Gigaban Abode Creative Cloud

Quelles sources de financement pour les entreprises ?

Évaluer cet élément
(1 Vote)

En création ou en développement, les entreprises disposent de nombreuses ressources de financement, toutes différentes selon la taille, l'activité, le marché et la stratégie de développement de l'entreprise.

En effet, quel que soit son projet de création ou de développement, une entreprise dispose d’une diversité de sources de financement pour l’accompagner. Pour faciliter la recherche de financement, il convient au préalable de se pencher sur son projet et d’identifier ce qu’il faut financer.

Une première étape nécessaire dans le cadre de laquelle il faut préciser la nature du besoin en financement et ce, le plus finement possible, d’évaluer le projet d’investissement et d’estimer sa rentabilité économique. Après avoir inventorié ses besoins, l’entreprise peut alors bâtir son plan et définir des durées de financement.  Leur typologie est partagée en trois grandes catégories, en fonction de leur durée.

Quelles ressources financières mobiliser ?

Le financement à long terme
Les durées de financement les plus longues (supé­rieures à sept ans) sont généralement réservées aux achats de terrain, d’immeuble, de construction, d’extension, de rénovationfondamentale de bâtiments existants, de murs commerciaux, de bureaux, de travaux de gros œuvre… Les capitaux propres sont généralement réservés à ces investissements à long terme. Ils se composent notamment des apports personnels du chef d’entreprise et de ceux de ses associés, des dotations aux amortissements et de certaines provisions, du
bénéfice net non distribué, ainsi que des primes ou subventions d’investissement. Certaines aides publiques, nationales ou régionales, peuvent être assimilées à des quasi-fonds propres. En effet, les fonds propres constituent une ressource stable de financement pour l’entreprise et peuvent être augmentés, au fil du temps, par les profits dégagés chaque année par l’entreprise s’ils ne sont pas redistribués sous forme de dividendes. Généra­lement, le montant des fonds propres conditionne la capacité d’emprunt de l’entreprise. Pour améliorer sa solidité financière et renforcer sa trésorerie, l’entreprise peut aussi procéder à une augmentation de capital, via le Private Equity. Il s’agit alors notamment d’ouvrir son capital à de nouveaux investisseurs, ce qui lui permet, en outre, d’intégrer de nouvelles expertises (techniques et/ou stratégiques) émanant de son nouveau partenaire. Le Private Equity ou capital-investissement regroupe le capital-risque, le capital-développement, le capital-transmission et le capital-retournement, et concerne les sociétés non cotées. « Lors de sa phase de création, l’entreprise a la possibilité de lever des fonds auprès de Business Angels, précise Sneha Hiremath, chargée des relations investisseurs chez Truffle Capital.
Ensuite, pour accompagner son développement, elle peut accéder à des fonds de capital-risque et capital-développement (FCPI, FIP et FCPR). Quel que soit le financement retenu, ils permettent d’injecter des fonds dans une entreprise pour l’accompagner dans sa croissance, notamment lorsqu’elle a des difficultés à trouver auprès de son partenaire bancaire les financements nécessaires. Ensuite, dès lors que l’entreprise atteint une certaine taille, l’introduction en bourse apparaît comme un moyen efficace d’augmenter sa visibilité sur le marché financier, de diversifier ses sources de financement et de lever des capitaux auprès de particuliers et d’investisseurs institutionnels ».

Le financement à moyen terme
Les investissements sur des durées moyennes (2 à 7 ans) sont, pour leur part, généralement réservés aux travaux d’agencement, de finitions, d’installation de chauffage, de climatisation, de réalisation de moules industriels, de machines-outils, de matériels de production, de matériels bureautique ou informatique, de véhicule…
Pour le financement de ces investissements, l’entreprise peut réaliser des emprunts tels que le crédit-bail matériel ou immobilier, la location financière ou encore les aides publiques, nationales et régionales, lorsqu'il s'agit de subventions ou d'avances remboursables. Les aides fiscales constituent indirectement des ressources de cet ordre, comme le Crédit d’Impôt Recherche (CIR).

