Aides à l’export quoi de neuf ?

Aides à l’export quoi de neuf ?

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Depuis l’année 2015, de nouvelles opportunités sont à saisir pour les PME et ETI qui souhaitent se développer à l'international. Les systèmes d'accompagnement des entreprises et les aides financières sont plus intéressants mais aussi plus difficiles à obtenir. Audits et phases de présélection sont désormais un passage obligé pour les entreprises qui voudraient en bénéficier. Explications.

Quand une entreprise veut se développer à l’international, elle doit pouvoir compter sur des aides financières pour alléger ses dépenses, et sur des services d’accompagnement pour réussir son internationalisation. Quelles sont ces nouvelles aides ? Quels sont ces services d’accompagnement ? Telles sont les questions que la rédaction de GPO Magazine a posées à Frédéric Orillard, directeur des ventes de Coface France, à Yvon Posvic, coordinateur inter­national de la CCI de Paris-Île-de-France, et à Vincent Delmas, sous-directeur développement et gestion en région des garanties publiques à Coface.

Un nécessaire accompagnement
Au préalable, il convient d’indiquer qu’une entreprise doit se faire nécessairement accompagner par un expert qui connaît le marché et saura l’aider à trouver ses premiers clients et partenaires. Bien entendu, l’assureur-crédit privé Coface accompagne depuis 70 ans les entreprises dans leur projet de développement à l’international, sachant que les garanties publiques, gérées par Coface pour le compte de l’État français, seront transférées fin 2016/début 2017 à Bpifrance. En outre, cet accompagnement pourra être apporté par un réseau implanté à travers le monde : les CCI (Chambres de Commerce et d’Industrie) françaises à l’international, fédérées par CCI France International. Les 115 CCI françaises, réparties dans 85 pays, rassemblent des entreprises françaises implantées dans leur pays et les entreprises du pays intéressées par le marché français. Elles proposent aux entreprises françaises souhaitant s’implanter dans le pays, des informations sur le monde économique et le fonction­nement du marché local, mais aussi des missions de prospection et de découverte, et la participation à un salon professionnel. « Le point d’entrée le plus simple dans cet écosystème est votre CCI. Nous accompagnons les dirigeants d’entreprise dans leurs démarches à l’international de bout en bout, à commencer par leur projet export. Le construire et l’affiner avec le chef d’entreprise, définir la stratégie adaptée et un plan d’action associé, l’étude de marché, l’identification de clients potentiels… Pour la mise en œuvre du projet, ce seront les actions de prospection (missions individuelles et collectives, salons professionnels, conventions d’affaires, rencontres d’acheteurs…), l’accompagnement sur la durée (coaching), jusqu’à l’implantation à l’étranger. Sans oublier les réponses plus ponctuelles (mise en relation, orientation, information réglementaire export, formations…) », souligne Yvon Posvic.
Business France, acteur public français de soutien des entreprises à l’international, propose de son côté un accompagnement personnalisé, s’appuyant sur un réseau d’experts sectoriels dans 70 pays.
L’organisme propose également des conseils à l’international, des actions de prospection et de promotion organisées sur le secteur et les marchés de votre entreprise, de gagner en visibilité auprès des professionnels à l’étranger et enfin, des compé­tences export pour votre entreprise, par exemple dans le cadre d'un VIE (Volontaire International en Entreprise). Business France accompagne 17 000 entreprises par an sur les marchés à potentiel, pour accélérer le développement de leurs ventes export.
Des banques telles que BNP Paribas, la Société Générale, Le Crédit Lyonnais, le Crédit Agricole… peuvent aussi proposer le service d’équipes dédiées pour accompagner les entreprises. C’est ainsi qu’elles peuvent aider les entreprises exportatrices à choisir la forme juridique adéquate pour s’installer à l’étranger, obtenir de l’aide pour la comptabilité, la gestion de la paye, la fiscalité, la négociation de contrat, bénéficier de portage salarial.

