Imprimer cette page

Entrepreneurs : la liberté au prix de la santé ?

Etudes Écrit par  lundi, 23 mai 2022 08:49 Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Lorsque l’on interroge les indépendants sur la raison de leurs choix de statut, tous prônent la liberté. Être libre de travailler d’où ils veulent, comme ils veulent, avec qui ils veulent. Artisans, développeurs, musiciens, tous sont alignés. Mais comment gèrent-ils leur activité et leurs revenus en cas d'accident ou de maladie ?

Contrairement aux salariés, les indépendants ne sont pas automatiquement affiliés à un contrat de prévoyance santé. En cas de maladie ou d’accident, leur statut ne leur permet pas d’être protégés. Au quotidien cela change beaucoup de choses.

Au travers d’un sondage auprès de 1700 entrepreneurs, Easyblue, start-up dont la mission est de rendre le parcours entrepreneurial plus sûr, a analysé ces comportements. En interrogeant le niveau de couverture des indépendants, puis en explorant leur passif vis à vis des différentes pertes de revenu, ce sondage révèle les mécanismes d'un processus de décision complexe.

La liberté, au prix de la santé ?

65 % des indépendants continuent de travailler même malades

Accident, covid, invalidité… la majorité des indépendants déclarent devoir continuer à travailler pour ne pas perdre de revenus. Ils sont moins d'un tiers à s'autoriser une pause (29 %). Sans aucun employé pour soutenir l'activité, un arrêt a beaucoup plus de répercussions sur l'activité.

Les independants continuent de travailler meme malades

Pourquoi les entrepreneurs ne se protègent-ils pas ?

Peu d'informations existent sur le sujet

Avec un tel enjeu et un impact direct sur leurs rémunérations, on pourrait penser que les indépendants sont informés des solutions à leur disposition. Pourtant, pour 58 % d'entre eux, même les remboursements de la sécurité sociale restent une donnée inconnue.

Cette situation d'incertitude représente une source de stress pour la quasi-totalité des répondants. En effet, 95 % des entrepreneurs, tous statuts confondus, déclarent qu’ils s'arrêteraient de travailler sans hésiter lorsqu’ils sont malades s'ils avaient la certitude de maintenir leur revenu.

10 jours pour souscrire : aucune offre n’est adaptée aux entrepreneurs

Au-delà du travail accompli dans le cadre de l’activité professionnelle pure, l’entrepreneur doit également gérer toute la partie administrative de son entreprise, comme payer les fournisseurs, réaliser les factures, suivre les règlements, gérer ses relations avec sa banque professionnelle, son comptable. Ces tâches administratives, dont fait partie la souscription aux assurances, sont fastidieuses et prennent beaucoup de temps.

Aujourd’hui, souscrire à une assurance “prévoyance santé” auprès des acteurs historiques du marché peut prendre plusieurs semaines : 

  • Premièrement, le futur assuré doit rencontrer son assureur lors d’un rendez-vous physique. 
  • Ensuite, il doit faire un bilan de santé complet : prendre plusieurs rendez-vous médicaux pour réaliser des examens ; attendre les retours. 
  • Une fois les résultats médicaux reçus, il faut les transmettre à l’assureur, qui doit encore estimer les risques et le coût de la couverture santé. 

Résultat : Ce n’est qu’au bout d’une dizaine de jours que l’entrepreneur aura un retour concernant le niveau de couverture auquel il a droit et à son prix. Ce parcours est chronophage et implique différents interlocuteurs ; ce qui est incompatible avec le quotidien des entrepreneurs.


Méthodologie :
Sondage effectué par BuzzPress France en janvier 2022 auprès de 1 749 personnes représentatives de la population nationale française selon la méthode des quotas. Échantillon consulté de 26 400 personnes.

Lu 130 fois Dernière modification le lundi, 23 mai 2022 09:30