International et territoires 26

Aides à l’export quoi de neuf ?

jeudi, 03 novembre 2016 10:15 Écrit par

Depuis l’année 2015, de nouvelles opportunités sont à saisir pour les PME et ETI qui souhaitent se développer à l'international. Les systèmes d'accompagnement des entreprises et les aides financières sont plus intéressants mais aussi plus difficiles à obtenir. Audits et phases de présélection sont désormais un passage obligé pour les entreprises qui voudraient en bénéficier. Explications.


Le développement à l’international représente actuellement l’une des principales voies de croissance pour les entreprises françaises, quelle que soit leur taille. Le succès d’une telle démarche nécessite néanmoins de prendre des mesures appropriées, que ce soit en termes de financement, de marketing ou de ressources humaines.

 

Les études sont unanimes. Les exportations seraient cette année « le seul salut » de l’économie française dont l’activité ne devrait croître que de 0,7 %. D’après l’assureur-crédit Euler Hermes, les exportations pourraient connaître une croissance de 2,2 % entre 2014 et 2015. La demande mondiale adressée à la France augmenterait de 19 milliards d’euros, soit une hausse de 3,9 % par rapport à 2013, dont 8 milliards pour la seule zone Euro (+ 4 %). Une dynamique dont les entreprises doivent profiter pour développer leur chiffre d’affaires.


Il est primordial pour les entreprises françaises opérant à Taïwan et en Grande Chine, de trouver un équilibre entre les exigences légales locales et les normes et attentes mondiales. Souvent, les sièges des entreprises utilisent des modèles adaptés aux normes mondiales ou régionales dont les bureaux locaux doivent se servir afin de se prémunir de toute non-conformité.


Exporter permet en principe à une entreprise de conforter sa croissance. Les formalités douanières peuvent cependant sembler contraignantes et complexes pour les entreprises, notamment pour les PME, qui disposent rarement de spécialistes dédiés à ce type de sujet. Pourtant, quelques actions simples peuvent être mises en place pour faciliter les démarches. Voici quelques observations issues de mon expérience professionnelle.


Jusque dans les années 1980, l'expatriation était onéreuse. Elle tend aujourd'hui à évoluer vers un concept relativement nouveau : la mobilité internationale. Le statut financier de l'expatrié qui coûtait une fortune est une image révolue. La conception "coloniale" de l'expatriation ne cadre plus avec la volonté de banaliser le fait de partir travailler à l'étranger.

Note de la rédaction : la France et son tissu de PME affichent depuis longtemps un manque chronique de volonté exportatrice. Ce mal typiquement français abîme l’ensemble des résultats de notre économie nationale. La présente tribune constitue un mémo précieux sur l’un des leviers de la présence française dans le monde : les conditions et statut du salarié expatrié. A lire attentivement.


> Chronopost donne une dimension internationale au développement des PME

Aujourd’hui, trop d’entreprises françaises se lancent encore à l’international par opportunisme et de façon empirique. Souvent, les résultats de cette démarche ne sont pas ceux escomptés. « Se lancer à l’international demande une stratégie et un accompagnement, explique Caroline Wood, directeur régional de développement des garanties publiques à la Coface pour Paris (sur l'ensemble des garanties gérées par Coface pour le compte de l'État). Les entreprises doivent se préparer en amont, notamment en chiffrant leurs besoins. Elles doivent se doter des moyens nécessaires pour mettre toutes les chances de leur côté. Il leur faut notamment se fixer un objectif en termes de résultats, choisir les pays où elles souhaitent s’implanter et mener une réflexion sur comment elles souhaitent s’y implanter (filiale, rachat, joint-venture, simple bureau commercial…) ». Ainsi, dès ces premières réflexions, l’entreprise peut se faire accompagner pour définir sa meilleure stratégie et prospecter un ou plusieurs marchés.


La crise ? Quelle crise ? Si l'on en juge par les résultats de ces entreprises qui ont choisi la voie de la croissance externe pour rester compétitives, la question mérite d'être posée. Toutefois, la réussite n'est pas le fruit du hasard, mais plutôt d'une vision stratégique clairement définie et de partenaires financiers prêts à partager les objectifs visés.

