Paris vs Régions, qui sont les champions du télétravail ?

Etudes Écrit par  jeudi, 02 septembre 2021 07:13 Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Avec la crise, les modes de travail ont considérablement évolué, le télétravail se démocratise mais sa fréquence varie selon les entreprises ou les préférences des salariés : un jour, deux jours, trois jours par semaine… Décryptage des tendances générales, avec Guillaume Pellegrin, Fondateur de Newton Offices.

Enseignements clés

● 50 % des Français préfèrent se rendre au bureau pour travailler, 28 % préfèrent alterner entre bureau et télétravail, 22 % privilégient le télétravail. On note des différences régionales fortes : les Lyonnais privilégient davantage le présentiel (51 %), les Parisiens et les Lillois l’alternance (32 %) et les Marseillais sont très attachés au télétravail (37 %).

● Les 2⁄3 des sondés (68 %) souhaitent travailler à distance au moins 1 fois dans la semaine. Le rythme de télétravail idéal varie d’une région à l’autre : 1 à 2 jours par semaine à Paris et Marseille, plutôt 2 à 3 jours à Lille et Lyon.

● Les entreprises ont les cartes en main pour redonner envie à leurs équipes de venir au bureau et limiter le télétravail. En choisissant des bureaux proches des lieux de vie de leurs salariés et en proposant des espaces de travail plus conviviaux, confortables et mieux équipés.

● 1 salarié sur 3 (35 %) veut ou a déjà déménagé depuis le début de la crise sanitaire. Les régions les plus populaires sont le Nord-Ouest (24 %) et le Sud-Est (21 %), même si les Lillois et les Lyonnais préfèrent avant tout déménager près de chez eux !

Le télétravail, une tendance de fond : 2/3 des Français souhaitent une organisation hybride

Qu’ils travaillent à Paris ou dans l’une des 3 grandes agglomérations (Lille, Lyon, Marseille), 50 % des actifs souhaitent soit télétravailler (22 %) soit alterner entre bureau et télétravail (28 %) Si l’on écoute les salariés, le télétravail n’est donc pas un effet de mode mais bien une tendance de fond.

« Les Français sont désormais répartis en 3 catégories, la moitié d’entre eux préfèrent se rendre au bureau autant que possible, une personne sur cinq privilégie le télétravail et le reste alterne entre ces deux solutions pour profiter du meilleur des deux mondes ”, observe Guillaume Pellegrin.
Teletravailleuse

« À ce niveau, on ne parle plus de facteurs conjoncturels mais bien structurels. Pour les dirigeants d’entreprise, il est primordial de tenir compte de cette nouvelle donne afin de proposer des conditions de travail alignées avec les désirs de leurs équipes, mais aussi pour faire le bon calcul en termes d’espaces de travail et ne pas se retrouver avec des surfaces inoccupées », ajoute-t-il.

Si une part importante des sondés (32 %) souhaite retrouver un cadre de travail traditionnel en se rendant au bureau tous les jours, la majorité des Français (68 %) souhaite désormais télétravailler au moins 1 jour par semaine.

On observe des différences régionales au niveau du rythme idéal : la majorité des Parisiens s’attend à 1 à 2 jours à distance par semaine contre 2 à 3 jours à Lille et à Lyon. À Marseille, seuls 16% des salariés souhaitent revenir au bureau tous les jours (36 % dans le reste de la France). Pour autant, seuls 5 % des Marseillais sont adeptes du 100 % télétravail. Comme à Paris, leur équilibre se situe également à 1 ou 2 jours à distance par semaine.

Un choix motivé par le besoin de lien social et de bien-être du salarié

Lorsque l’on interroge ceux qui préfèrent se rendre au bureau, leurs principales motivations à travailler sur site sont le lien social avec leurs collègues (60 % pour les Franciliens, 49% pour les salariés des grandes agglomérations en régions) et la séparation entre vie professionnelle et privée (38 % pour les 2 cibles).

Les télétravailleurs sont, quant à eux, plutôt motivés par la flexibilité des horaires (46 %) et la réduction de leur temps de trajet (43 %). À Lille, l’impact du temps de trajet est encore plus fort (46 %). En revanche, le sentiment de se “sentir plus efficace” est autant mis en avant par les défenseurs du bureau que par les adeptes du télétravail (33 % des deux côtés), signe qu’il s’agit d’un critère très personnel.

Pour Guillaume Pellegrin : « Le télétravail est désormais une réalité. En tant que dirigeant, il faut l’accepter mais surtout l’accompagner afin de conserver une cohésion d’équipe indispensable au bon développement d’une entreprise. Après des mois de télétravail souvent forcé, l’envie de retrouver ses collègues est très forte chez les Français ».

L’importance de la qualité des espaces et de leur emplacement selon la taille des entreprises

Le sondage révèle que 61 % des salariés qui vivent près de leur lieu de travail préfèrent travailler au bureau (contre 29 % de ceux qui mettent plus de 30 minutes à se déplacer) et sont prêts à y revenir tous les jours lorsque les conditions sanitaires le permettront (contre 23 % de ceux vivant à plus de 30 minutes de trajet).

Les télétravailleurs confient également qu’ils seraient prêts à retourner au bureau si les espaces étaient plus conviviaux et agréables (32 %) et si les locaux de leur entreprise étaient mieux équipés (41 %).

Pour cela, les Parisiens attendent des bureaux lumineux (21 %) et avec des matériaux High-Tech (29 %), tandis que les habitants de Lille, Marseille ou Lyon sont plus attachés au matériel (écrans, bureaux) mis à leur disposition (22 %).

