Recrutement dans les PME : 300 dirigeants de PME françaises sondés

Etudes Écrit par  vendredi, 19 juillet 2019 08:48 Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(1 Vote)

À l’heure où 80 % des TPE et PME pointent du doigt leurs difficultés de recrutement et mettent en cause l’inadéquation entre leurs attentes et les caractéristiques des candidats, l’entreprise WiiSmile réalise une enquête auprès de 300 dirigeants de PME françaises*, adhérentes aux solutions qu’elle leur propose pour améliorer la qualité de vie des salariés et de leurs familles.

Le sondage, effectué en juillet 2019, ausculte les différentes étapes des process de recrutement, les obstacles rencontrés et les solutions apportées par les entreprises. Il donne aussi des éléments sur les politiques mises en place par ces mêmes PME pour attirer, motiver et fidéliser leurs collaborateurs… Dans l’objectif d’accroître leur implication, mais aussi de limiter le turn-over. Ou comment recrutement et fidélisation apparaissent bien souvent comme le nerf de la guerre de la croissance, dans les entreprises.

Recruter ? Étape après étape, radiographie d’un process

Le sondage réalisé en juillet 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 300 dirigeants de PME adhérentes de WiiSmile plonge au cœur du process de recrutement, dans les PME françaises :

1/ Un recrutement sur deux est une création de poste pour accompagner la croissance de l’entreprise
Pour 50% des dirigeants de PME interrogés, c’est la croissance de leur entreprise qui est à l’origine d’un recrutement. Viennent ensuite : le remplacement d’un départ définitif (retraite, rupture de contrat), pour 28% d’entre eux, puis le remplacement temporaire (congé maternité, maladie) pour 22 %.

2/ Encore peu d’externalisation, avec un dirigeant qui reste “à la manœuvre”
Ce n’est pas vraiment une surprise, compte tenu de la taille des entreprises étudiées : dans 79% des cas, dans une PME, c’est le dirigeant qui gère le recrutement, en direct. Viennent ensuite : le chef du service concerné (9%), le service RH (7%), un cabinet de recrutement (5%).

3/ Candidatures spontanées et réseaux professionnels se taillent la part du lion dans les modes de recrutement
Si le digital joue un rôle croissant dans les modes de recrutement, sites internet et réseaux sociaux sont encore loin d’arriver en tête des méthodes, dans les PME. 23% des dirigeants des petites et moyennes entreprises préfèrent en effet faire appel à leur réseau et/ou capitaliser sur les candidatures spontanées qui leur sont adressées, hors réponse directe à une petite annonce. 19% d’entre eux ont recours aux services de Pôle emploi. Seuls 16% des dirigeants de PME s’appuient sur les sites de recrutement en ligne ou sur les réseaux sociaux (10%). La mobilité ou la promotion internes sont également peu mises en œuvre : 6% des PME favorisent la promotion interne, tandis que seules 3% réalisent une embauche à l’issue d’un contrat d’intérim.

4/ Top 2 des difficultés rencontrées : la sélection des CV et l’analyse de la pertinence des candidatures
Recruter ? Un parcours semé d’embûches. Lorsque le processus est lancé, reste encore, pour les dirigeants de PME interrogés, à franchir un certain nombre d’obstacles. En tête des difficultés évoquées.
- Trier et qualifier les CV, pour 33% d'entre eux.
- Analyser la pertinence de la candidature (31%).

Viennent ensuite :
- La difficulté de rédiger une annonce efficace et visible (21%).
- Mener un entretien d'embauche (15%).

5/ Attirer les talents : oui, mais…
Bonne nouvelle pour les PME : si elles ont parfois du mal à séduire des candidats de talent, cette difficulté n’est pas spécifiquement liée à leur taille. Si pour 13% des patrons interrogés par WiiSmile, la taille de leur entreprise a un impact sur son attractivité, le package salarial + avantages reste néanmoins l’argument numéro 1 pour convaincre des profils pointus et qualifiés.Ceci pour 47% des dirigeants.

Toutefois, la localisation géographique et l’inadéquation métiers/candidats restent pour 19 et 21% des cas de lourds freins au recrutement.