Quelles sont les aides financières pour se développer à l’international ?
La France ne compte que 120 700 entreprises exportatrices, soit moins de 4 % des entreprises.
À titre d’information, ces entreprises sont deux fois plus nombreuses en Italie, et trois fois plus en Allemagne. C’est la raison pour laquelle ces aides financières sont incitatives et il faut savoir en profiter.
Il y a différentes aides (publiques et privées) et une entreprise doit pouvoir bénéficier de plusieurs dispositifs d’appuis financiers, régionaux et nationaux, afin de financer et de sécuriser son développement à l’international. Il s’agit là d’aides financières, assurance prospection, crédit d’impôt, garanties et prêts, et assurance-crédit à l’export. « Au-delà des aides nationales (Coface, Bpifrance), il y a des dispositifs dans certaines régions qui permettent un financement très complet du développement export des entreprises en intervenant pratiquement sur tout leur parcours à l’international. C’est le cas en Île-de-France avec PM’up » précise Yvon Posvic.
Ces aides sont d’une grande utilité car elles permettent de structurer la démarche export d’une entreprise grâce à des outils de diagnostics et d’analyses, voire de plans d’action person­nalisés (coaching), de disposer d’outils de communication et de marketing pertinents afin d’aborder les marchés étrangers. En outre, ces aides permettent de renforcer les ressources humaines par le recrutement d’un stagiaire export, de développer une activité sur les marchés étrangers, de se regrouper pour exporter (réseaux, cercles ou club pays), de financer enfin les dépenses export et d’assurer les impayés d’une entreprise. Par ailleurs, ces actions permettent d’informer les entreprises exportatrices des formalités douanières et des règlementations à l’étranger. « L’entreprise est parfois amenée à adapter ses produits et à se mettre aux normes locales. Sans oublier les formalités internationales pour les exportations hors Union Européenne. L’entreprise peut être accompagnée dans ses débuts par un conseiller international CCI, bénéficier de l’appui technique d’un étudiant-stagiaire afin de l’aider dans son projet de développement à l’international. Par la suite, cette entreprise pourra faire également appel à un VIE qui, au cours d’une mission professionnelle à l’étranger d’une durée de 6 à 24 mois représentera l’entreprise sur place. Il s’agit là de solutions écono­miquement abordables et efficaces » précise Yvon Posvic.

Quelles sont les aides publiques ?
L’État a annoncé le transfert des activités des garanties publiques gérées par Coface depuis 70 ans vers Bpifrance. Jusqu’à ce que le transfert soit effectif, Coface continuera à gérer pour le compte de l’État la gamme des cinq produits destinés à les accompagner tout au long de leur parcours à l’international. Parmi ces garanties, l’une est particulièrement attractive aux yeux des entreprises : l’assurance prospection. Elle peut s’adresser aux « primo-exportateurs » qui sou­haitent un soutien pour la prise en charge de leurs premières démarches de prospection. La garantie est également destinée aux entreprises qui ont déjà mené une action de prospection pour développer leur chiffre d’affaires et à celles qui souhaitent bénéficier d’une avance de trésorerie de la part de leur banque, en complément d’un contrat d’assurance prospection déjà souscrit. Le principe est simple : une indemnité est versée sur les dépenses effectuées. Ensuite, et seulement en cas de succès, l’entreprise rembourse Coface sur la base d'un pourcentage prédéterminé de l’augmentation de son chiffre d’affaires export.
« Explorer de nouveaux marchés à l’étranger expose les entreprises françaises à des frais qui peuvent être importants pour des résultats aléatoires. L’assurance prospection leur permet de prospecter sereinement en limitant le risque financier de leur développement export. Selon son profil et le degré d’accompagnement dont elle a besoin, l’entreprise peut choisir entre l’« Assurance prospection premiers pas », l’« Assurance prospection » et l’« Avance prospection », précise Vincent Delmas, sous-directeur Développement et Gestion en région des garanties publiques à Coface.

Quelles sont les aides privées ?
Afin de se développer à l’international, une ETI ou une PME a besoin d’aide à la prospection ainsi que des soutiens aux contrats export.
« L’assurance-crédit export repose sur trois piliers : la connaissance des entreprises à travers le monde (identification des entreprises fiables, analyse du risque des entreprises), le recouvrement des impayés liés à des litiges ou à des créances contentieuses, l’indemnisation de la perte à hauteur de 90 % si malgré l’ensemble des démarches entreprises par l’assureur-crédit, la créance ne peut être recouvrée », explique Frédéric Orillard.  
Coface accompagne les entreprises qui sou­hai­tent obtenir une assurance-crédit domestique ou à l’export. « C’est ainsi que ces entreprises vont pouvoir bénéficier d’une couverture de leurs risques au niveau de leur portefeuille clients mais également d’une couverture du risque politique, (guerre, coup d’état…), d’une couverture du risque de non transfert de devise ou encore de bénéficier d’une couverture du risque de catastrophe naturelle. Les récents évènements (coup d’état en Turquie, tremblement de terre en Italie) montrent tout l’intérêt de recourir à une assurance-crédit pour les entreprises souhaitant se développer à l’export. En outre, notre forte présence et notre expertise à l’international nous permettent, en cas de procédure de recouvrement, d’adapter la bonne stratégie pour recouvrer au plus vite les créances (Europe du Nord : tendance à engager des procédures judiciaires alors que dans les pays latins, nous aurons davantage tendance à privilégier des procédures amiables) », complète Fréderic Orillard.  
L’offre caution de Coface est également en fort développement et la garantie apportée par une caution permet à une entreprise, souhaitant conquérir des marchés à l’export, de rassurer ses partenaires commerciaux ou financiers, de différer un paiement immédiat et de ne pas réduire ses capacités d'emprunt auprès de sa banque.