Financement : la croissance externe a encore du crédit
Même si le système bancaire se montre frileux, les projets de croissance externe ont encore la cote auprès des financeurs et des dirigeants d'entreprise. Ainsi, le baromètre Ifop-KPMG-CGPME, publié en octobre et portant sur le financement et l'accès au crédit des PME, montre bien que la situation s'est tendue. D'une part, et pour la première fois depuis le lancement de ce baromètre en 2009, 70 % des dirigeants interrogés font état d'un besoin de financements et d’autre part 37 % déclarent se restreindre dans leurs investissements en raison de difficultés d'accès au crédit. Certes, 48 % des patrons de PME ont des besoins de financements liés à leur activité, en particulier pour soutenir leur trésorerie. Toutefois, 40 % des dirigeants cherchent des crédits pour investir, et parmi ceux-ci, un tiers souhaite réaliser des acquisitions dans le cadre d'une croissance externe. Une tendance en hausse de 4 points dans le baromètre, alors même que les besoins de crédits pour des investissements d'équipement (- 6 points) et d'innovation (- 7 points), dégringolent. Cependant, 76 % des dirigeants de PME font état de mesures de durcissement par les banques et d'allongement de délais d'acceptation.


La réforme de l'urbanisme commercial, initiée deux ans après la loi de modernisation de l'économie, laquelle a redéfini les règles du jeu en matière d'implantation des grandes surfaces, est au point mort. Les pouvoirs publics s'attèlent à lui substituer des modifications ponctuelles, en vue de corriger certaines insuffisances ou pallier certaines carences et au final, les changements s'annoncent plutôt importants. Deux projets de loi, dont l'un en cours de discussion en 1ère lecture devant l'Assemblée Nationale (projet de loi Duflot), retiennent l'attention.

Le gouvernement reconsidère sa position sur le régime de l'exploitation commerciale
Projet de loi Duflot pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) : Encadrement des « drive » et réduction de l'emprise au sol des surfaces dédiées au stationnement des grandes surfaces.


S’implanter à l’international est un projet qui s’impose aisément à l’esprit des dirigeants d’entreprises à la recherche de relais de croissance. Lorsque la décision de se développer en dehors de leurs frontières est prise, ils pensent à l’ouverture d’un bureau,  à la mise en place des circuits de distribution, à l’adaptation des produits, mais plus rarement à la possibilité de s’implanter grâce à des partenariats commerciaux. Et pourtant…


S’internationaliser est devenu une urgence décrétée par nos institutions pour développer la croissance. Mais, pour une PME, ce n’est pas si facile de croître sans risques à l’international. Et pas forcément plus simple de grossir en passant de la taille de PME à celle de l’Entreprise de Taille Intermédiaire (ETI), pour suivre la recommandation de nos ministres et de tous les économistes…


Page 1 sur 2

Annonces

Pave Kodak Alaris

Annonces

Le magazine digital


D
écouvrez un extrait du dernier numéro et
inscrivez-vous à notre newsletter pour pouvoir Feuilleter gratuitement la version numérique dans son intégralité dès la prochaine parution.

extrait

   je m inscris test

Inédit
Découvrez un extrait de l'édition spéciale
de GPO Magazine parue en septembre 2016, dédiée à L'entreprise à l'heure du digital.

hs digital


Inédit 
La Rédaction vous propose un extrait du livre blanc sur Le BPO de courrier.

Vignette_visualiser_extrait.jpg

A télécharger dans son intégralité Gratuitement  en cliquant ici

 

Connexion

Devenir membre de GPOMag.fr vous permettra de bénéficier de nombreux avantages réservés uniquement aux membres : Recevoir la newsletter mensuelle, Feuilleter les cahiers thématiques et les télécharger gratuitement, Feuilleter gratuitement les derniers numéros de l'année en cours, Télécharger le planning rédactionnel pour connaître les sujets de la Rédaction à venir.

GPO Magazine

GPO Magazine, pour Gérer, Prévoir et Optimiser les ressources de l'entreprise est un magazine d'aide à la décision bimestriel, axé sur l'optimisation de la gestion d'entreprise, pour concrètement guider ses lecteurs dirigeants dans leurs réflexions stratégiques, leurs démarches opérationnelles, la gestion de leurs droits et dans le choix de leurs partenaires.

Une ligne éditoriale concrète et pertinente qui conjugue tendances, cas concrèts et témoignages, dossiers d'analyse, dossiers marchés, dossiers métiers, focus, point de droit, point international, point fiscal. Plus des " Avis d'Experts ".

Contactez-nous

Nos autres sites d'information

Twitter - Derniers posts

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.