.0 perturbe la supply chain… pour le mieux

L’industrie 4.0 perturbe la supply chain… pour le mieux

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Dans le cadre de la supply chain traditionnelle, l’industrie 4.0 peut facilement être considérée avec méfiance, comme une menace et un facteur perturbateur. Or, la réalité tend à démontrer que c’est précisément l’inverse : lorsqu’elle est déployée correctement, cette combinaison dynamique des moyens de production s’avère un antidote aux perturbations.

En 2016, une série de catastrophes naturelles (tremblements de terre, typhons, etc.) ont ravagé différents pays asiatiques et mis à mal les supply chains à l’échelle mondiale. En 2015, une analyse menée par la compagnie d’assurance Allianz Global Corporate & Specialty a révélé qu’entre 2010 et 2014, les cinq principales causes de pertes liées aux interruptions d’activité dans le monde ont été les incendies et les explosions, les tempêtes, les machines en panne, les équipements ou matériaux défaillants, et les grèves.

Aujourd’hui, différents faits d’actualité, comme la politique économique américaine ou le Brexit, sont également sources de bouleversement. D’autres facteurs plus mineurs, comme l’erreur humaine peuvent également perturber fréquemment la supply chain.

La supply chain est vulnérable aux perturbations, son écosystème reposant traditionnellement sur un processus rigide, l’entreprise ne dispose ni de la souplesse requise pour s’adapter aux bouleversements qui auront un impact sur les résultats, ni de la possibilité de les anticiper. Par ailleurs, ce processus est généralement régi par des analyses inexactes du marché, sur la base desquelles sont décidées les opérations de supply chain qui visent à réaliser les objectifs en termes de ventes. En réinventant la supply chain pour qu’elle devienne numérisée, ce processus imprécis et cloisonné sera remplacé par une solution flexible et agile.

Industrie des objets
La dénomination « industrie 4.0 » désigne la quatrième révolution industrielle, soit l’essor des échanges de données et de l’automatisation dans les technologies de fabrication. L’Internet des objets (IoT) est un terme similaire qui décrit cette même notion d’un monde de plus en plus connecté. Prenons l’exemple d’Amazon Dash Button. Cet appareil Wi-Fi conçu par le géant du commerce électronique permet de commander un produit d’un simple appui sur un bouton. Même les smartphones qui donnent accès aux plateformes d’achat en ligne ont permis aux consommateurs d’avoir un impact direct sur la supply chain. Mais, le foyer n’est plus le seul lieu à bénéficier des avantages des dispositifs connectés. La supply chain peut désormais en profiter aussi.

L’« usine intelligente » utilise des machines automatisées connectées via Internet pour favoriser la mise en place et en application de processus plus efficaces et flexibles, capables de s’adapter rapidement aux changements et aux exigences de la production. MAN, constructeur allemand de camions, intègre la technologie IoT dans ses véhicules, ce qui permet aux transporteurs routiers d’accéder en temps réel à des données brutes sur les performances du véhicule et de suivre leurs trajets.

Pour les entreprises de la supply chain, ces développements sont une occasion en or de perpétuellement faire progresser leurs opérations. Par rapport aux technologies interconnectées et automatisées utilisées dans ces usines, ainsi qu’aux technologies qui rendent l’approvisionnement domestique et commercial plus intelligent, la supply chain traditionnelle apparaît dépassée et inefficace.

Diffusion des données
De l’atelier à l’usine, chaque appareil connecté fournit des données importantes qui peuvent alimenter la supply chain numérisée. Cependant, pour qu’elles apportent une réelle valeur ajoutée, elles doivent être suivies et visualisées. Dans l’évolution que représente l’industrie 4.0, la visibilité est essentielle en termes d’exploitation des données, tout comme elle l’est dans la supply chain. Une fois que les données alimentent la supply chain et sont clairement accessibles, l’entreprise peut commencer à anticiper les perturbations. Pour ce faire, elle doit manipuler les données dans trois domaines clés : le design de supply chain, la simulation d’événements et l’aide à la décision.

Ces trois domaines correspondent aux fonctionnalités qu’un logiciel de supply chain numérisée peut fournir. Concevoir la supply chain dans sa globalité implique de visualiser n’importe quelle route au sein de son réseau, à commencer par ceux des partenaires tels que les fournisseurs et les prestataires de services. Une fois la supply chain élaborée et intégrée au sein du logiciel, il est possible de saisir des scénarios potentiels et des simulations. Les résultats sont générés à mesure que le logiciel exécute ces scénarios/simulations et, à partir de là, l’entreprise peut réfléchir aux mesures à prendre pour éviter une interruption totale des opérations si l’un des événements potentiels se produit.

La supply chain se transforme alors en système souple et réactif qui garantit un impact minimal en cas de perturbations. Pour ce faire, l’entreprise doit soigneusement gérer et stocker son flux de données, afin d’en tirer les réponses les plus précises possible. Plus il y a de données disponibles (usine, entrepôt, atelier, etc.), plus le besoin de filtrer les données pertinentes se fait sentir.

Sans un filtrage efficace, la supply chain numérique sera submergée et les perturbations ne pourront pas être résolues de façon claire. Lorsque le flux de données est géré correctement, l’entreprise peut bénéficier d’une vue d’ensemble de tous les scénarios potentiels afin de mieux les anticiper.

Par Christophe Philippart, Head of South West Europe chez LLamasoft

Lu 1779 fois Dernière modification le vendredi, 22 décembre 2017 08:53

Le magazine digital

Découvrez un extrait du dernier numéro et demandez votre version numérique intégrale pour 10 euros TTC

Capture d’écran 2018-11-13 à 12.56.55.png

Extrait du dernier numéro

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour pouvoir feuilleter gratuitement et intégralement le prochain numéro

   je m inscris test

 

Découvrez un extrait de notre édition spéciale Transformation Digitale et commandez votre version numérique intégrale pour 10 euros TTC

MAG DIGITAL Lire Extrait HS 2018 07 Tranfo digitale

Extrait de l'édition spéciale Transformation Digitale

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.