En voyage d’affaires, révolution digitale va de pair avec services

En voyage d’affaires, révolution digitale va de pair avec services

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Engagé dans la transformation digitale depuis plusieurs années, le secteur du voyage d’affaires accélère sa révolution en la matière. Une tendance qui ouvre la voie au développement de nombreux services profitant aussi bien aux voyageurs d’affaires qu’aux entreprises.

Le voyage a été l’un des premiers secteurs touchés par la transformation digitale, notamment au travers du développement des ventes sur Internet. Les agences de voyage, compagnies de transports et hôteliers ont d’ailleurs très rapidement compris l’intérêt qu’ils avaient à se digitaliser et ont exploité très tôt les différentes opportunités que leur offre le web. Néanmoins, la vraie révolution digitale de ce secteur se vit actuellement, avec la transformation de son modèle économique conjuguée au dévelop­pement de nouvelles offres de services. « Longtemps, les acteurs de ce marché se sont contentés de dupliquer les ventes en agence sur Internet, explique Bertrand Mabille, executive vice-president France and Mediterranean countries chez CWT.  Il s’agissait de la première étape de la transfor­mation digitale, alors davantage conçue comme un moyen pour elles de réaliser des économies. Aujourd’hui, les nouvelles technologies sont davantage utilisées pour développer de nouveaux services et enrichir les relations entre les prestataires et leurs clients ».

Un marché disrupté
L’accélération de cette tendance est également portée par l’arrivée de nouveaux entrants (Airbnb ou Uber pour ne citer que les plus connus) qui bousculent les acteurs traditionnels du voyage. Ces acteurs, mais également les nouveaux comportements d’achats des voyageurs d’affaires de plus en plus enclins à recourir, dans le cadre de l’organisation de leurs déplacements professionnels, aux applications qu’ils utilisent dans leur sphère privée, poussent donc aujourd’hui les prestataires historiques à réagir et à gagner en proactivité et en réactivité pour préserver leur part de marché. « D’ailleurs les usages numériques et surtout les technologies mobiles représentent aujourd’hui le dénominateur commun entre les nouveaux entrants et les acteurs traditionnels », indique Emmanuel Vergé, directeur marketing France chez Concur.  

Vers une consolidation du marché
Dans le voyage d’affaires, la révolution digitale est donc réellement en ordre de marche et se matérialise surtout par le bond en avant des offres de services. À cet effet, les prestataires de la place se mobilisent. Une démarche qui passe notamment par le développement ou l’adoption de nouvelles technologies et/ou la mise en place de partenariats. D’ailleurs, nous assistons actuellement à une accélération du rapprochement (par le jeu des acquisitions ou des partenariats) entre les acteurs historiques et les nouveaux entrants. Certes, la démarche n’est pas toujours couronnée de succès, comme l'illustre d’ailleurs l’échec du partenariat annoncé en fin d’année entre la SNCF et Airbnb. Néanmoins, force est de constater que la tendance est bien là, à l’instar des accords passés, par exemple, entre Concur et Airbnb, Captain Train, Business Table ou encore Uber. En ouvrant sa plate-forme de réservation et de gestion des notes de frais (via des web services) aux nouveaux entrants du secteur, Concur offre ainsi à ses clients des services additionnels. « Notre partenariat avec Business Table permet par exemple aux collaborateurs de réserver un repas d’affaires ou un plateau repas en direct, explique Emmanuel Vergé. Dans le même temps, la dépense associée vient alimenter automatiquement la note de frais ».

La digitalisation au service de la mobilité du voyageur
Les services liés à la mobilité des voyageurs d’affaires figurent parmi les principaux que la révolution digitale du secteur a permis de développer. Ils étaient d’autant plus attendus que le smartphone, selon une étude IFOP/American Express réalisée en 2014, devenu l’outil de mobilité de prédilection des voyageurs d’affaires pour, par exemple, effectuer leurs réservations ou gérer en partie leurs notes de frais. C’est pour accompa­gner la mutation vers ces usages en mobilité (smartphones et tablettes) qu’Accor a ainsi déployé, dans le cadre de sa transformation digitale, « Mobile First ». Cette application mobile unique regroupe l’intégralité des services, avant, pendant et après le séjour réalisé dans l’un des établissements du groupe.
Les applications mobiles sont également précieuses pour permettre aux collaborateurs de recevoir ou de transmettre des informations liées à leurs déplacements. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, attendent de leurs prestataires voyages qu’ils anticipent davantage les aléas pouvant être liés à leurs déplacements. « Ces aléas, tels que les retards ou autres annulations, peuvent avoir un impact en termes de confort et de stress pour leurs voyageurs et de coûts pour l’entreprise, ajoute Bertrand Mabille. Des enjeux auxquels les nouvelles technologies liées à la mobilité et aux datas nous permettent désormais de répondre ». À cette fin, CWT a ainsi fait l’acquisition de Worldmate en 2012 qui fournit une technologie mobile pour les voyageurs. Cette dernière est venue enrichir l'application CWT To Go, permettant ainsi d'organiser les itinéraires, d’avoir accès à des informations en temps réel, de réserver des hôtels, des voitures, des places de parking à l'aéroport, des restaurants,… D’autres prestataires, et en particulier les compagnies aériennes et ferroviaires, s’appuient également sur les outils de la mobilité, dont les SMS, pour alerter les voyageurs en cas de retard, d’annulation, etc.
Les technologies liées à la mobilité sont également plébiscitées par les entreprises pour renforcer la sécurité de leurs collaborateurs et répondre à leurs obligations légales en la matière. Des solutions tournées vers la sûreté, la géolocalisation ou le tracking se sont ainsi développées ces dernières années. Par exemple, grâce à l’outil SSF Locator (de Scutum Security First), une entreprise peut, via un système de tracking, communiquer avec le voyageur durant son déplacement et l’alerter en cas de besoin à travers différents canaux tels que les SMS, e-mails, appels ou Twitter.

