6 idées reçues sur les entreprises familiales

Etudes Écrit par  mercredi, 07 septembre 2022 14:55 Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Modèle à part, fonctionnement distinctif… Les entreprises familiales semblent détonner dans l’écosystème des PMEs. Mythe ou réalité ? La fintech SumUp, partenaire de plus de 4 millions d'entreprises dans le monde, a mené l’enquête dans 5 pays européens (France, Italie, Allemagne, Royaume-Uni, Suisse) pour comprendre ce qui caractérise ces PMEs et analyser les idées reçues.

1. Une entreprise familiale est forcément héritée de ses parents ou grand-parents

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cela varie d’un pays à l’autre. Par exemple, en France, la majorité des entreprises familiales concerne des entrepreneurs de première génération (86 % vs 70 % en moyenne).

L’Italie, quant à elle, semble plutôt favoriser les entreprises de deuxième génération (33 %) alors que l’Allemagne se distingue, elle, avec des entreprises héritées des grands parents (11 % vs 4 % en France), voire des arrières grands-parents (13 % vs 5 % en moyenne).

2. Être entrepreneur, c’est travailler jour et nuit

Au niveau européen, près d’un tiers des entrepreneurs (27 %) déclare consacrer entre 41h et 50h par semaine à leur activité professionnelle. Une moyenne qui cache de profondes disparités : si la moitié des Suisses interrogés confirme cette tendance, ils ne sont pourtant que 17 % en France et au Royaume-Uni.

Des extrêmes persistent : si 20 % des entrepreneurs européens consacrent moins de 20h par semaine à leur activité professionnelle, ils sont également 20 % à y consacrer plus de 60h. La France confirme ces contrastes européens : 21 % des entrepreneurs français consacrent moins de 20h à leur activité professionnelle, ils sont 26 % à travailler plus de 60h.

3. Les entreprises familiales réussissent moins bien que les autres

Il s’agit d’une idée erronée ! Être à la tête d’une entreprise familiale peut s’avérer lucratif. Depuis la création de leur entreprise, 39 % des chefs d’entreprise français ont observé une augmentation de leurs revenus. Un constat positif partagé dans l’ensemble des pays européens interrogés (43 % en moyenne). Une progression particulièrement remarquée chez les entrepreneurs allemands (63 %).

4. En tant qu’entrepreneur, vivre de son activité est impossible

Les idées reçues sur les entrepreneurs ont décidément la vie dure. Pourtant, en Europe, seuls 33 % d’entre eux ont une activité complémentaire (20 % au Royaume-Uni et 38 % en France). Le constat est plus nuancé en Suisse où 43 % des entrepreneurs jonglent dans leur quotidien entre leur entreprise familiale et une autre activité.

5. La relève est assurée, aucun doute possible

Transmettre son entreprise aux générations suivantes est une ambition que peu de chefs d’entreprise pensent pouvoir concrétiser. En France, seuls 22 % des entrepreneurs estiment pouvoir passer le flambeau à la génération suivante. Et seuls 7 % d’entre eux considèrent véritablement la relève acquise. Un pessimisme que partage la majorité des pays européens : en Italie, ils sont même 6 entrepreneurs sur 10 (60 %) à penser l’idée improbable.

Le Royaume-Uni, quant à lui, fait figure d’exception : la moitié de ses entrepreneurs (50 %) envisagent positivement la relève par la génération suivante.

6. L’exception française

La pandémie du COVID-19 a fortement accéléré la digitalisation des comportements d’achat dans l’ensemble de l’Europe et les PMEs ont dû s’adapter très rapidement à ces changements. Les entreprises familiales n’échappent pas à ce phénomène. Preuve en est, payer en carte est désormais possible dans 91 % des entreprises familiales françaises comme dans leurs homologues européennes.

La France fait néanmoins figure d’exception concernant de nombreuses habitudes de paiement. En effet, le chèque reste un moyen de paiement encore privilégié par de nombreuses PMEs familiales françaises (59 %), contrastant ainsi avec le reste de l’Europe (2 % en Allemagne et 25 % en Italie).

Autre exception française : le porte-monnaie électronique (digital wallet). Brillant par son absence en France, il n’est proposé que par 1 commerçant sur 10 (9 %). Mais il est bien plus généralisé dans les autres entreprises familiales européennes: 40 % au Royaume-Uni et 35 % en Suisse.


Méthodologie
SumUp a mené une enquête auprès d'entreprises familiales dans toute l'Europe et a reçu plus de 1000 réponses.

Lu 530 fois Dernière modification le mercredi, 07 septembre 2022 15:13

Annonces

pave mie mutuelle

Annonces

Banniere Cegid

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

inscrit.png   

Vient de paraitre en Novembre 2022
GPO MAGAZINE N°110
Recevoir la version PRINT en cliquant ici
Recevoir la version NUMÉRIQUE en cliquant ici

Extrait GPO 110.png

Paru en octobre 2022
SPÉCIAL TRANSFORMATION DIGITALE

Capture d’écran 2022-10-04 à 12.03.52.png

Paru en Juin 2022
SPÉCIAL FINANCE

 Capture d’écran 2022-07-01 à 12.43.09.png 

 

Livres Blanc et E-book

Toutes les solutions IT pour pouvoir moderniser ses infrastructures
Pour répondre aux défis de compétitivité, de cybersécurité, de performance opérationnelle et d’urgence climatique, les…
Les clés pour réussir l’intégration de la signature électronique au sein de son organisation !
Au travers de son livre blanc consacré à « La signature électronique et son intégration…
Comment passer à la facture électronique ?
En permettant un traitement automatisé et sécurisé, la facture électronique facilite la comptabilité des factures…
Cinq étapes pour améliorer l'expérience client grâce à l'Intelligence Artificielle
Les centres de contact sont une source importante d'informations sur les clients. Ils peuvent en…
Accélérer la transformation digitale de la comptabilité fournisseurs
Les équipes comptables se doivent d’engager leur transformation digitale pour éliminer les travaux de saisies…
Plus de livres blanc

Webinaires

Comment faire prospérer son entreprise dans la conjoncture actuelle ?
Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs préoccupations, les experts de KPMG, Crédit…
Comment aborder la fin du « quoi qu’il en coûte » ?
Symboles du « quoi qu'il en coûte » comme réponse au Covid-19, les prêts garantis…
Comment simplifier la réservation hôtelière ?
Et si le voyage d’affaires devenait aussi simple que le voyage loisir ? Pour permettre…
Comment offrir une expérience client digne de Netflix grâce à l’Intelligence artificielle ?
Plus que jamais les entreprises se doivent d’offrir à leurs clients un expérience fluide, remarquable…
Comment renforcer l’agilité de ses applications de gestion avec Oracle Cloud ?
Toute entreprise, quel que soient sa taille, son métier ou ses activités, fait aujourd’hui face…
Plus de webinaires

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts