Imprimer cette page

L’usage de solutions de cloud computing, parmi les facteurs de dynamisme des PME françaises

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Regard sur la nouvelle étude multi-clients intitulée : « Le cloud computing dans les PME françaises : réalités, besoins et perspectives 2014 », réalisée par Markess International, société d'études indépendante, en partenariat notamment avec GPO Magazine pour le relais des questionnaires.

Définition du cloud computing
Le cloud computing permet l'accès via le réseau, à la demande et en libre-service à des ressources informatiques mutualisées, le plus souvent hébergées chez un prestataire externe. Il peut s'agir d'infrastructures informatiques ou télécoms (IaaS - Infrastructure as a Service), de plates-formes applicatives ou d'environnements de développement (PaaS - Platform as a Service), d'applications sectorielles ou métiers avec le SaaS (Software as a Service). Avec le cloud computing, il est possible d'ajuster les ressources selon les besoins du moment (à la hausse / à la baisse) et de les aligner ainsi sur l'évolution de l'activité de l'entreprise. S'apparentant à un mode d'externalisation, son modèle de facturation consiste en un abonnement et/ou un paiement à l'usage. Le cloud computing repose en général sur les standards du web et de l'Internet.

« Le cloud computing dans les PME françaises : réalités, besoins et perspectives 2014 »
Markess International estime qu'une PME française sur cinq utilise au moins une solution de cloud computing (SaaS, PaaS, IaaS) en 2012. Elles devraient être une sur trois d'ici 2014. Après avoir séduit les dirigeants des plus petites entreprises et les décideurs métiers des grandes entreprises, le cloud computing continue à se développer à un rythme soutenu depuis 2009 au sein des entreprises françaises de 1 à 249 salariés. D'ici 2014, il devrait être adopté par de nouvelles PME ainsi que s'étendre à d'autres applications de l'entreprise pour celles ayant déjà sauté le pas. En 2012, trois domaines sont ciblés en priorité par les PME françaises :

- La collaboration
- La conservation des données et du patrimoine informationnel de l'entreprise
- Le développement des ventes et du capital client… suivis de près par les applications de gestion de l'entreprise (RH, finance/comptabilité…).

Corrélation entre croissance, innovation et usages de solutions de cloud computing par les PME
Les entretiens conduits par Markess International, auprès de 370 décideurs de PME ouverts au cloud computing, permettent de définir plus finement les profils des PME les plus adeptes ainsi que l'apport de ces solutions pour leur entreprise. A partir des différents éléments les caractérisant, une analyse croisée a été effectuée sur l'antériorité du recours au cloud computing et la part d'applications (quelles qu'elles soient) utilisées en mode SaaS. Cette analyse a permis d'établir le « portrait robot » de la PME adepte aujourd'hui des solutions de cloud computing et de SaaS, en faisant un usage assez intensif, et de le mettre en regard des autres profils de PME ayant des niveaux d'usage moindres de telles solutions.


De cette analyse, Markess International a défini quatre profils types de PME : innovateurs, précurseurs, suiveurs et retardataires. Les innovateurs et les précurseurs regroupent des caractéristiques communes : forte appétence pour le télétravail et les usages mobiles, sociétés créées après 2000 et de culture Internet, investissements informatiques et chiffre d'affaires en croissance entre 2011 et 2012, de taille le plus souvent inférieure à 20 employés. A l'opposé, les retardataires dans les usages du cloud computing montrent un chiffre d'affaires et des investissements informatiques en baisse sur cette même période, de plus faibles pratiques mobiles et en réseau... « Un parallèle des pratiques des PME françaises et de leurs usages des solutions de cloud computing pourrait être fait avec celles de la génération internet dans la vie quotidienne » avance Emmanuelle Olivié-Paul, Directrice Associée de Markess International.

Parmi les bénéfices tangibles relatifs au cloud computing, l'accès à des ressources, applications et infrastructures, dans lesquelles il leur était difficile jusqu'ici d'investir financièrement est principalement mis en avant par ces PME précurseurs. Par ailleurs, pour les PME ne disposant pas ou de peu de compétences informatiques en interne, le cloud computing, qui s'apparente à un mode d'externalisation nouveau, leur permet de s'affranchir en partie de ces problématiques. Enfin, il offre l'opportunité d'accéder à distance à des applications en situation de nomadisme, mobilité ou télétravail. C'est aussi une formidable opportunité pour elles de se moderniser, de gagner en flexibilité et de transformer leur activité, ou encore d'innover pour gagner un avantage compétitif clé et conquérir ainsi de nouveaux marchés. Des freins cependant persistent pour convaincre un plus grand nombre de PME, qu'il s'agisse de la confidentialité des données, des risques associés à la dépendance au fournisseur et à la réversibilité, de la restauration des données en cas de rupture contractuelle, de la sécurité ou des enjeux réseaux. Les PME en retrait ont besoin d'être rassurées et mises en confiance par les ROI (Retours sur Investissements) des précurseurs ainsi que les garanties des offreurs.

Un marché soutenu par une croissance à deux chiffres d'ici 2014
En cette période de crise économique, le marché des solutions de cloud computing (SaaS, PaaS, IaaS) auprès des PME en France est une manne pour l'ensemble des acteurs des télécoms et de l'informatique, y compris les relais sur le terrain commercialisant ces solutions même si le canal indirect est en structuration. Il devrait en effet bénéficier d'une croissance à deux chiffres entre 2012 et 2014 pour passer de 480 millions d'euros à 700 millions d'euros. Pour la centaine d'offreurs de solutions de cloud computing interrogés en parallèle dans le cadre de cette étude, les actions qui pourraient dynamiser encore plus ce marché au sein des PME ainsi que l'écosystème associé portent sur :

- Le développement du très haut débit et des usages numériques sur mobiles;
- La simplification des concepts du cloud computing et une communication autour des bénéfices déjà obtenus par des PME innovantes;
- La mise en place d'un crédit d'impôt pour déduire une part des dépenses en solutions de cloud computing au même titre que le crédit d'impôt recherche.

Que ce soit du côté de la demande comme de celui de l'offre, les solutions du cloud computing sont bien un vecteur de croissance et de dynamisme qui peut stimuler des pans entiers de l'économie : une opportunité tant pour les nombreuses parties prenantes de l'écosystème que pour les politiques de relance économique.

Étude publiée en décembre 2012 par Markess International :
Cette étude a été conduite par Markess International avec le soutien de : Completel, Eurécia et OVH. Markess International remercie l'ADEN, le Cefac, Companeo, DigitalPlace et GPO Magazine, partenaires de cette recherche pour le relais des questionnaires.

La méthodologie suivie pour réaliser cette étude de plus de 150 pages de données détaillées repose sur des interviews réalisées de juin à novembre 2012 auprès de 370 décideurs de PME. Par ailleurs, 121 prestataires accompagnant les PME dans leurs projets de cloud computing ont aussi été interrogés parmi lesquels :



Par la Rédaction de GPO Magazine

Lu 5879 fois Dernière modification le lundi, 29 février 2016 15:44