Y a-t-il un intérêt pour une entreprise à aller se développer à l’international ?
« Le marché à l’international continue à croître plus vite que le PIB français : il y a donc un réel intérêt à aller chercher des marchés à l’export. Bien entendu, il convient de se faire accompagner par des experts, notamment un assureur-crédit qui va aider les entreprises à identifier leurs risques, à connaître leurs clients et les secteurs d’activité. Il s’agit donc avant tout d’une démarche préventive qui permet aux entreprises d’identifier la zone où aller (zone à risque ou non) ainsi que la situation financière des clients. En définitive, le recours à l’assureur-crédit permet à l’entreprise de se développer sereinement, en limitant les risques » conclut Frédéric Orillard.


Qui assure les garanties publiques à l’exportation ? Drapeaux

Le 18 avril 2016, Xavier Durand, directeur général de Coface et Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, ont signé un accord relatif au transfert de l’activité des garanties publiques à l’exportation. Conformément à cet accord, l’activité de gestion des garanties publiques sera cédée à Bpifrance Assurance Export, nouvelle filiale de Bpifrance constituée à cet effet.
Ce transfert a pour objectif de renforcer encore la compétitivité du dispositif des garanties publiques à l’export, qui constitue un des piliers de la politique de soutien au développement des entreprises françaises. 
Les garanties publiques seront gérées pour le compte et sous le contrôle de l’état et seront délivrées directement en son nom. Le transfert de l’activité demeure sujet à la modification du cadre législatif et réglementaire français, qui entrera en vigueur par décret. Coface continuera d’être rémunérée par l’État français jusqu’à ce que le transfert devienne effectif, reporté à fin 2016/début 2017, en raison des contraintes juridiques liées à l’État.

Source : Coface


Quels sont les organismes qui peuvent vous aider et que proposent-ils ?

• Les garanties publiques gérées par Coface : le transfert de cette activité à Bpifrance devrait avoir lieu fin 2016/début 2017, d’ici-là, Coface continue à être rémunérée par l’État français pour cette activité.
• Les CCI de Paris et régions.
• Business France qui propose un réseau d’experts sectoriels.
• Coface avec son assurance-crédit pour la partie privée qui compte pour 96 % de son chiffre d’affaires.
• Les banques telles que BNP Paribas, la Société Générale, Le Crédit Lyonnais, le Crédit Agricole…


Dynamisez votre réseau à l’international

Les 1er et 2 décembre prochain, les exportateurs d’Auvergne Rhône-Alpes se donnent rendez-vous à Classe Export Lyon, pour deux jours de rencontres qualifiées entre dirigeants et experts du commerce international.
Dans le cadre privilégié de l’hôtel Marriott de Lyon - Cité Internationale, les participants pourront assister à plus de 20 conférences et colloques sur les sujets d’actualités à maîtriser pour réussir son développement export.
Russie, Iran, Afrique, Vietnam : le grand export est à l’honneur cette année ! Mesurer les risques et identifier les opportunités pour votre secteur ! Que vous soyez un exportateur « aguerri » ou débutant, Classe Export Lyon vous propose des
sessions de networking pour multiplier les contacts utiles, rencontrer de nouveaux prospects et valoriser votre entreprise !
Enfin, tout au long de la journée, les experts du commerce international se tiendront à votre disposition pour répondre à vos besoins et vous guider dans votre stratégie.

Infos et inscription sur lyon.classe-export.com

Lu 8131 fois Dernière modification le lundi, 07 novembre 2016 13:30
Linda Ducret

En 1987, elle devient avocate et crée son cabinet en exercice individuel en 1990. Depuis 2005,  elle est journaliste avec comme terrains de prédilections : les dossiers stratégie du dirigeant, propriété intellectuelle, nouvelles technologies, Incentive.....En 2009, elle publie un roman policier Taxi sous influence, finaliste du Prix du Premier roman en ligne.

Annonces

ADS.GPOMAG NOTILUS ADS.1

Le magazine digital

Inscrivez-vous à notre édition digitale pour feuilleter gratuitement le prochain numéro

   je m inscris test

Vient de paraître l'édition de Juillet 2020
Entreprise AGILE et Gestion de la MOBILITÉ
Recevoir la
 version numérique en cliquant ici

Capture d’écran 2020-07-18 à 19.05.29.png 

Paru en Juin 2020
La FONCTION FINANCE à l'heure du digital

MAG DIGITAL Lire extrait HS 2020-06-Digit fonction finance.jpg

Livres Blanc et E-book

Accélérer la transformation digitale de la comptabilité fournisseurs
Les équipes comptables se doivent d’engager leur transformation digitale pour éliminer les travaux de saisies…
Plus de livres blanc

Webinaires

Au 1er janvier 2021, le Brexit sera effectif : êtes-vous prêts ?
Au 1er janvier 2021, le Brexit sera effectif. Pour vous préparer, la douane vous accompagne…
Comment aborder le télétravail dans les meilleures conditions ?
Les nouveaux défis auxquels nous faisons face amènent les entreprises à recourir de plus en…
Les différentes étapes pour anticiper la sortie de crise
L'équipe Décidem, Cabinet de conseil spécialisé dans les défis humains, propose gratuitement son prochain webinar…
Plus de webinaires

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir l'édition digitale mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.