Le digital contribue à rationnaliser les dépenses voyages
La révolution digitale du voyage d’affaires a également contribué au développement de services permettant un renforcement du contrôle des dépenses de voyages, voire leur rationali­sation. À travers son partenariat avec Refund My Ticket, Concur offre ainsi aux entreprises une meilleure visibilité sur leurs droits en matière de remboursement de billets d’avions en cas d’annulation, retard ou autres surbooking. Ce partenariat leur permet également de les accompagner dans les démarches nécessaires pour se faire rembourser ce que leur doivent les compagnies.
Les entreprises peuvent par ailleurs s’appuyer sur ces outils digitaux pour identifier des sources non exploitées de rentrée de cash liée aux dépla­cements professionnels, telle que la TVA. C’est à cette fin que Concur a intégré sur sa plate-forme la solution T&E-VAT Retriever de Cash Back. Cette dernière récupère automatiquement et systématiquement les justificatifs de frais stockés dans la solution Concur, effectue le traitement de la TVA et la préparation des dossiers en conformité avec la réglementation. « Le processus de récupération de TVA est ainsi net­tement optimisé, la soumission des justificatifs devient plus simple et les remboursements peuvent être effectués plus rapidement », souligne Emmanuel Vergé. Le digital, sur le secteur du voyage d’affaires, semble ainsi tenir ses promesses en termes de bénéfices.

Cependant, il ne saurait suffire à l’optimisation des politiques voyages des entreprises. Un objectif qui ne sera atteint qu’à la condition que ces dernières s’engagent aussi dans une stratégie de transformation digitale.


Voyages d’affaires : les déplacements plus stimulants que les journées de travail
Une étude Egencia® révèle que prè̀s de 69 % des voyageurs d’affaires trouvent les voyages d’affaires plus agréables que les journées de travail. Les professionnels ont été interrogés sur l’ensemble du processus du voyage d’affaires, de l’organisation du sé́jour, en passant par les expé́riences vécues pendant les visites, jusqu’à̀ la gestion des diffé́rentes é́tapes du voyage :

37 % des personnes interrogées affirment se sentir plus sociables lors de leurs voyages et 38 % d’entre eux développent davantage leur cré́ativité́. Ces ressentis dé́passent d’ailleurs les inquié́tudes lié́es au retard pris sur leur travail quotidien et comblent même le sentiment d’é́loignement avec sa famille.

69 % des voyageurs d’affaires s’occupent eux-mê̂mes de leur ré́servation pour tirer le meilleur parti de leur voyage.
En revanche, 1/5 ré́servent eux-mê̂mes car il n’y a personne d’autre pour le faire à̀ leur place et seulement 1/5 délè́gueraient toujours s’ils le pouvaient. La principale motivation est d’économiser du temps, tandis que les voyageurs qui réservent eux-mê̂mes le font pour garder le contrô̂le.

Pour 45 % des voyageurs d’affaires, programmer son mode de transport sur place est l’étape la plus frustrante de la ré́servation de leur voyage. Ne connaissant pas les autres options, 70 % des voyageurs se dirigent vers les taxis pensant qu’il s’agit de la meilleure faç̧on de trouver leur chemin dans une ville qu’ils ne connaissent pas.

Source Egencia® - Étude réalisée en ligne en janvier 2016 auprès d’un échantillon de 6 072 voyageurs professionnels internationaux qui ont voyagé au moins 2 fois l’année dernière.

Lu 8332 fois Dernière modification le lundi, 04 avril 2016 10:59
Anne Del Pozo

Elle collabore depuis près de 20 ans à différents magazines en qualité de journaliste.

Elle y traite de sujets articulés essentiellement autour de la finance, des flottes automobiles, du voyage et du tourisme d'affaires ou encore des ressources humaines. Anne del Pozo participe également à la rédaction de nombreux témoignages clients et de newsletters d'entreprise.

ban gpo

Annonces

Le magazine digital


D
écouvrez un extrait du dernier numéro et
inscrivez-vous à notre newsletter pour pouvoir Feuilleter gratuitement la version numérique dans son intégralité dès la prochaine parution.

MAG DIGITAL lire EXTRAIT GPO 99-300-250 pix.jpg

   je m inscris test 

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir la newsletter mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

 

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.