6/ Selon les postes, les difficultés varient
En tête des profils les plus difficiles à recruter, selon ces mêmes dirigeants de PME :
- les employés qualifiés (41%)
- les ouvriers qualifiés (34%)

Viennent ensuite :
- les cadres dirigeants (14%)
- les ouvriers non qualifiés (11%)

7/ S’adapter… En sous-traitant, en renonçant ou “en traversant la rue” !
Pour trouver des solutions aux difficultés rencontrées, les dirigeants de PME s’adaptent. Ils pallient le manque de ressources, en faisant appel à des renforts extérieurs ou en formant leurs salariés. Mais malgré ces solutions, les difficultés de recrutement ont un impact certain sur l’activité des PME : 38 % des dirigeants interrogés disent en effet renoncer à certains projets… Faute de ressources pour les mener à bien.

23% d’entre eux choisissent de former des salariés en interne pour qualifier des profils. 31% font appel à des sous-traitants.

Enfin, 8% comptent sur la chance pour trouver le candidat adapté à leurs besoins. Reprenant avec humour une petite phrase présidentielle qui a fait du bruit, ils disent ainsi “traverser la rue pour trouver le profil qualifié” !

Et après ? Fidéliser les salariés et agir sur la marque employeur pour faciliter le recrutement

Au-delà des process de recrutement, Wiismile a interrogé les dirigeants de PME sur leur méthode pour améliorer sur le long terme leur image de marque en tant qu’employeur et limiter le turn-over dans leur entreprise. L’enquête met en avant les avantages sociaux qu’ils offrent à leurs salariés, en complément de l’offre WiiSmile, et les raisons pour lesquelles ils les mettent en place.

Intéressement, oeuvres sociales, titres-repas, PEE, les dirigeants de PME sont de plus en plus nombreux à souhaiter exprimer leur reconnaissance à leurs collaborateurs. Ils sont aussi pleinement conscients du rôle que jouent ces avantages sociaux - pendant très longtemps réservés aux seules grandes entreprises - dans la motivation, l’implication et la fidélisation de leurs salariés.

1) Les dirigeants de PME jouent la complémentarité
Les patrons de PME jouent la complémentarité entre les dispositifs d’avantages sociaux existants. Outre le service WiiSmile qui propose un 4 en 1, ils n’hésitent pas à adjoindre d’autres dispositifs : l’intéressement (22%), le PEE (19%), les titres repas (24%).

2) Des dirigeants enthousiastes à l’idée de… motiver, dans une relation gagnant-gagnant
70% des dirigeants de petites et moyennes entreprises proposant des avantages sociaux à leurs salariés ont pour objectif numéro 1 de les engager durablement. Quand on leur demande d’identifier le principal bénéfice des avantages sociaux mis en place, ils répondent à 63% en faveur de la fidélisation des salariés et de la réduction du turn-over.

Les dispositifs d’avantages sociaux, mis en œuvre au titre des activités sociales et culturelles, ont toujours fait partie de la culture du travail en France. Mais le fait que les PME puissent faire jeu égal avec les grands groupes, grâce notamment à des acteurs comme WiiSmile, est récent. On observe qu’elles sont de plus en plus engagées dans la qualité de vie de leurs collaborateurs et de leurs familles. Contrairement aux discours qui sont parfois véhiculés sur le mal-être au travail et ses conséquences, les chefs d’entreprises sont reconnaissants envers leurs équipes. Pas par pure philanthropie, mais parce qu’ils savent que cela est bénéfique pour la fidélité et le recrutement des collaborateurs. Un point essentiel, dans le succès d’une entreprise ”, commente Sylvain Bianchini, Président et fondateur de WiiSmile.

Lu 190 fois

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour pouvoir feuilleter gratuitement et intégralement le prochain numéro

   je m inscris test

 

 

Vient de paraître notre édition de juin 2019 de GPO Magazine. Découvrez un extrait et demandez votre version numérique intégrale pour 10 euros TTC 

MAG DIGITAL lire EXTRAIT GPO103-300-250pix.jpg

Extrait du dernier numéro

Découvrez notre édition spéciale Gestion de la Mobilité en entreprises et commandez la version numérique pour 10 euros TTC

Capture d’écran 2019-03-14 à 16.25.08.png

Extrait de l'édition spéciale Gestion de la mobilité 

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.