Innovation et réactivité : clefs de l'avenir des entreprises françaises

Etudes Écrit par  mercredi, 21 février 2018 12:00 Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Proto Labs, fabricant spécialiste du prototypage rapide et de la production à la demande, présente les résultats de son enquête sur l’innovation et la compétitivité des entreprises. Menée par Censuswide auprès de 250 décideurs français dont 175 dans le secteur de l’industrie, cette étude met en lumière la priorité pour les entreprises à soutenir l’innovation dans les mois qui viennent et la nécessité d’être réactif face aux nouveaux besoins afin de rester compétitives.

Innovation : les entreprises françaises prêtes à investir dans les machines plus que dans les hommes

L’importance d’investir pour se développer est bien assimilée par les entreprises. Mais si la notion d’investissement est aujourd’hui un prérequis, pour prétendre à la croissance les entreprises ne s’accordent pas toutes sur les axes d’amélioration où injecter des capitaux.
Ainsi pour près de 41% des personnes interrogées l’innovation reste le secteur primaire où porter les investissements lors des 12 prochains mois. Un chiffre porté à 43% pour le secteur manufacturier. Une tendance constante sur l’ensemble du panel.
A contrario la formation des équipes à de nouvelles compétences ne semble pas remporter l’adhésion du plus grand nombre avec seulement 20% d’intention. Ceci constitue un réel paradoxe. Les entreprises françaises comprennent aujourd’hui l’importance d’investir dans leur équipement afin de sécuriser un niveau d’innovation compétitif, mais ne considèrent pas la formation de leurs employés à l’utilisation de ces nouvelles machines et aux changements qu’elles peuvent entrainer au sein de leur organisation comme une nécessité.

Réactivité : une priorité pour tous, une réalité lointaine pour certains

En parallèle, la capacité à répondre les premiers aux besoins exprimés par les consommateurs, arrive en tête des priorités des entreprises (42%) afin de rester compétitive. Une attente qui va de pair avec le besoin d’innovation, sans qui l’avance sur les concurrents ne saurait être garantie. Ce besoin de réactivité se confirme chez les entreprises du secteur manufacturier avec également 42% des personnes interrogées qui le place comme une priorité pour 2018.

Le constat inverse est ainsi également fait par les interrogés. Près d’un tiers des sondés considèrent leur manque actuel de réactivité comme le principal frein pour gagner de nouveaux clients, juste devant leur politique tarifaire (27%) et leur productivité (15%).

Automatisation : la nécessaire mue du secteur industriel

Si la production industrielle est aujourd’hui essentiellement associée à l’ingénierie (38%), au design (34%) et à l’innovation (34%), il reste surprenant de voir que des termes comme industrie 4.0 ou encore automatisation y soient peu connotés. L’industrie continue à souffrir d’une image datée voire obsolète et se voit spontanément associée à des mots comme « machine » et « ligne d’assemblage » par 33% des sondés, tandis que des notions comme la « rapidité » et la « production à la demande » ne sont citées respectivement que par 12 et 16% des interrogés. Près de 27% des entreprises considèrent que l’industrie française est peu voire pas du tout préparée pour ce qui est présenté comme l’avenir de son secteur, à savoir l’industrie 4.0 et la digitalisation des processus.

Un travail important sur la perception du secteur doit donc être mené afin que l’industrie soit perçue pour ce qu’elle est, un chemin d’avenir pour nos entreprises.

Alors que le taux des services manufacturiers automatisés reste quasiment dans la moyenne avec 45%, plus d’un tiers des personnes interrogées ne s’attendent pas à voir l’automatisation prendre le pas dans le courant des prochains mois. Une tendance qui s’inverse pour tomber à seulement 13% dans les 5 années à venir. Il y a bien une volonté d’innovation et d’embrasser le futur et les technologies associées qui est notoire mais qui reste timide.

« Plus que jamais les entreprises françaises ont saisi le prérequis de l’investissement comme moteur de la croissance. Si aucun investissement n’est fait, c’est tout leur développement qui en sera impacté. L’équation est finalement assez simple. » explique Bernard Faure, Directeur Général de Proto Labs France. « Le secteur industriel n’est pas épargné par ses besoins de financement, bien au contraire. Afin d’embrasser pleinement les nouvelles innovations et entrer de plain-pied dans l’industrie 4.0, des efforts restent à faire tout comme une évolution des mentalités afin de ne plus systématiquement associer, de manière erronée, l’industrie à une chaine d’assemblage » conclut-il.

Vu d’Europe : les Allemands en avance de phase

Conduite également en Allemagne et en Grande-Bretagne, l’étude permet de rendre compte du niveau de maturité de nos voisins européens. Sans surprise, les Allemands ont une longueur d’avance et associent plus facilement les termes Industrie 4.0 et robotisation à l’industrie manufacturière. De plus, pas moins de 2/3 des Allemands interrogés estiment le secteur suffisamment mûr et préparé (pour 1 anglais sur deux) pour l’industrie 4.0 et la numérisation des processus. Une longueur d’avance notamment due à la réflexion engagée dès 2006, par les pouvoirs publics allemands sur l’avenir de son industrie et la nécessité du maintien de son leadership. Une réflexion suivie par un lancement officiel 5 ans plus tard.

Du côté de leurs entreprises, les anglais interrogés font des ressources et des équipements une priorité d’investissement à hauteur de 40% quand les allemands sont 63%. Les entreprises françaises se démarquent en faisant le choix de l’innovation à 41%. Mais plus généralement un consensus semble se détacher chez tous, celui de la nécessité d’investir à l’avenir. Un engagement commun qui ne sera pas nécessairement alloué aux mêmes postes mais néanmoins essentiel pour relever les défis du futur.

Lu 317 fois

Le magazine digital

Découvrez un extrait du dernier numéro et demandez votre version numérique intégrale pour 10 euros TTC

Capture d’écran 2018-06-18 à 18.52.01.pngExtrait du dernier numéro

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour pouvoir feuilleter gratuitement et intégralement le prochain numéro

   je m inscris test

 

Découvrez un extrait de notre édition spéciale Gestion de la mobilité et commandez votre version numérique intégrale pour 10 euros TTC

Capture d’écran 2018-04-04 à 09.56.15.png

Extrait de l'édition spéciale Gestion de la Mobilité en entreprises

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.