Prévenir le risque routier par la formation des collaborateurs

Prévenir le risque routier par la formation des collaborateurs

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Pour réduire les accidents routiers au sein des flottes d’entreprises, des organismes spécialisés en sécurité routière proposent des stages pratiques de prévention des risques aux salariés dans le but de faire baisser sensiblement la sinistralité, via un plan de prévention et de suivi pluriannuel.

Selon le Groupement des préventeurs du risque routier (GP2R), près de la moitié (44%) des accidents mortels du travail en 2017 ont été des accidents de la route. Ces derniers ont représenté 480 tués au travail, 6 millions de journées d’arrêt de travail et 720 millions € de coût.

Alain WucherLe risque routier est bien la première cause de mortalité au travail. Pourtant, « les trois quarts des entreprises ne considèrent pas le risque routier comme une priorité », indique Alain Wucher, président de GP2R. « Très peu d’entre elles mettent en œuvre une démarche structurée de prévention du risque routier », renchérit Marc Bodson, directeur général de Beltoise Evolution, organisme de formation à la sécurité routière auprès des flottes d’entreprises. Or, les entreprises disposent de la norme française NFX 50-162 qui leur est destinée et dont l’objet est d’instaurer une démarche structurée de prévention des risques routiers. Cette norme décrit les grands principes de prévention du risque routier, ses finalités et ses enjeux. « Elle conduit à un véritable changement de paradigme auprès des entreprises en passant de l’obligation à l’opportunité. Autrement dit, elle permet de comprendre la prévention du risque routier comme un véritable levier de performance et d’en faire un allié de son développement », souligne Alain Wucher.

Les organismes de conseil et de formation à la prévention du risque routier se chargent ainsi de le faire comprendre à leurs clients. Ils en ont une approche globale et adaptée comme l’école ECF Prévention. Ce spécialiste de la formation des conducteurs de flottes d’entreprise s’est ainsi doté d’un pôle R&D et d’un département d’ingénierie pédagogique pour répondre au mieux aux (nouveaux) besoins des entreprises : nouveaux dangers, nouvelles règlementations, nouvelles mobilités. Ces nouvelles équipes de l’école sont chargées de traduire en actions concrètes les problématiques liées au risque routier professionnel en entreprise. ECF Prévention souhaite aller au-delà du seul rôle de formateur auprès des collaborateurs. C’est pourquoi les interventions dispensées par ECF Prévention passent en premier lieu par une analyse préalable de la sinistralité de l’entreprise. De même, Beltoise Evolution accompagne les entreprises en effectuant au préalable une analyse de la sinistralité. « On part d’un diagnostic pour aboutir à des solutions les plus claires possibles », expose Marc Bodson. Ce diagnostic se base sur la fréquence des accidents, la typologie des accidents les plus fréquents (stationnements, chocs arrière, pertes de contrôle…), leur gravité, l’identification des collaborateurs qui ont une fréquence importante d’accidents… « Notre formation traite en général les 20% de conducteurs qui génèrent 80% des accidents », précise-t-il. À partir de son diagnostic, Beltoise Evolution propose aux entreprises clientes un plan de prévention pluriannuel qui doit permettre de faire baisser de 50% la sinistralité au bout de trois ans.
Marc BodsonPour atteindre cet objectif qui doit être ponctué d’un suivi de la sinistralité par trimestre ou par an, l’organisme s’attache à délivrer des formations pratiques de sécurité routière sur son propre circuit et avec ses propres véhicules en condition de conduite réelle. « On propose par exemple des exercices de respect de la distance de sécurité entre deux véhicules ou on essaie de rectifier le défaut le plus fréquent des conducteurs, à savoir l’utilisation de leur smartphone au volant », illustre le dirigeant. Le cœur de la formation est d’apprendre aux stagiaires la prudence et surtout l’anticipation des dangers en portant une attention particulière à une série d’évènements types. Coût forfaitaire de la formation : 400€ H.T. par jour. « Les entreprises s’y retrouvent si on considère que le coût moyen d’un accident est de 4 500 €, incluant les coûts indirects tels l’immobilisation des personnes, les frais de restitution du véhicule au loueur, les coûts de traitement administratif… qui représentent les deux tiers de son coût réel », relève-t-il.

Mais de plus en plus, les entreprises demandent aux organismes de formation d’intervenir au préalable sur leur site avec un simulateur de conduite pour sensibiliser leurs collaborateurs au risque routier. « Chez Beltoise Evolution, on délivre aussi des formations d’écoconduite et on a introduit un atelier de formation pour éduquer les conducteurs à utiliser à bon escient les systèmes électroniques d’assistance à la conduite dont les voitures sont truffées », conclut Marc Bodson.

La plupart des organismes de formation s’adresse à toute flotte d’entreprise, souvent de plus de 50 véhicules et à tout type de véhicules (voiture de tourisme, véhicules utilitaires légers, poids lourds voire engins à nacelles). 


La télématique embarquée pour réduire l’accidentologie


Stephane PuisLes solutions de télématique embarquée qui consistent à remonter des données mécaniques mais aussi de comportement au volant à partir d’un boitier intégré aux véhicules, proposent des réponses concrètes pour faciliter le suivi des véhicules et optimiser la gestion de flotte. L'ensemble des coûts liés à l'entretien et à l'utilisation des véhicules peut notamment être analysé pour répondre au mieux aux besoins de l'entreprise. Mais ces outils permettent aussi une conduite apaisée et, en conséquence, une baisse de l’accidentologie.

« On propose une application mobile de gestion d’intervention aux conducteurs qui réunit toutes les données de leur mission de façon à alléger leur charge mentale et donc d’apaiser leur conduite », expose Stéphane Puis, directeur général de Locster, fournisseur de solution télématique pour les flottes techniques. La géolocalisation des véhicules par la télématique embarquée peut aussi jouer un rôle dans la baisse de sinistralité. « La géolocalisation qui permet de suivre les trajets, les arrêts et les kilométrages parcourus des conducteurs, donnent une visibilité au gestionnaire de parc sur leur respect des règles en matière de temps de conduite et de repos et donc de voir si certains conducteurs les outrepassent en s’exposant aux dangers de la route », ajoute le dirigeant.

« La télématique embarquée apporte des sources d’économie sur la sinistralité en améliorant la sécurité des conducteurs au volant de 14 % », conclut Julien Rousseau, président directeur général de SuiviDeFlotte.net dans un livre blanc consacré à La télématique pour une meilleure gestion de flotte, téléchargeable ici.
Lu 714 fois Dernière modification le lundi, 20 mai 2019 09:24
Bruno Mouly

Journaliste économique, avec près de 20 ans d'expérience en journalisme économique et en communication d'entreprise. Spécialisé en numérique, achats logistiques et mobilité. Il collabore également avec les Échos et le JDD.

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour pouvoir feuilleter gratuitement et intégralement le prochain numéro

   je m inscris test

Vient de paraître notre édition spéciale Transformation Digitale en entreprises et commandez la version numérique pour 10 euros TTC

MAG DIGITAL Lire-extrait HS 2019-09 Transfo digitale-300-250 pix.jpg

Extrait de l'édition Transformation digitale 

 

Découvrez notre édition de juin 2019 de GPO Magazine. Découvrez un extrait et demandez votre version numérique intégrale pour 10 euros TTC 

MAG DIGITAL lire EXTRAIT GPO103-300-250pix.jpg

Extrait du dernier numéro

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.