Financer ses investissements à court terme
Les investissements à court terme servent, pour leur part, à financer des stocks de matières premières, d’encours ou de produits finis, des marchandises, des créances détenues sur des clients, des frais d’acquisition de logiciels, des dépenses de formation de personnel, des dépenses de campagnes publicitaires, des frais de recherche et développement. Ils représentent généralement le besoin en fond de roulement de l’entreprise, à savoir l’ensemble des besoins financiers pendant le laps de temps entre le moment où elle doit régler ses fournisseurs et l’instant où elle-même doit être réglée par ses clients. Ce décalage, pendant lequel l’entreprise engage des dépenses, est normalement financé par la capacité intrinsèque de l’entreprise à dégager des liquidités. Néanmoins, lors de phases de développement, ce besoin en fonds de roulement s’accroît de telle sorte que l’entreprise n’est pas toujours en mesure d’avoir les ressources nécessaires pour pallier ses besoins.
En effet, l’achat de biens d’équipement, le déménagement de locaux d’activités, le recrutement de salariés, sont autant de projets qui peuvent augmenter le besoin en fonds de roulement d’une société. Pour financer son BFR, l’entreprise peut s’appuyer sur les ressources d’exploitation, tel que le poste client. Ces financements de trésorerie sont multiples, ils vont du découvert à l’avance sur facture de type escompte, Dailly, affacturage, titrisation, financement de balance clients. Par exemple, le financement de trésorerie peut s’appuyer sur un actif de l’entreprise, le poste clients, apporté en garantie. La qualité du poste clients, le nombre de débiteurs, le délai moyen de paiement, auront alors une incidence sur la mise en place du financement et sur son coût. Ces ressources sont généralement variables, car directement liées au niveau d’activité de l’entreprise.

Solliciter des conseils pour activer les ressources adaptées
Au regard de cette diversité de ressources de financement, l'entreprise peut se faire conseiller dans ses choix. L'Agence pour la création d'entreprise (APCE), la Chambre de commerce et d'industrie, la Chambre des métiers, les plates-formes d'initiatives locales, les réseaux de chefs d'entreprise bénévoles comme le Réseau entreprendre en France, les agences départementales de développement économique, le comité d'expansion économique, les incubateurs, les pépinières d'entreprises, les experts-comptables, les banques ou encore Oséo, sont tous à même de guider les entreprises pour les aider dans leurs démarches. « Oséo est ainsi un point d'entrée principal pour les entreprises qui vont y trouver des solutions de financement adaptées aux besoins des PME/ETI, en complément des interventions bancaires traditionnelles et ce, à tous les stades de leur développement, de la création à l'expansion internationale, en passant par la croissance externe ou encore le renforcement en fonds propres, précise à ce sujet Martial Rozier, à la Direction du développement et du marketing chez Oséo. Avec la mise en place de la Banque Publique d'Investissement (BPI), nous renforçons notre force de frappe vers les entreprises. En regroupant en région plusieurs entités Oséo, CDC Entreprises, le Fonds Stratégique d’Investissement, Ubifrance, la BPI soutient les entrepreneurs avec une proximité et une réactivité accrue, y compris dans la conquête des marchés à l’export et dans leur recherche de fonds propres. Rappelons en effet que le financement des investissements immatériels, le capital-risque, l'aide à l'innovation et le cofinancement, sont autant de solutions pour accom­pagner les entrepreneurs, de concert avec les acteurs bancaires et du capital-risque privés et mutualistes ».

Par Anne DEL POZO

Les aides et subventions
Le domaine des aides aux entreprises est une prérogative de l’État qui peut intervenir directement (Diact, Drire, Ddtefp…) ou par l’intermédiaire d’établissements à vocation parti­culière (Ademe, Pôle Emploi, Oséo, Urssaf…). Les collectivités territoriales, les communes ou les groupements de communes peuvent aussi accorder des aides aux entreprises par le biais des régions ou encore des départements, selon leur schéma régional de développement économique. Les associations, agences de développement, comités d’expansion, agences de bassin, chambres de commerces et d’industries,  chambres de métiers et de l’artisanat, jouent également un rôle dans l’accès des PME aux aides nationales et régionales.

Les différentes aides
- Les aides directes se traduisent par un soutien financier dont le bénéficiaire comptable est l’entreprise.
- Les aides indirectes favorisent l'envi­- ronnement économique de l'entreprise, ou créent des conditions favorables à son dévelop­pement, par exemple la viabilisation d'une zone d'activité, la participation à l'organisation du transport des salariés, la location ou la revente de bâtiments, etc.
- Les aides européennes se solli­citent auprès des institutions de lieu comme la Banque Européenne d'Investissement (BEI).