Travailler au bureau

D’après Guillaume Pellegrin : « Les entreprises ont entre leurs mains deux leviers majeurs pour donner envie à leurs équipes de se rendre au bureau. Tout d’abord, en leur donnant la possibilité de travailler près de leur domicile pour diminuer leur temps de trajet. Choisir un quartier situé à moins de 30 minutes du domicile de 75 % de ses équipes est un objectif réaliste, avec à la clé des temps de trajet plus courts et moins d’appétence pour le télétravail. Ensuite, en optimisant le confort et la technologie de leurs espaces de travail. Après avoir goûté au confort de la maison, les salariés sont désormais plus exigeants vis-à-vis de leurs lieux de travail. C’est une évolution naturelle, les dirigeants doivent y voir une opportunité de construire une meilleure relation dans le temps avec leurs équipes, miser sur de meilleures conditions de travail est toujours un bon investissement ! ».

Des envies d’ailleurs ?

Le dernier enseignement majeur de cette étude concerne la mobilité. Depuis le début de la crise, un tiers des sondés (35 %) a déménagé ou souhaite le faire. Parmi ce gros tiers des Français qui ont des envies d’ailleurs, les tendances divergent d’une région à l’autre.

En régions, les répondants privilégient toujours un déménagement au sein de la même région, que ce soit à Marseille (36 %), Lyon (30 %) ou Lille (24 %). Pour ces personnes, la crise sanitaire a probablement plutôt éveillé des envies d’espace, que de réels changements de vie.

À Paris en revanche, la donne est toute autre. Les Franciliens en quête d’un déménagement ne sont que 16 % à rechercher un nouveau départ en région parisienne. Ils sont en effet 26 % à privilégier en priorité le Nord-Ouest (Bretagne - Normandie), et 18 % à envisager de poser leurs valises en région PACA pour ses promesses de météo ensoleillée (21 %). Ces deux régions sont d’ailleurs les plus attractives à l’échelle nationale : 24 % des curieux se dirigent vers le Nord-Ouest et 21 % optent pour le Sud-Est.

Conclusion

Instaurer une part de télétravail dans la répartition du temps de travail des équipes suffit, dans la plupart des cas, à satisfaire les nouvelles envies des salariés. Mais comment organiser un roulement de manière efficace pour ne pas se retrouver avec des bureaux à moitié vide ?

Pour les entreprises, la clé d’une stratégie immobilière réussie est désormais la flexibilité, compte tenu de toutes les incertitudes qui planent sur l’avenir, et surtout, de se poser les bonnes questions : Combien sera-t-on dans 2 ans ? De quelle surface l’entreprise a-t-elle vraiment besoin ? Comment optimiser la répartition et la disposition de nos bureaux ?

« L’objectif ne doit pas forcément être de faire venir tout le monde au bureau 5 jours sur 5, mais de faire en sorte que les équipes s’y sentent bien, et d’avoir la possibilité de rectifier le tir rapidement. Seules les solutions flexibles le permettent aujourd’hui. À horizon immédiat, il est donc préférable d’éviter de s’engager à long terme sur des baux commerciaux. Les décideurs ont tout intérêt à privilégier les solutions flexibles qui se développent partout en France, comme celles proposées par Newton Offices à Marseille, Lyon, Lille, Aix-en-Provence et Montpellier », conclut Guillaume Pellegrin.


Méthodologie
Etude réalisée par Happydemics en juin 2021 auprès de 633 salariés d'entreprises situées dans les agglomérations de Paris, Marseille, Lyon et Lille. La technologie d'étude Happydemics n'utilise pas de panels de répondants, les questionnaires sont diffusés directement via des milliers d’applications mobiles et sites internets consultés par la plupart des individus dans le monde : c’est l’assurance de constituer un échantillon très diversifié et « frais » à chaque enquête et ainsi de garantir la représentativité et limiter les biais de réponse.

Lu 231 fois Dernière modification le jeudi, 02 septembre 2021 07:52

Annonces

300x250 ebook ai fr

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Vient de paraître l'édition de Juillet 2021
Hors-série Digitalisation de la Fontion Finance
Recevoir la
 version numérique en cliquant ici

Capture d’écran 2021-07-05 à 10.54.50.png

Paru en Mai 2021
Hors-série Entreprise Agile et Mobilité

 

Capture d’écran 2021-07-05 à 11.37.14.png 

Livres Blanc et E-book

Cinq étapes pour améliorer l'expérience client grâce à l'Intelligence Artificielle
Les centres de contact sont une source importante d'informations sur les clients. Ils peuvent en…
Accélérer la transformation digitale de la comptabilité fournisseurs
Les équipes comptables se doivent d’engager leur transformation digitale pour éliminer les travaux de saisies…
Plus de livres blanc

Webinaires

Comment offrir une expérience client digne de Netflix grâce à l’Intelligence artificielle ?
Plus que jamais les entreprises se doivent d’offrir à leurs clients un expérience fluide, remarquable…
Comment renforcer l’agilité de ses applications de gestion avec Oracle Cloud ?
Toute entreprise, quel que soient sa taille, son métier ou ses activités, fait aujourd’hui face…
Comment aborder le télétravail dans les meilleures conditions ?
Les nouveaux défis auxquels nous faisons face amènent les entreprises à recourir de plus en…
Les différentes étapes pour anticiper la sortie de crise
L'équipe Décidem, Cabinet de conseil spécialisé dans les défis humains, propose gratuitement son prochain webinar…
Plus de webinaires

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.