Les formes d’aides
- Aides fiscales : réduction d’impôts, déduction de certains frais ou investissements, exonération totale ou partielle d’impôts sur les bénéfices, exonération totale ou partielle de taxes, simplification de procédures administratives, échelonnement d’impôts ou de taxes.
- Aides sociales : exonération ou allégement des charges sociales, primes, contrats de travail dérogatoires au droit commun, prise en charge de frais de formation.
- Aides financières : subventions, bonifications d’intérêts, avances remboursables à taux nul, prise en charge de commissions, fonds de garanties.
- Aides spécifiques : de nombreux secteurs de l’économie accordent des aides spécifiques (agroalimentaire, tourisme, pêche, etc.).


Source : Oséo



Exemples d'interventions nouvelles : le Préfinancement du Crédit Impôt Recherche (Prefi CIR) et le Prêt Pour l’Innovation (PPI)
Oséo, future partie intégrante de la Banque Publique d’Investissement (BPI), met en place deux dispositifs annoncés par le président de la République, François Hollande, lors du Grand Rendez-vous Oséo Excellence du 25 octobre dernier.

Le préfinancement du Crédit Impôt Recherche (CIR) permet aux PME de disposer d'un apport de trésorerie immédiat pour couvrir leurs dépenses de R&D, dès l'année durant laquelle elles sont engagées. Elles n'auront plus à attendre l'année suivante pour récupérer en trésorerie l'économie d'impôt correspondante. Ce préfinancement correspond à 80 % du CIR attendu au titre des dépenses éligibles engagées pendant l'année. Il est compris entre 30 000 et 1 500 000 euros. D'une durée de 2 ans, il comprend un différé d'amortissement de 18 mois. Par ailleurs les banques qui préfinancent le CIR bénéficient d'une garantie Oséo jusqu'à 60 %.

Le Prêt pour l'innovation (PPI) distribué par Oséo permet aux entreprises innovantes de financer le passage, d'une innovation de produit process ou service, de la phase R&D à la production industrielle, et à sa mise sur le marché. Il finance les dépenses matérielles et immatérielles du projet. Ce prêt est d'une durée de 7 ans, remboursable à partir de la 3e année, et d'un montant compris entre 30 000 et 1 500 000 euros.
Lu 11030 fois Dernière modification le jeudi, 09 juillet 2015 12:41
Anne Del Pozo

Elle collabore depuis près de 20 ans à différents magazines en qualité de journaliste.

Elle y traite de sujets articulés essentiellement autour de la finance, des flottes automobiles, du voyage et du tourisme d'affaires ou encore des ressources humaines. Anne del Pozo participe également à la rédaction de nombreux témoignages clients et de newsletters d'entreprise.

Annonces

Pave Abode Creative Cloud

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Vient de paraître GPO Magazine de Avril 2022
GPO MAGAZINE N°109
Recevoir la
 version PRINT en cliquant ici

EXTRAIT GPO 109.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vient de paraître GPO Magazine de Mars 2022
ÉDITION SPÉCIALE SÉCURITÉ NUMÉRIQUE
Recevoir la
 version numérique en cliquant ici

MAG DIGITAL Lire extrait HS 2022-03 Secu numerique.jpg

Livres Blanc et E-book

Toutes les solutions IT pour pouvoir moderniser ses infrastructures
Pour répondre aux défis de compétitivité, de cybersécurité, de performance opérationnelle et d’urgence climatique, les…
Les clés pour réussir l’intégration de la signature électronique au sein de son organisation !
Au travers de son livre blanc consacré à « La signature électronique et son intégration…
Comment passer à la facture électronique ?
En permettant un traitement automatisé et sécurisé, la facture électronique facilite la comptabilité des factures…
Cinq étapes pour améliorer l'expérience client grâce à l'Intelligence Artificielle
Les centres de contact sont une source importante d'informations sur les clients. Ils peuvent en…
Accélérer la transformation digitale de la comptabilité fournisseurs
Les équipes comptables se doivent d’engager leur transformation digitale pour éliminer les travaux de saisies…
Plus de livres blanc

Webinaires

Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Comment simplifier la réservation hôtelière ?
Et si le voyage d’affaires devenait aussi simple que le voyage loisir ? Pour permettre…
Comment offrir une expérience client digne de Netflix grâce à l’Intelligence artificielle ?
Plus que jamais les entreprises se doivent d’offrir à leurs clients un expérience fluide, remarquable…
Comment renforcer l’agilité de ses applications de gestion avec Oracle Cloud ?
Toute entreprise, quel que soient sa taille, son métier ou ses activités, fait aujourd’hui face…
Comment aborder le télétravail dans les meilleures conditions ?
Les nouveaux défis auxquels nous faisons face amènent les entreprises à recourir de plus en…
Plus de webinaires

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts